Uber va commencer à déployer Jump en Europe « d’ici la fin de l’été »

La société américaine a annoncé qu’elle allait commencer à lancer sa flotte de vélos électriques Jump Bikes en Europe d’ici quelques mois. Berlin et d’autres villes sont en ligne de mire.

Jump Bikes

Pour rappel, Jump Bikes est une jeune pousse américaine qui a été rachetée par Uber au mois d’avril dernier (pour un montant qui n’a pas été rendu public). Avec cette acquisition, la société de Dara Khosrowshahi souhaite compléter son offre initiale de VTC avec un nouveau service de vélo électrique. De plus, Uber voit là l’occasion de devenir un incontournable du transport urbain, une position qui pourrait lui rapporter gros.

D’importants challenges en Europe

Lors de la conférence NOAH qui se tient actuellement à Berlin, Dara Khosrowshahi a révélé que la firme était sur le point de lancer sa nouvelle flotte en Europe. Si les villes qui pourront profiter des vélos électriques dès cet été n’ont pas été listées en détail, le PDG de Uber a indiqué : « L’équipe travaille dur pour déployer Jump à Berlin d’ici la fin de l’été et nous prévoyons également de le lancer dans d’autres villes d’Europe dans les mois à venir ». Il a aussi précisé : « Nous sommes particulièrement enthousiastes sur les vélos, car ils sont un mode de transport pratique et respectueux de l’environnement, même dans les villes denses où l’espace est réduit et où les routes peuvent être congestionnées ».

Néanmoins, de nombreux challenges attendent Uber une fois que Jump sera prêt à être lancé. Outre la concurrence, la société devra se confronter aux mêmes difficultés que certaines startups. La jeune pousse Gobee Bike s’était retirée de Paris à peine 5 mois après y être apparue, quittant également les villes de Reims, Lille et Bruxelles. En cause, un nombre important de vols et de dégradations commis par les habitants de ces mêmes agglomérations. Dans la ville de Reims, plus précisément, 380 des 400 vélos disponibles n’étaient plus utilisables après deux mois seulement.

En termes de fonctionnement, Jump est relativement similaire à celui de Vélib’ ou de son homologue lyonnais Vélo’v, si ce n’est que les vélos peuvent être garés n’importe où. L’application permet de bloquer et de débloquer le moyen de transport, mais aussi de le retrouver facilement grâce au GPS. Aux États-Unis, Jump coûte environ 5 dollars par mois pour une heure d’utilisation par jour.

Source


2 commentaires

  1. Pauvres Français!!!
    Un jour UBER débarquera en France avec « UBER AMANT » et les Français seront contant. Alors où tous les pays du monde la femme la porte la France leur ouvre le cul.
    Travail précaire, aucune couverture sociale, aucune couverture maladie, aucune retraite pour une société qui ne déclare pas 1 € de TVA ou d’impôts en France … ça a l’air de vous plaire bande de moutons.

  2. Roberto Moussin le

    Il faut arrêter de citer Go Bee bike comme un exemple de vandalisme. Les vélos Mobike et Ofo fonctionnent très bien. C’est uniquement que les vélos Go Bee n’étaient pas fait pour ce type d’usage et que les entrepreneurs ont essayé de sauver la face en accusant les français d’incivisme.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.