Suivez-nous

Internet

Voilà pourquoi Donald Trump n’a pas été banni de Twitter

Dans un billet de blog, Twitter clarifie sa position en ce qui concerne sa gestion des « world leaders »… et explique pourquoi le compte de Donald Trump est toujours actif.

Il y a

  

le

 
Donald Trump mot de passe
© Twitter

Twitter et les leaders politiques

Il y a quelques semaines, la sénatrice démocrate de Californie, Kamala Harris, demandait (entre autres) à Twitter de clôturer le compte du président américain Donald Trump. Après quelques semaines de réflexion, Twitter a finalement répondu… non. Le groupe a d’ailleurs mis en ligne un nouveau post sur son blog officiel, pour préciser sa position en ce qui concerne les leaders politiques présents sur sa plateforme. Récemment, c’est Facebook qui refusait de retirer une fake news dans une publicité publiée par Donald Trump.

Le réseau social explique notamment : « Nous voulons qu’il soit clair aujourd’hui que les comptes Twitter des dirigeants du monde ne sont pas au-dessus de nos conditions d’utilisations« . En d’autres termes, Twitter se réserve le droit de suspendre n’importe quel compte, y compris celui d’un « world leader« , si ce dernier venait à enfreindre les règles.

Twitter et scrabble

© Pixabay / FirmBee

Twitter se charge d’ailleurs de rappeler quelques-uns des sujets qui peuvent conduire à des sanctions, et notamment la promotion du terrorisme, mais aussi les menaces physiques directes envers les personnes. Le fait de poster des informations privées est également contraire aux règles de la plateforme, tout comme le fait de publier des photos/vidéos intimes de quelqu’un, sans son consentement. Twitter surveille également de près la pédophilie, ainsi que la promotion de l’automutilation.

« Notre objectif est d’appliquer nos règles de façon judicieuse et impartiale » indique Twitter. Rappelons que Kamala Harris pointait du doigt un tweet posté par Donald Trump, indiquant que ce dernier avait « clairement pour but de harceler, d’intimider ou de faire taire leur voix. » Elle avait alors interpeller directement le CEO de Twitter, Jack Dorsey, expliquant que la démocratie était en danger, et que le compte du président américain devait être suspendu.

Donald Trump est en effet un adepte de Twitter depuis quelques années maintenant, et le président américain n’hésite pas à multiplier les frasques et  « clasher » quiconque ose le critiquer. Récemment, il a taquiné Greta Thunberg, sans oublier Hillary Clinton, ou encore Emmanuel Macron récemment, comparé à Napoléon Bonaparte. Rappelons au passage que Donald Trump compte pas moins de 65,8 millions d’abonnés sur la plateforme…

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Dwalin

    17 octobre 2019 at 17 h 16 min

    De la même manière que le droit à l’oubli, supprimer du contenu pose problème quand il s’agit d’une personnalité car c’est de l’Histoire.

  2. Patrick

    17 octobre 2019 at 20 h 24 min

    En effet, d’une manière générale les déclarations d’un chef d’Etat ont une valeur explicative de ce qui se déroule dans son pays. Il s’agit d’une information publique, que l’on soit d’accord ou non avec cette déclaration, cela permet de situer les enjeux de ce qui se passent dans le pays, et revêt un caractère historique.

    Quand tel roi de France a déclaré « les protestant, ceci ou cela », que l’on soit d’accord ou que l’on s’offusque de cette déclaration, eh bien, il l’a déclaré et tout le pays doit avoir connaissance des termes exacts prononcés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests