Suivez-nous

Auto-Moto

Voitures autonomes : c’est quoi le problème ?

On dirait que la voiture autonome a comme du plomb dans l’aile. De nombreux leaders du secteur semblent en effet avoir le pied sur le frein dans le développement de leurs projets. Explications.

Il y a

le

voiture autonome
© https://commons.wikimedia.org/wiki/File:Driver_free_car.jpg

Les constructeurs automobiles se sont-ils vus trop beaux ? Alors que le buzz sur les exploits des voitures autonomes et la recherche dans le domaine battent leur plein, il semblerait que les différents acteurs du secteur soient devenus un peu plus frileux sur les promesses d’un Grand Soir de la voiture intelligente qui avance toute seule. Souvenez-vous, il n’y a pas si longtemps on annonçait un parc entièrement autonome d’ici 2025, et certains indiquaient même que les premières voitures vraiment autonomes, pouvant évoluer sans personne au volant, seraient une réalité à l’horizon 2020.

Or dans la réalité en sommes loin, très loin. A part Tesla, qui avance – en tout cas en apparence – à pas de géants dans le domaine, les autres constructeurs semblent être devenus plutôt timides sur le sujet.

Dernière reculade en date, et pas des moindres, celle de Ford, dont le PDG, Jim Hackett, s’est joint mardi au concert des dirigeants de plus en plus nombreux du secteur de l’automobile et de la technologie pour indiquer publiquement que les voitures autonomes n’arriveraient peut-être pas aussi vite que certains auraient pu l’espérer.

Selon lui, comme il l’a déclaré au Detroit Economic Club, l’industrie a « surestimé l’arrivée des véhicules autonomes ». Bien que Ford n’hésite pas à s’imposer une date d’échéance de 2021 pour sa première voiture sans conducteur, Jim Hackett a reconnu que les applications du véhicule seront « réduites et limitées d’un point de vue territorial, car la question est tellement complexe ».

La voiture autonome en marche arrière

Jim Hackett est le dernier expert de haut rang de l’industrie à s’engager dans un véritable débat public sur les perspectives de la voiture sans conducteur, qui, il y a seulement quelques années, semblait à portée de main. Il y a moins de trois ans, Uber a présenté un service de véhicule limité à Pittsburgh, Google a transféré son programme de véhicules sans conducteur chez Waymo, et Nissan croyait à sa promesse de 2013 de lancer une voiture auto-conduite d’ici 2020. Toujours en 2016, General Motors faisait l’acquisition de l’entreprise de technologie automobile Cruise Automation pour la somme de 580 millions de dollars. Et Mark Fields, alors PDG de Ford, déclarait que l’entreprise disposerait de milliers de véhicules entièrement autonomes pour les parcs de véhicules urbains en covoiturage d’ici 2021.

Que s’est-il passé pour que l’enthousiasme qui prévalait il y a quelques années soit douché de la sorte ?

Il semblerait que les acteurs du secteur aient quelque peu sous-estimé la complexité du sujet. Jim Hackett et d’autres reconnaissent aujourd’hui que le marketing – et peut-être aussi les médias – se sont un peu enflammés, jusqu’à avoir surestimé les capacités de la technologie dans son état actuel. De fait, les dirigeants du secteur font de moins en moins de promesses quant à la date d’arrivée des voitures autonomes.

En novembre, le PDG de Waymo, John Krafcik, déclarait que « l’autonomie aura toujours certaines contraintes » et laissait entendre que le rêve d’une voiture qui pourrait vraiment aller n’importe où en autonomie totale, soit le niveau 5 de l’autonomie, grade le plus élevé, pourrait ne jamais devenir réalité. La preuve, bien que le programme de conduite autonome de Waymo se développe dans la banlieue de Phoenix, l’entreprise continue de mettre des opérateurs derrière le volant, pour des raisons de sécurité, ce qui limite l’expérimentation au niveau 4 (un volant et un conducteur ou « opérateur » pour le reprendre en cas de problème). De son côté, le responsable de la technologie du centre de développement de la Silicon Valley de Nissan a mis en avant le concept de véhicules sans conducteur en insistant le mois dernier sur le fait qu’« un système autonome sans humain dans la boucle est un système inutile ».

Après un accident lors d’un test qui a coûté la vie à une cycliste en Arizona l’an dernier, et qui avait fortement ému l’opinion (alors que dans le même temps il y a des centaines de morts sur les routes dont personne ne parle), Uber est de retour à Pittsburgh, avec deux opérateurs à son bord, pour des tests limités. Dans une interview accordée cette semaine par Reuters, Raquel Urtasun, la scientifique en chef responsable des efforts d’Uber en matière de conduite automobile fait écho à un sentiment de plus en plus populaire parmi les développeurs : la question n’est pas de savoir quand les voitures autonomes arriveront, mais où. À l’heure actuelle, la technologie est conçue pour fonctionner dans des contextes spécifiques Les routes larges, rectilignes, clairement délimitées, et ensoleillées de l’Arizona ou de la Californie sont certainement plus propice au développement de la voiture sans chauffeur que les ruelles de Florence, les routes du Pays Basque ou la Place de l’Étoile à 18h. Selon Urtasun, « la conduite autonome va commencer dans de petites zones, s’étendre progressivement. Le défi est de rendre cette transition aussi douce que possible »

Des réglementations disparates

Qu’est-ce qu’il y a de si compliqué pour une auto à conduire sans maitre à bord ? Il semblerait que ce soit aussi une question de réglementation et d’harmonisation entre les pays, et même les états, en tout cas pour ce qui concerne les USA. D’une part, il n’y a pas de réglementation fédérale pour la technologie, et les États ont lutté pour combler le vide avec leurs propres règles d’essai. Deuxièmement, les initiés de l’industrie affirment que les capteurs doivent être améliorés – et « voir » plus loin à moindre coût – avant que la technologie puisse être déployée à grande échelle. Et les développeurs sont toujours à la recherche de meilleurs algorithmes, ceux qui peuvent gérer l’incertitude des nouvelles situations routières sans nuire à leur cargaison. Les Etats-Unis – notamment avec Tesla, nous y reviendrons plus loin dans cet article – paraissent avoir un coup d’avance sur l’Europe en termes de législation, plus libérale que chez nous, qui autorise certaines fonctionnalités de l’autopilot de la marque californienne dont les conducteurs européens ne peuvent pas encore profiter. C’est notamment le cas avec la dernière mise à jour « Navigate on autopilot » en cours de déploiement et déjà présente chez certains clients outre-Atlantique.

Ford, de son côté, affirme qu’il prévoit toujours de déployer un véhicule autonome et un service commercial d’ici 2021, dans plus d’une ville des États-Unis. Avec Argo AI, dans lequel il détient une participation majoritaire, le constructeur automobile de Détroit teste ses véhicules dans le Michigan, à Miami et Pittsburgh. Jim Hackett a également présenté son projet de création d’une « plate-forme de mobilité » plus large, c’est-à-dire d’un système d’exploitation qui aiderait les villes à gérer les voitures qui se déplacent seules à leur arrivée.

Des consommateurs frileux, voire pas intéressés ?

Il faut dire aussi que les sondages peuvent aussi avoir refroidi les ardeurs des constructeurs. Le dernier en date, conduit par l’American Automobile Association indique que 71 % des 1.008 personnes interrogées déclarent avoir peur de monter à bord d’une voiture autonome. A quoi bon se décarcasser à développer le bazar si personne n’en veut ? Concernant le sujet lié aux attentes des consommateurs, le coût est également un problème. Selon Laurent Meillaud, journaliste automobile spécialisé dans les technologies, « comme cela a été confirmé par PSA au salon de Genève quelques mois plus tard, l’industrie automobile estime que le surcoût des capteurs est trop important pour être supporté par les particuliers. Mis à part des marques Premium comme par exemple BMW, qui prévoit d’apporter du niveau 3 à 4 en 2021, le véhicule particulier attendra quelques années de plus. C’est la raison pour laquelle les acteurs se focalisent d’abord sur le marché professionnel, avec des navettes autonomes (Navya, Easymile, ZF-e.GO, Transdev, Keolis, Bosch..) et le robot-taxi. Les constructeurs ont d’autres priorités, dont la réduction du CO2 qui mobilise toute leur énergie en ce moment. Ils doivent massivement électrifier leurs gammes pour respecter les objectifs ultra ambitieux de Bruxelles. Mener de front l’électrification et l’automatisation rendrait les voitures inabordables pour le commun des mortels. »

Reste le cas Tesla. Il y a moins de deux mois, l’entreprise a recommencé à vendre sa « fonction d’auto-conduite complète », une option à 5 000 dollars (et euros) qu’elle avait supprimée de son site Web en octobre dernier. Elon Musk, PDG de Tesla, a déclaré que la fonctionnalité serait « complète » d’ici la fin de l’année, et entièrement disponible pour les clients d’ici la fin de 2020, permettant en théorie aux propriétaires de Tesla d’allumer le pilote automatique et de regarder leurs véhicules conduire eux-mêmes dans des environnements urbains complexes – ou, selon leurs besoins, de s’endormir au volant. On sait qu’il faut prendre généralement les annonces de Musk avec une certaine prudence, mais concernant l’autopilot et ses évolutions, on aurait plutôt tendance à le croire, même si Laurent Meillaud reste beaucoup plus circonspect : « Contrairement à une légende tenace, Tesla n’est pas plus avancé que les autres. On peut d’ailleurs noter que les accidents qui ont le plus fait parler d’eux venaient de chez Tesla et Uber. On n’a jamais lu un seul article mettant en cause l’équivalent de l’Autopilot chez Audi, Mercedes ou PSA. Aux États-Unis, trois constructeurs (Ford, GM, Toyota) et la SAE (Society of Automotive Engineers) ont monté un consortium pour édicter des règles de bonne conduite et des partages d’expérience, afin de garantir une sécurité maximum pour les véhicules expérimentant les technologies de niveaux 4 et 5. Elon Musk tente de rassurer les investisseurs en annonçant des progrès et avec son habituel art du storytelling. Les gens sérieux estiment qu’on ne saura peut être faire de l’autonomie totale qu’après 2030. D’autres comme Volkswagen disent qu’on n’y arrivera peut être jamais… »

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

10 Commentaires

10 Commentaires

  1. tomcat

    11 avril 2019 at 8 h 52 min

    Je ne dis pas qu’il y a pas effectivement des contraintes et des problèmes cachés qui rendent difficile l’exploitation d’une véritable voiture autonome (dont on programmerait la destination dans son garage et qu’on laisserait évoluer jusqu’à l’arrivée)… Mais je sens dans la déclaration du PDG de Ford, la marque du « commerçant », de celui qui est surtout soucieux de ses affaires, de ses actionnaires et de son bilan trimestriel et qu’un progrès léger, continu et sans rupture (et surtout très lent) dans le domaine de l’automobile comblerait d’aise ! Si ce n’est pas l’intervention de visionnaires ou d' »aventuriers », malheureusement les choses n’avancent pas (car pas nécessaire du point de vue de l’épicier). Sans vouloir faire du fan service, si c’était pas pour Elon Musk (et aussi les récents succès de la Chine), la conquête spatiale, le retour prochain sur la lune et mars comme objectif pour les années 2030 ne seraient que des sujets de science fiction…

    • Bruno

      11 avril 2019 at 16 h 51 min

      Tout à fait d’accord avec toi. Peut être qu’il manque plus de « Elon Musk » dans les entreprises. Sans lui, probablement, les voitures autonome n’en serait pas au niveau d’aujourd’hui toutes marques confondu.

  2. Anonymous

    11 avril 2019 at 10 h 33 min

    Le frein vient surtout du fait qu à force de trop faire rêver les consommateurs avec la voiture autonome.. Aujourd’hui ceux ci repoussent leurs achats de véhicules neufs. … Et les chiffres s en ressentent…

  3. Christophe LASSIAT

    11 avril 2019 at 10 h 39 min

    Force est de constater que pour le suivi de trajectoire sur route correctement balisée, l’auto pilot Tesla est très en avance. Cela dit il y a un monde entre ce qui a été fait et la réelle autonomie pouvant se passer d’une intervention humaine. L’accumulation de situations réelles collectées par la flotte mondiale de véhicules Tesla est le point fort de la la stratégie de l’entreprise pour « éduquer » le futur computer neuronal appelé HW3 destiné à gérer l’autopilot FSD pour full self driving. Mais ne rêvons pas, les algorithmes sont difficiles à mettre au point. Il suffit de voir comment en 2 ans Tesla n’a toujours pas réussi à assurer un fonctionnement optimal des essuie-glaces automatiques par analyse des images vidéo du pare-brise. Autre limitation, le nombre limité et sans redondance des capteurs embarqués sur les Tesla. Par exemple aucun radar sur l’arrière ni sur les côtés du véhicule en complément des caméras.

    • Eric

      11 avril 2019 at 10 h 45 min

      J’ignorais que les essuie-glaces étaient « intelligents » et basés sur une observation vidéo.

      • Christophe Lassiat

        11 avril 2019 at 10 h 53 min

        Il me semble, Eric, pour la Model 3, que Tesla soit revenu sur le capteur de pluie traditionnel devant les difficultés rencontrées sur les S et X (avec l’AP2.0 et AP 2.5).

        • Eric

          11 avril 2019 at 14 h 35 min

          Ok j’ignorais

  4. WillBee

    11 avril 2019 at 14 h 24 min

    « On n’a jamais lu un seul article mettant en cause l’équivalent de l’Autopilot chez Audi, Mercedes ou PSA. »

    Je n’avais pas connaissance de la présence en série d’un système « équivalent de l’Autopilot » chez la concurrence … (à moins que vous vouliez parler du « lane assist » en mode ping-pong ?).
    Ceci dit, je serais bien surpris qu’il n’y ait jamais eu aucun problème avec ces automatismes d’assistance à la conduite intégrés.
    Le soucis de Tesla c’est probablement surtout qu’ils sont dans la lumière et que tout le monde les attend au tournant.

  5. Mourakami

    12 avril 2019 at 6 h 34 min

    « Google a transféré son programme de véhicules sans conducteur chez Waymo » ne serait-ce pas justement la preuve de la maturité du projet, qui en créant une société au but de l’exploitation et de la commercialisation rend crédible justement la voiture autonome !

    « En novembre, le PDG de Waymo, John Krafcik, déclarait que « l’autonomie aura toujours certaines contraintes » et laissait entendre que le rêve d’une voiture qui pourrait vraiment aller n’importe où en autonomie totale, soit le niveau 5 de l’autonomie, grade le plus élevé, pourrait ne jamais devenir réalité. »
    Cela ne visait pas vraiment la réalité de la conduite autonome mais son périmètre d’application ou dans un premier temps l’autonomie serait réservée à certaines portions géographiques ou certaines limitations météorologiques et qu’il n’était pas sur que ces limitations puissent être complètement levées. Dans le genre conduite sur glace, dans le blizzard sibérien, mais franchement avez vous en temps que conducteur humain déjà été confronté au cas qui pourrait ne jamais permettre un conduite autonome de niveau 5.

    En fait la frilosité des constructeurs comme PSA ou Ford cache plutôt une incapacité à rattraper le retard accumulé, faut comprendre que ce n’est pas que des moyens financiers mais aussi des moyens humains qu’il faut avoir et sur ces secteurs les talents sont peu nombreux. Aucun n’arrêtera de travailler sur le domaine mais certains savent déjà qu’il ne pourront pas y arriver en même temps que les premiers.

    Alors est-ce que les traînards doivent nous inciter a penser que la voiture autonome ne sera pas une réalité ? N’est pas faire le jeu justement de ces sociétés alors que dans le même temps certains acteurs ont des résultats tout à fait probant.

    Je vous laisse lire les reports de désengagement du pilote automatique des tests effectués en californie
    https://www.dmv.ca.gov/portal/dmv/detail/vr/autonomous/testing
    Quand on voit un Waymo qui en moyenne a une reprise en main par un conduteur de ces véhicules tous les 17000 miles soit bien plus que la moyenne de distance d’un conducteur français chaque année. Il y a de quoi être optimiste. A oui mais combien d’acteurs peuvent s’ennorgueillir de tels résultats, pratiquement aucun autre !

    Vous comprenez peut-être pourquoi certains sont déjà négatif !

    • Christophe Lassiat

      13 avril 2019 at 18 h 42 min

      Difficile de savoir où se situerait Tesla dans ce classement avec leur produit en développement ( non partagé avec les clients) puisqu’ils ont choisit de ne pas y participer officiellement. Ça ne les empêche sûrement oas de faire des tests en Californie mais pas dans les conditions drastiques du règlement « DMV » 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans Prime Day 🔥

Prime Day Amazon Prime Day Amazon
PromosIl y a 3 heures

Amazon Prime Day : les 7 deals phares qui expirent lundi soir 🔥

Amazon Prime Day est devenu au fil du temps une opération shopping incontournable de l'année. C'est un moment durant lequel...

Prime Day Amazon Prime Day Amazon
PromosIl y a 6 heures

Prime Day Amazon : ces 7 offres éclair à craquer expirent ce soir 🔥

Depuis ce matin, le Prime Day Amazon propose un très grand nombre d'offres flash colossal sur les grandes marques du...

Bosch Prime Day Bosch Prime Day
PromosIl y a 6 heures

Bon Plan : fortes réductions sur Bosch pour Prime Day (-53%)

Alors que le Prime Day propose de nouvelles promotions toutes les heures, les produits Bosch, spécialiste du bricolage, ont droit...

Domotique Prime Day Domotique Prime Day
Bons PlansIl y a 8 heures

Netatmo, Philips, Arlo, Assistants Vocaux… les meilleures offres maison connectée pour Prime Day

Le Prime Day d'Amazon bat son plein, et des dizaines de catégories phares sont en promotion pendant deux jours. Parmi...

Withings Fitbit Prime Day Amazon Withings Fitbit Prime Day Amazon
Bons PlansIl y a 10 heures

Bon Plan objets connectés : jusqu’à -33% sur Fitbit, Withings à -49% pour Prime Day 🔥

Les objets connectés sont forcement une catégorie active lors de ce Prime Day 2019. Fitbit et Withings proposent de très...

MacBook Prime Day MacBook Prime Day
PromosIl y a 10 heures

Soldes : MacBook en réduction jusqu’à -23% au Prime Day Amazon 🔥

Que ce soit les MacBook, MacBook Pro ou MacBook Air, le Prime Day Amazon couvre toute la gamme des ordinateurs...

Prime Day Amazon Prime Day Amazon
PromosIl y a 13 heures

Amazon Prime Day : 7 offres choc à ne pas manquer lundi midi 🔴

Amazon Prime Day a commencé sur les chapeaux de roue dès ce lundi matin : il s'agit d'une occasion unique pour...

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests