Le FBI subventionnerait une université pour casser l’anonymat du réseau Tor

Un grand nombre d’agences gouvernementales veulent avoir la peau du réseau TOR, ce n’est pas une découverte, mais le FBI semble avoir utilisé une université pour tenter de casser l’anonymat de ce réseau.

Tor Messenger

D’après des responsables importants du project Tor, le FBI aurait payé un million de dollars, des chercheurs de l’université Carnegie Mellon pour s’attaquer à ce que Tor propose de plus cher : l’anonymat.

Quand le FBI veut la peau du project Tor

Les gouvernements ne supportent pas l’idée d’un monde où il est possible de discuter ou d’échanger des fichiers de façon entièrement anonyme, comme le propose le project Tor. C’est la raison pour laquelle régulièrement le project Tor est ciblé par des attaques visant à casser cet anonymat.

Le talent des développeurs du réseau Tor a pour le moment toujours suffit à faire obstacle à ces plans, comme avec la Russie qui avait offert 2 millions de roubles en juillet 2014 pour tenter de trouver une brèche, en vain. Cette fois, c’est le FBI qui est accusé d’avoir subventionné une équipe de chercheurs à hauteur d’un million de dollars dans l’université Carnegie Mellon. Le FBI accuse Tor de tous les maux depuis de nombreux mois, car selon le bureau fédéral, il s’agit d’une « porte sécurisée pour œuvrer dans le Dark Web ».

Les responsables du project Tor se disent scandalisés par ces méthodes, qu’ils ont jugées illégales, arguant qu’il est peu probable qu’un juge ait donné un mandat pour cela. En outre, ils estiment qu’il s’agit là, d’une grave attaque envers les libertés civiles et individuelles.

Source


Nos dernières vidéos

2 commentaires

  1. Les gouvernements …. et les citoyens qui ne veulent pas se faire exploser par des terroristes en fait… L’anonymat est un luxe ces derniers temps

  2. Pingback: Le FBI dément avoir payé une université pour attaquer Tor

Envoyer à un ami

Lire les articles précédents :
Ces 3 outils en ligne de community manager peuvent toujours servir

Vous n’êtes pas community manager mais vous aimez les réseaux sociaux ? Ces trois outils pourraient vous servir.

Fermer