Oubliez les newsletters, les bots de Messenger sont là pour les remplacer

Facebook lance la plateforme de Messenger et permet aux entreprises de créer des bots.

Rabot nomérique femme pixabay

Comme on pouvait s’y attendre, Facebook a profité de sa conférence F8 pour annoncer l’arrivée des bots sur Messenger. Et alors qu’elle n’était qu’une application de messagerie instantanée, celle-ci devient aujourd’hui une véritable plateforme.

En effet, Facebook permet maintenant aux entreprises de développer des bots (ou des programmes, si vous voulez) pour communiquer avec le public sur Messenger.

La newsletter 2.0 ?

Facebook impose quelques règles, mais ne recommande pas d’usages précis pour ces robots. Par exemple, la chaîne américaine CNN a déjà développé un bot qui fait en quelques sortes office de newsletter.

Lorsque vous ouvrez une conversation sur Messenger avec la page Facebook de celle-ci, le bot propose de vous envoyer les dernières actualités importantes tous les jours ou bien de vous envoyer des liens vers des articles sur des sujets précis.

CNN

Et si vous cliquez sur « Get Started », le bot vous demande alors si vous souhaitez lire les gros titres…

CNN

CNN

…ou recevoir une liste d’articles populaires (« Ask CNN »). La communication peut se faire via les boutons,…

CNN

…mais vous pouvez également saisir des mots clés pour avoir des articles sur un sujet en particulier.

CNN

Le bot commercial

Il ne s’agissait bien entendu puisqu’il est aussi possible d’utiliser les bots pour booster les ventes d’un site de e-commerce. Dans ce cas, la conversation peut consister à demander au client le genre d’article qu’il recherche ainsi que son budget pour pouvoir lui faire des suggestions personnalisées. Mais dans tous les cas, il est possible de bloquer les robots.

Des bots plus intelligents…

Comme vous avez pu le voir, Facebook ne permet pas simplement aux bots d’envoyer des textes, mais également des images. Et la communication peut se faire par le biais de boutons CTA, ce qui rend la plateforme très ergonomique.

Par ailleurs, Facebook rend également disponible son moteur de bot appelé Wit.ai. Comme l’explique le vice-président chargé de Messenger David Marcus, ce moteur va permettre aux développeurs de « créer des bots plus complexes qui peuvent interpréter des intentions à partir du langage naturel ». Après, il faut savoir que la plateforme Messenger est encore en beta. Et Facebook explique qu’il acceptera les soumissions de bots petit à petit.


Comments are closed.

Send this to friend

Lire les articles précédents :
Facebook Save
Facebook a un nouveau bouton pour vous

Facebook est le nouveau cauchemar de Pocket.

Fermer