Une initiative franco-allemande contre le chiffrement numérique

Ce mardi 23 Août, Bernard Cazeneuve se réunissait avec son homologue allemand pour discuter d’une initiative européenne contre le chiffrement des données, afin de lutter contre le terrorisme. Une initiative qui ne fait pas l’unanimité.

Bernard Cazeneuve veut lutter contre le chiffrement des données

Cela fait plusieurs semaines que le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, fait part de son souhait de lutter contre le terrorisme par le déchiffrement des données des messageries instantanées. Il s’est réuni mardi 23 Août avec son homologue allemand, Thomas De Maizière, pour discuter d’un accord franco-allemand en vue d’une législation européenne à ce sujet.

Une initiative européenne contre les chiffrements trop forts ?

Face au terrorisme international et sachant que les messageries instantanées visées par le projet de loi sont majoritairement américaines, Bernard Cazeneuve s’en remet à une initiative européenne. L’idée serait d’étendre aux services de messageries et d’appels sur internet, les mêmes règles de sécurité et de confidentialité destinées jusque-là, aux opérateurs télécom. Le ministre a ainsi fermement déclaré vouloir obliger les services en ligne «non coopératifs» à «retirer des contenus illicites ou déchiffrer des messages dans le cadre d’enquêtes judiciaires, que leur siège soit en Europe ou non».

Conscient de la polémique qui entoure ce projet de loi, le ministre a précisé que l’utilisation des données déchiffrées ne servirait que dans le cadre « judiciaire ». Ce qui voudrait dire qu’elles ne seraient pas utilisées par les services secrets, comme le redoutent beaucoup de personnes. Se voulant rassurant, il a insisté « Il n’a bien sûr, jamais été question de remettre en cause le principe du chiffrement des échanges ». Le 16 septembre prochain, le projet de loi contre le chiffrement des données sera discuté lors du sommet des chefs d’états européens.

Les détracteurs sont nombreux

Le concept de déchiffrement des données consisterait à la mise en place de portes dérobées (backdoors) permettant à certaines entités d’accéder aux messages échangés afin d’être « utilisés dans le cadre des procédures judiciaires » selon M. Cazeneuve. Pourtant, lundi dernier, les présidents de la Commission Nationale de l’Informatique et des Libertés (CNIL) et du Conseil National du Numérique (CNNum), ont mis en garde le gouvernement contre les risques à recourir aux portes dérobées.

Perplexes, ils ont expliqué : « il est techniquement impossible de s’assurer que de tels accès ne soient disponibles qu’au profit des personnes autorisées». Inquiets, ils précisent : «à tout moment, ils peuvent devenir de véritables portes ouvertes pour les organisations pirates, mafieuses, et terroristes.» et que « généraliser l’installation de backdoors aurait ainsi pour effet désastreux d’affaiblir la sécurité et les libertés de l’ensemble des utilisateurs».

La mise en place d’un tel système s’annonce à ce jour, aussi inefficace, qu’impossible. Le principe du chiffrement dit de «bout-en-bout», utilisé par les messageries comme Whatsapp ou Telegram, fait que seules les personnes d’un bout à l’autre d’une conversation peuvent en déchiffrer les messages. Cela signifie que les entreprises de messagerie elles-mêmes n’ont pas accès aux échanges entre les utilisateurs. Un point que le ministre ne semble pas avoir bien compris…

Source


2 commentaires

  1. « Un point que le ministre ne semble pas avoir bien compris… » pas besoin qu’ils comprennent s’ils pondent une Loi obligeant l’Etat à pouvoir accéder aux données chiffrées… cela interdira de facto les logiciels avec le chiffrement « bout-en-bout » avec clé personnelle connue uniquement des deux parties qui communiquent entre-elles donc au final forcer WhatsApp ou Telegram à désactiver cette fonctionnalité ou la faire évoluer mais bon encore faut-il que cette loi puisse avoir le bras suffisamment long pour atteindre ces sociétés.

    Et puis de toute façon toutes ces lois anti-terroriste anti-machin anti-truc, sont rarement efficaces… la loi interdit d’avoir une arme sur soi dans la rue, de voler ou de tuer des gens mais cela n’a jamais empêcher que cela se produise et c’est surtout ça que nos pondeurs de lois ne comprennent pas !

  2. Encore une loi inapplicable, c’est juste une énième tentative de réponse médiatique pour rassurer la population et montrer que le gouvernement est actif. Ils légifèrent dans le vent. Aussi bien gauche que droite, pas de parti pris au niveau de l’incompétence, la seule motivation reste la préparation des prochaines élections pour conserver ou acquérir sa part de pouvoir.

Répondre

Send this to friend

Lire les articles précédents :
La fortune de Bill Gates grossit toujours plus
Bill Gates devient encore plus riche

Il semble que tout aille pour le mieux pour Bill Gates, le fondateur de Microsoft, car bien qu’il ait fait...

Fermer