Suivez-nous

Tech

1700 étudiants photographiés à leur insu pour entrainer une reconnaissance faciale

La méthode employée aux Etats-Unis pose de sérieuses questions quant aux limites légales de la reconnaissance faciale.

Il y a

  

le

 
Reconnaissance faciale
© DR

Votre photo peut-elle être prise à n’importe quel moment et utilisée par n’importe qui ? C’est peu ou prou la question de fond que l’on est amenée à se poser après les révélations de la presse américaine.

Une enquête du Financial Times et du Colorado Springs Independent révèle que des chercheurs ont utilisé les photos de 1 700 étudiants sans leur permission pour entraîner un logiciel de reconnaissance faciale, dans une étude financée par l’armée américaine et des agences d’espionnage. Pas vraiment le genre de nouvelle qu’ils rêvaient d’apprendre.

Les limites de la reconnaissance faciale

On savait déjà que la police américaine pouvait avoir des méthodes plus que limites à l’heure d’utiliser la reconnaissance faciale, mais cette fois les choses ont pris un tour que l’on peut qualifier de très particulier. Alors, certes, les chercheurs n’ont rien effectué de répréhensible durant cette étude qui a été menée en 2012 et 2013. Ils cherchaient alors à déterminer si les algorithmes pouvaient identifier les traits du visage à longue distance, à travers des obstacles et avec une faible lumière.

Ils ont donc pris des photos avec un téléobjectif à 150 mètres de distance dans une zone où il y avait beaucoup de piétons. La plupart d’entre eux regardaient leurs téléphones. Les clichés ont été combinés par les chercheurs pour créer un jeu de données plus aléatoire et moins détaillé que ceux utilisés généralement, les chercheurs l’ont utilisé d’une façon plus innovante. Les avantages pour l’armée sont évidents. Un tel algorithme pourrait en effet servir à détecter rapidement si un individu qui se rapproche est un allié ou un ennemi.

Le chercheur en charge de l’étude s’est défendu en précisant qu’une telle collecte d’images n’était pas illégale et avait été autorisée par l’université. Il n’y a pas à dire, on préfère quand même quand la reconnaissance faciale est utilisée pour sauver les pandas

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests