Suivez-nous

Tech

23 millions de Chinois n’ont plus le droit de prendre le train ou l’avion

En Chine, le système de crédit social prend peu à peu de l’ampleur. L’effet le plus visible ? Les restrictions sur les transports.

Il y a

le

Avion Amazon

Une information très officielle en Chine

Imaginez que parce que vous êtes en retard dans le paiement de vos impôts, que votre chien a fait ses besoins dans la rue, ou que vous ayez partagé une information sans la vérifier, on vous empêche d’acheter un billet de train sur le site de la SNCF. Ou on vous empêche d’acheter un billet d’avion Air France.

Ce scénario que l’on aimerait penser tout droit sorti de la série dystopique Black Mirror est en fait une réalité en Chine. Selon un rapport du Centre national d’information sur le crédit, 23 millions de personnes sont concernées à l’heure actuelle. 17,5 millions d’entre eux ne peuvent plus acheter de billets d’avion et 5,5 millions n’ont pas le droit aux billets de train. Des chiffres qui donnent le tournis mais qui sont très officiels pour la Chine. C’est une tendance lancée en 2014 dans l’Empire du Milieu qui cherche à mettre en place peu à peu tout un système de crédit social, permettant de classer ses citoyens.

Un système de liste noire amené à se développer

A l’heure actuelle, c’est encore une politique disparate au niveau national avec des actions menées par des gouvernements locaux ou des agences thématiques. Mais avec la large place accordée à la reconnaissance faciale dans la société chinoise, c’est une tendance amenée à exploser. A l’horizon 2020, le pays veut avoir une note de crédit social pour chaque habitant.

Les mauvais citoyens se retrouvent alors sur une liste noire qui peut bloquer pour les transports, les études, le logement… Une « condamnation » sociale qui peut être revisitée chaque année, mais aurait déjà porté ses fruits avec un nombre croissant d’habitant et d’entreprises qui paient leurs impôts. Une logique qui trouve tout de même ses limites face aux exigences de la vie privée.

Source

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Flo

    4 mars 2019 at 13 h 19 min

    Ce n’est pas si simple, derrière cette action il y a un moyen de contrôler et restreindre les mouvement de ceux qui seraient relativement opposés au parti politique actuel.

  2. Dtc

    4 mars 2019 at 22 h 23 min

    Pays de merde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests