Amazon Flex : Uber semble avoir inspiré le géant du commerce electronique

Amazon vient de lancer mardi un tout nouveau service baptisé Flex pour pouvoir livrer ses clients en moins d’une heure. Avec ce nouveau service tout le monde pourra devenir livreur chez Amazon, en respectant quelques conditions.

Devenir livreur pour Amazon Flex

Flex, c’est le nom du nouveau service inspiré d’Uber, qu’Amazon va lancer en premier lieu aux États-Unis et qui s’intègre dans le cadre du service Prime Now que le géant du web propose dans une douzaine de villes américaines. Avec Flex, tous ceux qui le souhaitent pourront devenir livreur chez Amazon pour quelques heures par jour.

Comment fonctionne Amazon Flex ?

Comme le promet Amazon, avec Flex: « Devenez votre propre chef : livrez quand vous voulez, autant que vous voulez ». Le principe est simple, tout le monde peut devenir livreur chez Amazon, à condition d’avoir au moins 21 ans, de posséder le permis de conduire, une voiture et un smartphone. Les livreurs ne seront pas employés par Amazon mais seront, comme pour les collaborateurs d’Uber, considérés comme des contractuels indépendants. Les livreurs utiliseront donc leur propre véhicule et se chargeront des frais d’essence, d’assurance, etc. Ils devront au préalable installer une application sur leur smartphone pour savoir quel colis ils doivent livrer et à quelle adresse. Ces coursiers d’un nouveau genre devront livrer les colis en moins d’une heure et seront rémunérés environ 20 dollars de l’heure. Ils pourront choisir de travailler 2, 4 ou 8 heures par jour.

Amazon compte bien réduire ses coûts

Avec ce nouveau service, Amazon souhaite séduire une nouvelle clientèle, celle qui aime recevoir rapidement ce qu’elle achète. Mais son objectif principal est de réduire ses coûts de livraison qui ont augmenté de 34 % l’année dernière. Avec 4,5 millions de paquets distribués par jour le recours à des contractants était tout trouvé pour Amazon, qui compte bien étendre son service à la livraison de produits alimentaires frais.

Ce service sera lancé dans un premier temps aux États-Unis et débarquera probablement un jour en Europe, reste à savoir si des livreurs non expérimentés pourront offrir un service de qualité et une livraison en moins d’une heure.

Source


Nos dernières vidéos

6 commentaires

  1. Ce genre d organisation existe déjà chez nous pour des petites livraisons, par exemple fast food etc.. Les entreprises y gagnent car les livreurs ne sont pas ses employés, et ceux ci n ont aucune protection sociale ni aucun statut, ce n’est pas sensé être un vrai travail mais un dépannage.
    L Uberisation de toute la société permet de Contourner la législation et le code du travail , est ce bien souhaitable ?

        • je n’arrive plus à le retrouver. Je l’ai eu ce matin, en bas de chaque article, un message du genre « vous pourrez commenter en vous connectant », et le lien , c’était l’url de la page + « redirect?presse-citron/se-connecter2/%2 », de mémoire, et le %2 était en trop.
          A l’heure ou j’écris je ne trouve plus cela, j’ai à la place un formulaire de post direct

  2. Pingback: Veille économie collaborative : les derniers changements de votre monde | Zeboute' Blog

Répondre