Suivez-nous

Tech

Avez-vous vraiment envie de savoir dans quelle partie de l’avion vous avez le plus de risques de mourir ? (Non)

Une étude a révélé quelle était la meilleure et la pire place dans un avion. Une donnée que la compagnie aérienne KLM aurait sans doute mieux fait de ne pas utiliser.

Il y a

le

Avez-vous vraiment envie de savoir dans quel partie de l'avion vous avez le plus de risques de mourir ? (Non)
© DR

De milliers de personnes prennent l’avion chaque jour. D’un point de vue statistique, on dit même souvent que c’est le moyen de transport le plus sûr au monde. Que ce soit un humain ou une IA derrière le manche. Mais pourtant, le risque zéro n’existe pas. C’est ce qu’a rappelé une étude 2015 du Time qui mettait en valeur les statistiques sur les places à bord de l’avion. Mais une chose est sûre, ce n’était vraiment pas une bonne idée.

Le mythe de l’avion infaillible

C’est l’opération « sauve qui peut » qui a été lancée par le compte indien de KLM la semaine dernière. En effet, l’entreprise a cru qu’il s’agissait d’une bonne idée de partager les données sous forme de #FunFact. Verbatim d’un tweet désormais supprimé.

Selon une étude de données de Time, le taux de décès est le plus élevé pour les sièges à l’avant et au milieu de l’appareil. Cependant, le taux est marginalement moins élevé pour les sièges dans le dernier tiers de l’appareil.

Le problème ? La formulation avant tout, aurait-on tendance à penser. Si les données peuvent être vues comme pertinentes, mieux vaut dire parler du taux de survie que du taux de décès. On préfère savoir comment continuer à vivre que repenser à une telle information à l’heure de s’asseoir sur le siège du milieu.

Pour ne rien arranger, il s’agissait aussi ce jour-là, du 5e anniversaire de la disparition du vol de la compagnie Malaysie Arlines, abattu au-dessus de l’Ukraine. Pour ceux qui s’inquiètent, les chiffres sont à relativiser. On parle de 17 avions entre 1985 et 2000. Selon les autorités, établir des données fiables serait en fait impossible ou presque.

Et si vous pensez vraiment que vous avez vécu un jour pire vol de votre vie et que cela ne peut pas être pire, rassurez-vous, c’est toujours possible !

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

5 Commentaires

5 Commentaires

  1. John Hunter De fautes

    22 juillet 2019 at 13 h 52 min

    Avez-vous vraiment envie d’avoir une faute d’orthographe dans le titre de votre article ? (non)

    Alors relisez vous….

    • John Hunter De fautes

      22 juillet 2019 at 18 h 21 min

      ‘Quel partie’ a été changé en ‘quelle partie’, tout est désormais en ordre !

      Mon travail ici est terminé !

      *bruit de cape qui s’envole*

      • Vincent Bouvier

        22 juillet 2019 at 20 h 19 min

        😀

  2. Eric

    22 juillet 2019 at 15 h 32 min

    Sauf si le titre a été corrigé entretemps (entre votre commentaire et le mien), je ne vois pas de faute, mais ma vigilance peut me trahir. Merci de nous indiquer de quelle faute vous parlez et nous la corrigerons.

  3. Jimmy Cram

    22 juillet 2019 at 20 h 19 min

    Revenons au sujet sans les fautes 😀

    il est évident que les passagers à l’arrière sont moins en danger, ça vaut aussi en voiture, mais, comme ça fait plus de bruit à l’arrière, et même si c’est plus dangereux devant, je préfère devant, pourquoi ? Parce-que devant, j’arrive avant ceux de derrière 😀
    Meuh non, c’est de l’humour, et, en gros, en cas de crash, il n’y en a pas beaucoup qui s’en sortent, et ça, ce n’est pas de l’humour…
    Merci Eric, vos sujets sortent souvent de l’ordinaire, et j’aime bien, sauf que cet article est signé David 😉 MDR, je ne comprends pas pourquoi Eric s’en mêle 😀 Je le saurais peut-être, bonne soirée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests