Ce sont probablement les Soviétiques qui ont inventé le principe du keylogger

Comment les Soviétique ont enregistré les frappes de machines à écrire américaines.

Boule Machine à écrire créative common

By Etan J. Tal (Own work) [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Pour les non-avertis, un keylogger est un outil logiciel ou matériel qui permet d’enregistrer toutes les touches qui sont appuyées par l’utilisateur d’un ordinateur. Selon moi, c’est le moyen le plus facile de voler le mot de passe de quelqu’un, à condition d’avoir accès à sa machine, ou à la machine que la cible va utiliser. Les keylogger ne sont a priori pas illégaux. Mais certains usages le sont.

D’ailleurs, si vous nous lisez depuis assez longtemps, vous avez peut-être entendu parler, l’année dernière, d’un groupe d’élèves aux Etats-Unis qui a installé un keylogger sur la machine d’un professeur afin de voler un mot de passe et trafiquer les notes.

Mais qui a inventé ce principe ? Il est probable que ce soit des espions soviétiques.

Un document déclassifié de la NSA a en effet révélé en 2012 l’existence d’un outil utilisé par l’Union Soviétique durant la Guerre Froide pour espionner des diplomates américains.

Les mouchards auraient été découverts sur des machines à écrire IBM Selectric utilisées par l’ambassade américaine de Moscou et le consulat de Leningrad, entre 1976 et 1984. La machine à écrire en question est une machine à boule. A chaque caractère saisi correspond un mouvement spécifique qui permet à la boule de se positionner de manière à imprimer le caractère sur le papier.

Boule Machine à écrire créative common

Par Etan J. Tal (Travail personnel) [CC BY 3.0], via Wikimedia Commons

Le keylogger soviétique, caché dans une barre métallique sur la machine et indétectable sauf au rayon X, était en substance un circuit qui enregistre ces mouvements grâce à l’énergie magnétique, les interprète afin de connaitre le caractère saisi et les envoie vers des récepteurs (chaque caractère est enregistré sur 4 bits).

En revanche, l’ancêtre du keylogger n’était pas capable de détecter l’appui sur certaines touches comme Espace ou retour, parce que celles-ci ne sollicitent pas la boule de la machine à écrire.

(Source)


Nos dernières vidéos

Un commentaire

  1. ca nous fait une belle référence quand un type dit qu’il faut revenir a la machine a écrire pour des questions de sécurité 🙂

Répondre