Suivez-nous

Réseaux sociaux

Cette IA permet de mieux repérer les bots sur Twitter

En analysant une grande quantité de tweets, des chercheurs ont trouvé un moyen d’améliorer la détection de ces utilisateurs non humains.

Il y a

  

le

 
twitter
© Presse-citron.net

Les bots sont partout sur Internet et notamment présents en nombre sur Twitter. Il semble bien difficile de mesurer leur impact réel, surtout en matière politique où ils sont très utilisés. Ils pourraient toutefois jouer un rôle dans la formation des opinions publiques en accentuant la présence de certains points de vue en ligne au détriment du pluralisme.

Les réseaux sociaux font bien sûr la chasse à ces utilisateurs non humains et des millions de comptes sont régulièrement supprimés. Pour parvenir à reconnaître ces utilisateurs non humains, l’intelligence artificielle peut être un outil très précieux. C’est justement l’objet d’une étude publiée par des chercheurs de l’Université de Californie du Sud.

Ces découvertes pourraient permettre de perfectionner les outils existants

Pour peaufiner leur algorithme, les scientifiques ont choisi un angle bien précis : tenter de comprendre ce qui différencie le comportement des humains et des bots sur Twitter. L’équipe a travaillé sur un très large échantillon de 8,4 millions de tweets émanant de 3500 comptes gérés par des utilisateurs normaux et 3,4 millions de tweets rédigés par 5000 bots.

Plusieurs constatations ressortent de leur travail. Il apparaît tout d’abord que les humains ont beaucoup plus tendance à interagir avec les autres utilisateurs de la plateforme que les robots. Ils notent également que la longueur des publications humains diminue lorsqu’ils passent beaucoup de temps en ligne, sans doute à cause de la fatigue.

Rien de tel pour les bots pour lesquels on ne constate aucune évolution du même ordre. Chez ces derniers, on observe par ailleurs une régularité dans l’intervalle de temps entre la publication des tweets. Ils postent très souvent toutes les 30 ou 60 minutes.

Fort de ces enseignement, les scientifiques ont décidé d’intégrer ces paramètres dans l’IA de détection existante sous le nom de Botometer. Ils ont alors noté que l’outil était beaucoup plus susceptible de repérer les faux comptes qu’il ne l’était auparavant.

Selon les auteurs, c’est donc un perfectionnement qui pourrait être utilisé par l’ensemble des outils de détection déjà existant. Ils reconnaissent toutefois une limite principale à leur travail : les tweets analysés remontent à trois ans. Il est ainsi possible que les bots aient entre-temps eté améliorés.

Pour rappel, Botometer est régulièrement utilisé dans le cadre de la recherche universitaire. Il a notamment permis de constater qu’un quart des tweets publiés sur le changement climatique étaient rédigés par des bots.

Twitter
Par : Twitter, Inc.
4.5 / 5
16,3 M avis
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests