Connect with us

Réseaux sociaux

En Chine, les autorités mettent en détention certains utilisateurs de Twitter

Selon un récent rapport, des utilisateurs de Twitter auraient été mis en détention et interrogés durant de longues heures par le gouvernement chinois, en raison de leurs messages partagés sur le réseau social.

Il y a

le

Twitter bouton Edit

Si Twitter est interdit en Chine au même titre que Google et Facebook, certains utilisateurs n’hésitent pas à se servir de VPN qui leur permettent d’accéder au réseau social américain. Néanmoins, cela ne semble pas être sans danger, car un rapport partagé le 10 janvier par le New York Times fait état de multiples interrogatoires menés par les autorités du pays.

La Chine, l’un des pays les moins libres au monde lorsqu’il s’agit d’Internet

En effet, le New York Times indique que la Chine continue à censurer les messages partagés en ligne en interrogeant des utilisateurs de Twitter régulièrement, bien que la majorité du pays ne voit pas ces messages à cause de l’interdiction.

Interrogé par le média américain, le militant Wang Aizhong indique que les autorités lui ont d’abord demandé des retirer des tweets critiques à l’égard du gouvernement, ce qu’il a refusé de faire. Plus tard, il a reçu de nombreux messages incluant des codes de sauvegardes de Twitter, avant que 3 000 de ses messages ne soient supprimés de la plateforme sociale.

Un autre militant du nom de Huang Chengcheng a rapporté qu’il avait été menotté à une chaise avant d’être interrogé par les autorités pendant plus de huit heures à Chongqing. À la fin de l’interrogatoire, ces dernières lui ont fait signer un document promettant qu’il se tiendrait loin de Twitter. Au moment des faits, Chengcheng avait près de 8 000 abonnés, ce qui peut expliquer que le gouvernement l’ait considéré comme dangereux pour la Chine.

> Lire aussi :  La Chine exige que les USA ne poursuivent pas la directrice financière de Huawei

Des agents de police se sont également rendu sur le lieu de travail Pan Xidian avant de lui faire subir un interrogatoire de 20 heures et de lui faire signer un document où il reconnaissait avoir perturbé l’ordre social. Un autre document indiquait qu’il serait mis en détention durant plus de deux semaines, période durant laquelle il a été forcé à regarder des vidéos de propagande aux côtés de 10 autres personnes. Pour ce qui est de sa faute, Pan Xidian avait partagé une image du dessinateur dissident Rebel Pepper ainsi que des messages évoquant la répression de la Chine à l’égard des citoyens.

En 2018, l’organisation non gouvernementale Freedom House, qui étudie la démocratie dans le monde, a attribué la note de 88 sur 100 à la Chine en termes de liberté sur le Net, 0 étant pour le plus libre et 100 pour le moins libre. Seuls l’Iran, la Syrie et l’Éthiopie sont proches d’un tel score, avec des notes respectives de 85, 83 et 83. L’un des pays le plus libres sur le net est l’Islande avec un score 6 sur 100. Celui de la France est de 25 sur 100.

Source

La Chine transforme ses internautes en patrouilleurs du net : en avant la censure

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests