Chine : la police utilise des lunettes de soleil avec reconnaissance faciale intégrée

Lors de la période du Nouvel An lunaire, les policiers chinois ont utilisé des lunettes équipées de la reconnaissance faciale pour la première fois.

police Chine lunettes

Les technologies qui équipent la police chinoise ne font pas vraiment rire. Un journaliste de la BBC, John Sudworth, a eu l’occasion de se frotter à la reconnaissance faciale il y a quelques mois. Pour une expérience visant à tester le système de caméra de vidéosurveillance, le journaliste a confié sa photographie aux autorités de la ville de Guiyang. Après avoir intégré sa photo au système en précisant que Sudworth était recherché, ce dernier est simplement sorti dans les rues. Il aura fallu seulement 7 minutes pour que le journaliste soit reconnu par les caméras de vidéosurveillance et entouré par des policiers. Concernant les autres citoyens, pas besoin d’une séance photo puisque les autorités se sont servies de celles des documents d’identité afin de construire leur base de données.

Comme le rapporte un journal local, la police de la ville de Zhengzhou a été équipée de lunettes intégrant la reconnaissance faciale. L’objectif est de surveiller les gares durant la période du Nouvel an lunaire, qui aura lieu le 16 février. Conçue par la société chinoise LLVision Technology, la paire de lunettes cache un système capable d’identifier un individu en quelques secondes. Autant dire que l’objet est loin d’être un gadget. Dans un lieu rempli de monde comme une gare ou un aéroport, il suffit aux policiers de regarder une direction pour que la technologie reconnaisse une personne identifiée. Lors des tests, il a suffi d’un dixième de seconde aux lunettes pour identifier un sujet. Néanmoins, il est possible que leurs capacités soient un peu plus limitées sur le terrain en raison du « bruit environnemental ».

Une base de données à disposition

Plus impressionnant encore, les lunettes embarquent une base de données qui contient les informations de plus de 10 000 personnes à risque. Concernant les données hors-ligne, elles sont stockées dans le petit boîtier présent sur la branche droite des lunettes. Le fait qu’elles soit directement accessible évite le temps de communication et son traitement, accélérant par conséquent la phase de reconnaissance.

Grâce à cette technologie, la police chinoise confie avoir arrêté 7 suspects concernés par des affaires majeures ainsi que 26 personnes utilisant de fausses identités pour voyager.

police Chine lunettes

Une base de données à disposition

 

Une fois de plus, l’exploitation de la technologie par la Chine peut effrayer. Outre ses compétences liées à la reconnaissance faciale, elle travaille aussi à « la construction d’une base de données de reconnaissance faciale qui contiendra des informations sur l’ensemble de ses 1,3 milliard de citoyens », comme le rapporte Engadget. De telles ambitions pourraient constituer une réelle surveillance de masse dans tout le pays.

Pour rappel, l’ONG Freedom House a donné la note de 87 sur 100 à la Chine en ce qui concerne la liberté sur le net. 0 signifiant que le pays était très libre et 100 qu’il ne l’était que très peu.


2 commentaires

  1. Le jour où vous ressemblerez vraiment à un terroriste, ou pire, qu’un terroriste se déguisera en « vous », eh bien… bonne chance !

    Heureusement que « j’ai un physique », comme on dit : il est très difficile de me ressembler, ouf ! J’ai au moins un avantage ! LOOOOL

  2. La Chine n’en est pas à son coup d’essai dans le domaine… au festival de la bière de Qingdao, 25 délinquants en fuite ont été interpellés grâce au système de reconnaissance faciale. Et à Jinan, les passant traversant au feu rouge sont automatiquement reconnus et leur portrait affiché de l’autre côté de la rue.

Répondre