Crypto-monnaie : la Banque du Canada pèse le pour et le contre

A l’occasion d’une conférence qui s’est tenue dans l’Université de Calgary, le sous-gouverneur de la Banque Centrale du Canada Timothy Lane a fait part de ses réflexions sur les crypto-monnaies. En l’occurrence, la banque ne « recommanderait pas d’émission d’une telle monnaie » tant qu’elle ne saurait gérer les risques associés.

Influencer les fonctions stratégiques de la Banque Centrale ?

Le Canada ne s’est pas montré aussi catégorique que d’autres pays au sujet des crypto-monnaies. Le sous-gouverneur de la Banque Centrale a tenu un discours ouvert sur ces devises qu’il qualifie de « crypto-actifs » du fait qu’elles « ne remplissent pas adéquatement les fonctions de base de la monnaie ».

Dans son allocution, il affirme que ces devises électroniques pourraient à terme toucher à des fonctions stratégiques de la Banque Centrale du Canada – comme la politique monétaire, la stabilité financière ou encore les paiements.

A l’heure actuelle, les crypto-monnaies représentent un risque bien trop grand, comme notamment le risque de voir ces actifs utilisés dans des opérations illégales ou celui de bouleverser totalement l’intermédiation financière. En effet, la blockchain sous-jacente à de nombreuses crypto-monnaies permet d’éviter la centralisation des transactions – au détriment des banques traditionnelles par exemple.

Peu de risque pour la stabilité financière

Si ce sont les régulateurs locaux qui sont en charge de la réglementation des crypto-monnaies, la Banque Centrale du Canada s’intéresse plutôt à l’impact que pourraient avoir les devises électroniques sur le système financier global. Un autre sous-gouverneur de l’institution, Carolyn Wilkins, a sollicité les autorités pour qu’un cadre international harmonisé soit mis en place pour régir les crypto-monnaies.

A l’heure actuelle, Timothy Lane a expliqué que les crypto-actifs n’avaient pas encore de risque pour la stabilité financière d’un pays. En revanche, les organismes de réglementation prennent la question très au sérieux pour mieux contrôler le « blanchiment d’argent et le financement du terrorisme ».

De son côté, l’Autorité des Marchés Financiers du Québec pointe sur son site internet les nombreux risques associés aux crypto-monnaies : volatilité, liquidité, technologique, juridique et associations avec des criminels. Pour mieux comprendre les enjeux d’une telle devise, l’AMF du Québec teste actuellement les enjeux autour des crypto-monnaies dans son laboratoire…

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.