Crypto-monnaies : Kraken licencie 10% de son service client

Kraken paie les conséquences de la chute des volumes sur le marché des crypto-monnaies. La plateforme d’échanges doit se séparer d’environ 10% de son support client (soit 57 personnes) pour faire face à une baisse de revenus conséquente. Elle nie en revanche avoir été victime d’un piratage.

kraken

Kraken a longtemps été l’une des plus grandes références pour échanger ses crypto-monnaies. Dans la dernière année, elle a beaucoup souffert de difficultés techniques ce qui a créé quelques sérieuses frustrations du côté des clients. Pour gérer les requêtes, Kraken a rapidement augmenté la taille de son service client. Trop vite peut-être.

Kraken continue d’embaucher dans certaines divisions

Aujourd’hui, le PDG de la société, Jesse Powell, a confié à Bloomberg qu’il était dans l’obligation de se séparer de 57 employés du service client basé à San Francisco. Selon lui, cela ne devrait pas entraver la qualité du service client, ni les embauches à venir dans d’autres divisions du groupe. D’ici la fin de l’année, Kraken devrait compter plus de 1 000 employés à travers le monde. Cela lui permettrait ainsi de maintenir une position de force parmi le Top 15 des plus grandes plateformes d’échange de crypto-monnaies.

Il vient ainsi confirmer en partie les rumeurs qui annonçaient que des licenciements étaient en cours : sur Reddit, un membre affirmait que des « centaines d’employés étaient actuellement licenciés » (exagéré) en raison « d’une faille de sécurité sur Kraken ».

Le PDG nie les accusations de faille de sécurité

Jesse Powell a immédiatement nié les accusations de piratage, en expliquant que la chute des volumes avait tout simplement tiré les revenus vers le bas. Le service client de Kraken a également confirmé sur Twitter qu’il n’y avait eu aucune tentative d’intrusion sur son service.

Kraken prélevant une commission sous forme de pourcentage des volumes, il va de soi que la chute récente du cours des crypto-monnaies a pénalisé son compte de résultat.

Source


Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.