Suivez-nous

Tech

Cybermalveillance : le gouvernement publie les chiffres de l’année 2018

Le dispositif gouvernemental de cybermalveillance présente ses chiffres de l’année 2018 et comme on s’en doute, ces derniers sont en hausse et touchent aussi bien les particuliers, que les entreprises ou les collectivités.

Il y a

le

Piratage liste mails Collection 1

On en sait plus, grâce au site cybermalveillance.gouv.fr, sur les risques numériques encourus en 2018. Le dispositif gouvernemental a ainsi présenté une infographie de ses activités de l’année dernière. Et force est de constater qu’il y a eu beaucoup de travail pour les équipes de la plateforme.

Cybermalveillance.gouv, un site gouvernemental pour prévenir le risque numérique

Face au harcèlement numérique, tentatives de hameçonnage et autres formes d’intrusions malveillantes, une plateforme en ligne a été créée : il s’agit du site cybermalveillance.gouv.fr, qui permet de sensibiliser à l’ensemble des risques numériques, mais aussi à les prévenir, ainsi qu’à soutenir les personnes qui en sont victimes. Sur le site on peut lire : « cybermalveillance.gouv.fr est le programme gouvernemental assumant un rôle de sensibilisation, de prévention et de soutien en matière de sécurité du numérique auprès de la population française« .

Les chiffres présentés par les équipes travaillant sur la plateforme dévoilent ainsi les principales problématiques auxquelles a été confrontée la plateforme. L’année dernière, ce sont 24 575 particuliers, 3650 entreprises et 631 collectivités qui ont sollicité cybermalveillance.gouv.fr. 28 855 victimes se sont donc manifestées auprès du dispositif.

Les périodes où il y a le plus de demandes correspondent aux mois d’octobre et de novembre, avec chacun 8000 victimes environ. Les trois principales attaques dont sont victimes les particuliers sont les suivantes : le phishing (25%), le piratage des comptes (19%) et le spam (16%). Rappelons qu’il y a toujours plus de Phishing en France et qu’en ce moment Netflix et Gmail sont fortement ciblés. Pour ceux qui ne voit pas bien la différence entre spam, phishing, scam… Nous vous recommandons cet article complet sur les différentes menaces.

Un dispositif gouvernemental mis à rude épreuve

Pour les entreprises, c’est un peu différent : en premier lieu on retrouve l’intrusion serveur (16%), le phishing (14%), ainsi que les virus et les spams au même niveau (12%). Chez les collectivités, c’est le phishing qui domine avec 20%, suivi du spam (19%) et les virus (10%). a

Afin d’aider particuliers et professionnels à lutter contre le phénomène, le site Cybermalveillance a identifié 1534 prestataires sur le territoire français, reconnus par le gouvernement comme des spécialistes en la matière. On trouve par exemple le Groupement d’intérêt public (GIP) et Action contre la cybermalveillance (ACYMA).

Ces deux instances ont noué un partenariat avec des entreprises et instances comme Bouygues Telecom, La Poste, Orange Cyberdefense, Microsoft ou encore SFR. Quant au site Cybermalveillance, il propose plusieurs contenus de sensibilisation, comme par exemple des fiches réflexes, un kit de sensibilisation ainsi que des vidéos et des recommandations.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests