Suivez-nous

Fintech

De 1,5 à 14,5 milliards $ : une néo-banque américaine voit sa valorisation exploser

Chime vient de réaliser un nouveau tour de table en série F, et se projette déjà en bourse. Mais gare à l’étiqueter comme une « banque ».

Il y a

  

le

 
Chime bank
© Chime

Elle fut l’une des entités numériques les plus disponibles pour les Américains à la recherche d’un service en ligne pour recevoir leur « stimulus check ». Les 1200 dollars de relance offerts par le gouvernement ont été un véritable levier pour la néo-banque Chime, qui a pu faire transiter pas moins de 375 millions de dollars à cette occasion. Pour le mois de septembre, la société continue ses opérations de financement et annonçait ainsi avoir récolté pas moins de 485 millions de dollars dans son dernier tour de table en série F.

En moins d’un an, depuis décembre 2019, la néo-banque Chime est arrivée à tourner la situation en sa faveur et à propulser sa valorisation de 1,5 à 14,5 milliards de dollars. Ses derniers tours de table concurrencent un acteur aussi imposant parmi les startups américaines dans la finance : Robinhood, et son milliard de dollars levé depuis janvier. Chime n’est pas du genre à communiquer régulièrement sur le nombre d’abonnés à ses offres bancaires, mais annonçait en septembre 2019 avoir dépassé les 5 millions de clients. Chime est certainement plus grosse que des néo-banques comme Revolut et N26.

Une néo-banque (bientôt) rentable ?

Derrière les 485 millions de dollars supplémentaires injectés par des investisseurs comme Tiger, ICONIQ et General Atlantic, il y a une annonce clé pour l’histoire de la néo-banque née en 2013. Selon son équipe de direction, Chime serait désormais rentable en EBITDA (ou BAIIA en français), au niveau de ses bénéfices avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement. Dans un article publié par CNBC, il est indiqué que Chime serait ainsi prêt à viser une introduction en bourse au cours des douze prochains mois. En un an, ses transactions et son chiffre d’affaires auraient triplé.

À cette occasion, Chime pourra profiter de sa stratégie et de l’impact limité de la crise sanitaire sur son activité. Mais pour autant, son modèle économique est voué à évoluer. La néo-banque en est résolue : « nous ressemblons plus à une société de logiciels grand public qu’à une banque » rapportait Chris Britt dans un entretien avec CNBC. De quoi imaginer Chime proposer d’autres services que sur le terrain de la fintech ? Depuis son lancement, sa proposition de valeur gravitait principalement autour d’un compte bancaire gratuit à l’image de ce que propose une banque en ligne ou une néo-banque, en partenariat avec The Bancorp Bank et Stride Bank.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *