Suivez-nous

Fintech

Revolut, Chime, N26 : les 5 plus grandes levées de fonds de néo-banques

Malheureusement, aucune néo-banque n’est française !

Il y a

  

le

 
Revolut
© Revolut

Elles s’appellent Chime, Revolut ou N26 – et elles sont en train de bouleverser le paysage bancaire traditionnel. Rien ne semble arrêter ces jeunes pousses qui veulent simplifier la banque au quotidien et réduire nos frais bancaires.

Pour financer leur appétit gigantesque, elles peuvent compter sur le soutien infaillible de nombreux fonds d’investissement- DST Global et TCV en tête. Ci-dessous, nous avons listé le Top 5 des plus grandes levées de fonds parmi les néo-banques.

Chime : 500 millions $ (décembre 2019)

En l’espace de 9 mois, la néo-banque américaine a vu sa valorisation être multipliée par 4, pour atteindre 5,8 milliards de dollars aujourd’hui. Après avoir levé 200 millions de dollars en mars dernier, Chime a enchainé sur un nouveau tour de table – de 500 millions de dollars cette fois – en décembre.

Fin 2019, la néo-banque recensait 6,5 millions de comptes à son actif, contre 1 million une année plus tôt. Avec cet argent, elle souhaite consolider le marché avec des acquisitions, étoffer sa gamme de produits et doubler le nombre d’employés d’ici à fin 2020. Elle devra composer avec de nouveaux entrants venus d’Europe, à l’instar de N26 ou Revolut.

Revolut : 500 millions $ (février 2020)

La pépite britannique Revolut vient d’annoncer un méga tour de table de 500 millions de dollars pour une valorisation à 5,5 milliards de dollars. C’est la plus grande levée de fonds enregistrée par une néo-banque européenne. Elle recense aujourd’hui 10 millions de clients, et ambitionne d’atteindre le cap des 100 millions dans les prochaines années.

Dans l’immédiat, Revolut souhaite utiliser ce capital pour « renforcer encore davantage son développement de produits dans ses marchés existants, déployer ses opérations bancaires en Europe et augmenter l’engagement quotidien de ses clients ». Par la suite, la fintech souhaite également proposer divers crédits pour les clients particuliers et entreprises.

NuBank : 400 millions $ (juillet 2019)

La fintech brésilienne n’en finit pas d’affoler les compteurs. En juillet 2019, elle officialisait son 7ème tour de table pour un montant de 400 millions de dollars. Selon nos confrères du Wall Street Journal, c’est la seule néo-banque a avoir franchi le seuil des 10 milliards de dollars de valorisation.

Comme pour le dernier tour de table de Revolut, c’est le fonds californien TCV qui a mené cette gigantesque levée de fonds. NuBank recensait déjà 12 millions de clients en juillet dernier, et s’imposait de facto comme la plus grande startup d’Amérique Latine.

N26 : 300 millions $ (janvier 2019)

En 2019, la néo-banque allemande a enchainé deux tours de table à six mois d’intervalle : le premier à hauteur de 300 millions de dollars en janvier dernier, et le second en juillet pour un montant de 170 millions. Depuis sa création en 2013, la pépite allemande a levé 683 millions pour une valorisation proche des 3,5 milliards de dollars. Fin janvier, elle se félicitait d’avoir attiré 5 millions de clients, dont plus d’un million dans l’Hexagone.

N26 France croissance

Croissance de N26 sur le marché français © N26

N26 voit au delà du continent européen, et ses premiers mois sur le marché américain sont prometteurs. Jérémie Rosselli, le Directeur Général de N26 France nous confiait il y a quelques semaines que la startup visait également le Brésil, où « notre arrivée est en phase de préparation ».

Monzo : 144 millions $ (juin 2019)

Si l’on exclut la levée de fonds de Transferwise (292 millions $ en mai 2019) dont l’activité principale reste les transferts d’argent, c’est Monzo qui termine notre Top 5 des plus grandes levées de fonds dans le secteur des néo-banques.

C’est le célèbre Y Combinator qui lui a permis de boucler un tour de table de 144 millions de dollars en juin dernier. La néo-banque sait que la concurrence est rude, et elle serait en négociation avec SoftBank pour lever 130 millions de dollars en plus… Affaire à suivre.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *