Suivez-nous

Sciences

Des scientifiques canadiens mettent en garde contre les sachets de thé en plastique

Des tests ont révélés qu’un seul sachet de thé pouvait libérer des milliards de particules microplastiques dans l’eau. Les chercheurs appellent donc les consommateurs à la vigilance.

Il y a

  

le

 
thé
© Pexels

C’est une étude qui a de quoi sérieusement alerter. Un groupe de recherche canadien vient en effet de découvrir que tremper un sachet de thé en plastique à une température d’infusion de 95 degrés entraîne la diffusion d’environ 11,6 milliards de particules microplastiques dans l’eau. Un chiffre largement supérieur à ceux relevés pour d’autres types d’aliments ou de boissons.

Nathalie Tufenkji, professeure à l’université McGill à Montréal et auteure principale de cette étude, donne des éléments permettant de mieux comprendre ces résultats : «  Si l’on compare avec d’autres aliments contaminés par des microplastiques, c’est beaucoup. Le sel de table, qui présente une teneur relativement élevée en microplastique, contient environ 0,005 microgramme de plastique par gramme de sel. Une tasse de thé contient des milliers de fois plus de plastique, à raison de 16 microgrammes par tasse », précise-t-elle.

Des études supplémentaires seront nécessaires

Quels risques cette teneur élevée en plastique fait-elle courir au consommateur de thé ? Pour mieux le comprendre, les scientifiques ont exposé des puces d’eau à l’eau contaminée. Les crustacés n’ont certes pas été tués mais les chercheurs ont noté une modification de leur comportement et le développement de malformations. Des résultats suffisants pour tirer la sonnette d’alarme.

D’autant que dans ce domaine, les interrogations ont tendance à se multiplier. Comme le rappelle Le Monde, l’OMS a demandé fin août à « mener une évaluation approfondie des microplastiques présents dans l’environnement et de leurs conséquences potentielles sur la santé humaine ». On craint notamment que de par leur petite taille, ces particules ne soient absorbées par l’organisme via le tube digestif.

En attendant d’en savoir plus, les chercheurs canadiens recommandent d’éviter l’utilisation superflue des plastiques à usage unique et de privilégier l’utilisation du thé en sachet papier. Il est aussi possible de consommer le thé en vrac, ce qui évite tout recours aux emballages. Des mesures simples et qui permettent d’éviter tout risque de contamination.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

2 Commentaires

2 Commentaires

  1. Patrick

    29 septembre 2019 at 14 h 05 min

    Il devrait plutôt s’attaquer à un danger bien plus important, les molécules de cannabis qui se diffusent dans les rues des villes. Ils ont fait l’énorme bêtise de le légaliser, et circuler dans les rues ou attendre le bus à trois mètre d’une fumeur, c’est prendre le risque d’absorber du cannabis à son insu.
    Et çà, c’est beaucoup plus grave que les molécules de plastique.

    • Globulle

      14 novembre 2019 at 18 h 46 min

      Euh, vous êtes médecin ?
      Le plastique est un perturbateur endocrinien, le cannabis peut être utilisé dans des traitements médicaux.
      Le plastique est un dérivé du pétrole, le cannabis est extrait d’une plante.
      On parle de plusieurs océans de plastique, il n’a jamais été fait mention d’océans de cannabis.
      On retrouve des microparticules de plastique dans les animaux aquatiques, qui finissent dans notre assiette, pas de trace de cannabis…
      Les fumeurs de cannabis consomment du plastique, les non fumeurs aussi.
      Vous êtes sûr que le problème du plastique est moins préoccupant que le cannabis ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests