Earth Overshoot Day 2017: la pollution numérique est aussi responsable

A partir d’aujourd’hui, l’humanité vit à crédit sur les ressources renouvelables de la planète. C’est en effet ce 02 août que l’humanité a épuisé toutes les ressources de la Terre et que nous passons un triste cap, celui de l’Earth Overshoot Day ou jour du dépassement de la Terre. Toutes nos activités et notre façon de consommer sont directement responsables de cette réalité, mais il est toujours possible de changer certaines choses sans beaucoup d’efforts.

Nous vivons à crédit depuis aujourd'hui - Earth Overshoot Day 2017

L’Earth Overshoot Day, est un concept mettant en évidence notre surconsommation des ressources de la Terre. Ce sont de nombreux groupes d’experts et de scientifiques qui sont réunis sous la bannière de l’ONG Global Footprint Network qui calculent nos besoins et les capacités de la Terre. L’an dernier, ce jour du dépassement était survenu 5 jour moins vite : « Cela signifie qu’en sept mois, nous avons émis plus de carbone que ce que les océans et les forêts ne pouvaient absorber en un an, nous avons pêché plus de poissons, coupé plus d’arbres, fait plus de récoltes, consommé plus d’eau que ce que la Terre a pu produire sur cette même période ».

A partir d’aujourd’hui, l’humanité vit à crédit sur le dos de la planète

Ce phénomène est en constante augmentation depuis des années comme le montre ce triste graphique de l’ONG Global Footprint Network, car depuis 1969 nous avons besoins de plus de ressources que la Terre n’est capable d’en fournir ! A ce jour, il faudrait à l’humanité 1,7 planète Terre pour subvenir à nos besoins… Nous sommes tous directement responsables, mais pouvons encore agir pour précisément réduire nos besoins, nos sources de pollution ou d’émissions de CO2, de façon directe et indirecte. Comme nous le verrons avec un exemple en fin d’article sur la pollution numérique.

Jour du dépassement de la Terre année après année

En effet, chaque action même la plus insignifiante comme recevoir un mail à un prix à payer pour la planète. Pour prendre cet exemple, il a été calculé que les mails pèsent 44 mégatonnes de CO2 dans la facture écologique chaque année et ce chiffre est en perpétuelle augmentation puisque le nombre de mails stockés double chaque année.

Message de Nicolas Hulot sur ce jour du dépassement

Quelles actions est-il possible d’entreprendre pour inverser cette fuite en avant du jour du dépassement de la Terre ?

Il existe déjà de nombreux conseils pour tenter de réduire son empreinte écologique, plus ou moins facile à entreprendre au quotidien, comme privilégier la marche, le vélo ou les transports en commun pour se déplacer, recycler le maximum de produits, ne pas tomber dans le cercle de l’obsolescence programmée, éteindre ses appareils au lieu de les laisser en veille, consommer de la viande maximum deux fois par semaine, acheter de préférence des produits provenant de marchés locaux, etc. Si  vous avez des astuces, n’hésitez pas à les mettre en commentaire.

La pollution numérique a sa part de responsabilité dans le réchauffement climatique et dans l’accélération de cette progression de l’Earth Overshoot Day et le simple geste de nettoyer sa boîte mail réduirait considérablement la facture écologique. Comme on peut le voir sur les infographies suivantes, issues d’un communiqué de presse de la société Cleanfox, les activités humaines représentent 60% des émissions de CO2 et la pollution numérique y est pour 2%. Certains d’entre vous dirons que 2% c’est faible, mais il faut savoir que la pollution digitale est sur le point de dépasser la pollution produite par le trafic aérien mondial. De plus, nos besoins sont de plus en plus importants dans ce secteur et les besoins en stockage doublent pratiquement chaque année.

Pollution numérique et le jour du dépassement

La société Cleanfox propose donc une solution très simple avec son application: vider une grosse partie des données inutiles présentes sur les Data Centers dans le monde en nettoyant nos boîtes mails qui contiennent bien souvent durant des années, des mails que nous ne lirons plus ou des newsletters que nous n’ouvrirons jamais. L’idée est simple, mais permet en effet de réduire l’utilisation des Data center, d’autant qu’un simple mail est généralement dupliqué de nombreuses fois et stocké sur différents serveurs en guise de sauvegarde.

Réduire son empreinte écologique en supprimant des mails avec Cleanfox

 

 


Nos dernières vidéos

Send this to a friend