Et si les clochards devenaient des bornes Wi-Fi !

Ce titre n’est pas volontairement provocateur, c’est en effet la démarche qu’une association en République Tchèque a eu en imaginant un système pour transformer les SDF en bornes Wi-Fi.

Des SDF transformés en hotspot Wi-Fi

L’association Wifi4Life est partie sur un concept qui risque de choquer un très grand nombre de personnes : utiliser des SDF en tant que bornes Wi-Fi en installant un routeur sur ces derniers. L’idée n’a pas intéressé grand monde sur la plateforme de financement participatif Indiegogo et n’a recueillie que 388 euros, qui ont été rendus aux donateurs après la fin de la campagne. Pourtant, Wifi4Life croit en son service et a équipé son premier SDF en borne Wi-Fi.

Quand les SDF peuvent devenir des hotspots Wi-Fi…

Avec le premier clochard équipé d’un routeur Wi-Fi, l’association Wifi4Life a tenu à mieux expliquer son concept. Lubos Bolecek  a indiqué au site Numerama : « Nous avons choisi des SDF parce qu’ils sont déjà dans la rue et que la plupart du temps ils n’ont rien à faire. Et nous voulons qu’ils commencent à travailler ».  L‘association désirait lever 5500 euros pour développer son projet, mais n’a pas connu le succès sur Indiegogo, on comprend un peu pourquoi ! C’est donc avec les fonds personnels de l’association qu’un premier dispositif a été mis au point et installé sur un SDF.

Wifi4Life explique que cela rend service à la population, cela restaure l’estime de soi chez les SDF et cela peut amener ces derniers sur le chemin de la réinsertion. L’association a expliqué : « S’ils prouvent qu’ils peuvent respecter des horaires, se réveiller, rester sobres, et travailler 8 heures par jour, notre projet leur fournira la valeur d’une recommandation pour leur employeur potentiel ».

En contrepartie, le SDF reçoit des vêtements, de la nourriture, un toit et 5 euros. Wifi4Life est conscient que la somme peut paraître dérisoire, mais précise : « Il reçoit aussi de l’argent de la part des gens qui utilisent son Wi-Fi » sous forme de pourboires, car le service est gratuit. La mairie de Prague serait très intéressée par le concept, même si sur la toile les commentaires ne sont pas tous bienveillants et beaucoup soulignent l’exploitation de la misère sous couverture d’une possible ascension sociale virtuelle.

Source

 


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. Ce projet est quand même assez puant de mépris et de condescendance, franchement, vous n’étiez pas hyper obligés d’en faire la promo. Et quand bien même, utiliser le terme « clochard » qui est péjoratif est vraiment limite.

    • Emmanuel Ghesquier
      Emmanuel Ghesquier on

      Ce n’est pas en ne parlant pas d’un problème ou d’une situation qu’elle n’existe pas. Toute la presse en parle et pas uniquement presse-citron, donc je ne vois pas en quoi nous ferions la « promo » de ce sujet ou de cette association, c’est même probablement en parlant de cela que l’opinion publique se chargera du destin de cette association…

      Quand à l’utilisation du mot « clochard » en quoi est-elle péjorative ou dénigrante dans l’article ? Étymologiquement, le terme clochard à deux origines probables, du verbe « clocher », boiter… pour une personne qui boite ou le mot « cloche », car sur certains marchés, à la fin des ventes une cloche retentissait et les mendiants venaient ramasser la nourriture. C’est donc un mot parfaitement inscrit dans la langue française. Si les gens s’en servent de manière péjorative, c’est autre chose.

      L’article utilise d’ailleurs plus le terme SDF… même si cet acronyme ne reflète même pas le mot qu’il veut aseptiser, puisque tous les « sans domicile fixe » ne sont pas des personnes en forte précarité et choisissent même ce mode de vie et inversement tous les « SDF » ne sont pas sans domicile fixe et certains vivent parfois plusieurs années dans un endroit construit de leurs propres mains.

      Encore une fois, je cherche toujours le côté dénigrant dans l’article…

  2. S’il reçoivent un pourboire pour service rendu, ça veut dire que l’on va se poser non loin du clodo et on va vaquer tranquillement à nos petites affaires, acheter une paire de chaussure, une télé, un canapé sur Amazon ou RueDuCommerce. On va aller checker son facebook, ses mails…. Là comme ça, à côté d’un pauvre mec, qui n’a que 5€ / jour pour bouffer … Et puis on va lui serrer la main, lui filer 1€.
    Je ne vois pas comment humainement c’est possible, comment on peut même l’envisager ? Et ça n’a pas l’air de poser de problème au mire de Prague … Tout simplement honteux !

Répondre