Le compte Twitter d’Associated Press piraté, l’Amérique s’emballe

Le compte Twitter d’Associated Press, l’une des trois agences de presse mondiale et généraliste, a hier été piraté. L’annonce d’un attentat à la Maison-Blanche y a été fait.

Associated Press (AP) a annoncé hier, sur son site officiel, son site corporate et les médias sociaux, avoir été victime d’un piratage de son compte Twitter officiel. Vers 13h, un Tweet annonçait la nouvelle suivante : « Dernière minute : deux explosions à la Maison-Blanche, Barack Obama est blessé. ». La nouvelle a créé un vent de panique en Amérique.

Ayant 1,9 millions de followers et une réputation de média fiable, la nouvelle annoncée par AP a été prise très au sérieux. Par exemple, juste après la publication de l’information, Dow Jones industrial (un indice boursier) a chuté de 100 points en deux minutes, pour revenir à sa stabilité à la révélation du fake.

FakeTweetAP

Le porte-parole de la Maison-Blanche, Jay Carnet, s’est rapidement exprimé pour rétablir la vérité « Le président va bien. J’étais avec lui à l’instant ». AP a, quant à elle, clôturé son compte Twitter le temps de s’assurer que tout rentre dans l’ordre.

> Lire aussi :  Facebook et Twitter expliquent pourquoi ils ne retournent pas en Chine

Le piratage a été revendiqué par « Syrian Electronic Army », un groupuscule pirate syrien, qui a publié, sur son compte Twitter, « Oups ! L’AP a été eue par l’Armée Électronique Syrienne ». Rien ne prouve que ces allégations sont vraies mais le groupe a déjà sévi sur d’autres sites de médias internationaux, notamment le Twitter de l’Agence France-Presse.

Il est quand même inquiétant de voir la puissance d’un simple tweet et ses effets sur la bourse (et donc l’économie). Wall Street devrait essayer de recouper un peu plus ses informations la prochaine fois.

(source)


5 commentaires

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.