Connect with us

Réseaux sociaux

Facebook découvre que tout le monde n’est pas honnête (encore !)

Facebook voulait forcer les annonceurs politiques à s’identifier mais autant dire que la méthode ne semble pas vraiment porter ses fruits… Le réseau social fait marche arrière.

Il y a

le

Marche arrière radicale pour le réseau social

C’était censé être une grand annonce de Facebook. Confronté plutôt gravement au problème des fake news, le réseau social voulait se prémunir. L’objectif ? Une transparence dans les publicités relevant du domaine politique. Après le Brésil ou les États-Unis, une obligation de sourçage débarquait au Royaume-Uni. Pas une mince affaire dans un pays encore sous la pression du Brexit.

Toutefois, selon les informations du journal britannique The Guardian qui s’appuie sur des déclarations de Facebook, l’idée semble reportée sine die. Pourquoi ? Tout simplement parce que de multiples petites affaires ont montré  que le système était loin d’être infaillible. Il est possible de mentir au système. Business Insider l’a fait en attribuant des publicités anti-Brexit à Cambridge Analytica, Vice News a publié des publicités liant l’État Islamique et Mike Pence… Le site ProPublica a découvert que des géants pétroliers se cachaient derrière un groupe de soutien à Donald Trump. Bref, les cas s’accumulent.

> Lire aussi :  Facebook indique supprimer des posts signalés alors que ce n'est pas le cas

Comment vérifier l’identité sur Facebook ?

Pour Facebook, le bilan est simple. Son système actuel n’est tout simplement pas fiable. Sa volonté de donner une information certifiée à ses utilisateurs se heurte à des outils techniques ou humains pas assez performants.

La question est désormais de savoir comment l’affaire pourrait se régler et quelles mesures pourraient être adoptées pour s’assurer de la véracité des annonceurs.

Pourtant, Facebook commence à ne plus avoir trop le choix. Il faut réussir à trouver un compromis. Si les équipes de Mark Zuckerberg ont supprimé 100 comptes soupçonnés d’avoir influencé les élections américaines à l’occasion des midterms, la décision a été prise très tardivement. Les élections locales au mois de mai au Royaume-Uni sans même parler des élections européennes vont rendre ce sujet de plus en plus important. Faute d’action, Facebook pourrait bien se retrouver face à la justice encore et encore.

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Dernières news

Les bons plans

Les tests