https://wordpress.org/
Connect with us
Bouygues

Internet

En français, « fake news » se dit désormais « infox »

La commission d’enrichissement de la langue française a statué sur le terme. Désormais, il faudra utiliser le néologisme « infox » plutôt que « fake news ».

Il y a

le

Infox fake news

Jeudi 4 octobre, la commission d’enrichissement de la langue française a choisi le nouveau terme équivalent aux « fake news ». Parmi plusieurs propositions telles que « craque, fallace, infaux, infausse, intox », c’est « infox qui a finalement été préféré », indique le Journal officiel. Pour rappel, ce terme avait été proposé dans la boîte à idées de FranceTerme, un site web de ministère de la Culture, en janvier 2017.

Le terme « infox », une « occasion de puiser dans les ressources de la langue »

De fait, ce néologisme désignera désormais une information « mensongère ou délibérément biaisée » visant à « défavoriser un parti politique, à entacher la réputation d’une personnalité ou d’une entreprise, ou à contrer une vérité scientifique établie », précise la définition.

Présidée par l’académicien Frédéric Vitoux, la Commission déclare : « L’expression anglo-saxonne fake news, qui désigne un ensemble de procédés contribuant à la désinformation du public, a rapidement prospéré en français. Voilà une occasion de puiser dans les ressources de la langue pour trouver des équivalents français ».

> Lire aussi :  Facebook signale de nouveaux comptes étranges avant les élections américaines

Néanmoins, il sera toujours possible d’utiliser les termes « fausse nouvelle » ou « fausse information », qui sont déjà présents dans la loi française de 1881 sur la liberté de la presse.

Comme l’explique la Commission, le fait de statuer sur l’équivalent du terme « fake news » fait suite à sa large utilisation sur les réseaux sociaux. Largement utilisé par le président des États-Unis, Donald Trump, sur Twitter, celle-ci a trouvé écho à l’actualité en définissant une partie des difficultés auxquels les plateformes sociales se doivent de faire face depuis quelques années. En effet, Facebook et Twitter sont régulièrement accusés de laisser circuler des infox pouvant porter les utilisateurs à confusion.

Les autorités administratives exploiteront désormais ce néologisme pour évoquer les fausses nouvelles. Mais reste à voir si le terme se fera une place dans le langage du quotidien, ou si le terme initial conservera une telle utilisation.

1 commentaire

1 Commentaire

  1. taraceboulba

    5 octobre 2018 at 17 h 16 min

    C’est d’une connerie sans borne. On nivelle par la bas, comme rarement, puisqu’on descend au niveau de de la trumpette. Ils sont payés ces gens a se toucher la bite pour ne servir a rien ou ça se passe comment ?

    Aussi utile et attendu par le peuple que la nouvelle législation européenne qui a changer le noms des carburants.

    Pendant ce temps, évasion fiscale, escroquerie sur internet, usurpation d’identité, pédophilie, nouveau secret des affaires, licenciement économique par des boites qui explosent les record de rentabilité… c’est sur que donner un mot a la con pour fake news, c’était le sujet brûlant du jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Dernières news

Les bons plans

Les tests