Suivez-nous

Fintech

Goldman Sachs, bientôt obligé de lancer une néo-banque ?

Situation délicate pour son compte épargne au Royaume-Uni, qui a dû arrêter ses ouvertures de comptes à la suite de problèmes réglementaires.

Il y a

  

le

 
Marcus Goldman Sachs
© Presse-citron.net

Qui a dit qu’en pleine crise économique, les banques ne pouvaient pas se plaindre de rencontrer un trop fort succès ? Pour la banque d’investissement new-yorkaise Goldman Sachs, tout semble a priori possible. Son offre numérique baptisée « Marcus » (du prénom du fondateur de Goldman Sachs) propose un compte d’épargne pour les clients britanniques, et vient d’engranger pas moins de 100 000 nouveaux clients pour 8 milliards de livres en plus d’encours. Une situation qui pourtant, met le géant financier dans une situation délicate.

La hausse du nombre de clients s’est cumulée avec le changement d’état d’esprit des consommateurs, davantage décidé à épargner. Tout cela a surpris Goldman Sachs, qui n’était décidément pas prêt à recevoir un tel volume supplémentaire. En effet, la législation britannique sur le paysage bancaire oblige les acteurs à créer une entité juridique distincte pour les offres d’épargne qui dépasseraient un volume global de 25 milliards de livres d’encours.

Goldman Sachs contraint de suspendre les inscriptions

Au moins de juin, après plusieurs semaines de confinement au Royaume-Uni, « Marcus » a atteint un volume d’encours de 21 milliards de livres, un cap qui a poussé la banque d’investissement à suspendre les inscriptions à son offre pour respecter la loi. La situation est lunaire en pleine période de crise, où d’autres acteurs de la fintech et de la banque en ligne se retrouvent à devoir se serrer la ceinture pour espérer passer ces plusieurs mois de peine.

Goldman Sachs ne sait pas, ou du moins, n’a encore rien prédit pour l’avenir. L’Américain affirme qu’il s’agit d’une décision temporaire, et que les Anglais pourront à nouveau créer un compte pour profiter du livret d’épargne à taux fixe de la banque, qui attire par ses taux négociés parmi les plus compétitifs du marché.

Il semble clair que la seule solution pour Goldman Sachs sera de se plier aux règles, et créer sa propre entreprise pour continuer à proposer son service d’épargne. Malheureusement, la banque d’investissement craint que cela aille à l’encontre de la nature même de « Marcus » qui avait justement été lancé pour collecter des fonds disponibles à l’activité principale de Goldman Sachs.

Après Apple, la banque Goldman Sachs va collaborer avec Amazon

Si une entité distincte est lancée, alors « Marcus » pourrait devenir une véritable banque numérique, aux produits bancaires plus complets. C’est la conclusion qu’en a d’ailleurs tiré Simon Taylor, un spécialiste fintech au cabinet 11:FS, interrogé par CNBC : « Il n’est pas surprenant que cette poussée leur soit arrivée […]. Il sera intéressant de voir comment Marcus est capable de faire pivoter cette acquisition de clients dans une offre de produits plus large au cours des prochains mois et années au Royaume-Uni. » Peut-on imaginer voir arriver une néo-banque par Goldman Sachs ?

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *