Connect with us

Applications

Google a une astuce pour protéger Assistant des sanctions de l’UE

Google aurait lancé une application qui permet d’avoir Assistant sur un smartphone qui n’a pas l’application Google Search.

Il y a

le

Si Google gagne de l’argent grâce à Android, c’est parce que les constructeurs qui souhaitent installer les applications comme Maps ou le Play Store doivent également installer Chrome et Google Search sur leurs appareils. Et quand ces deux applications sont utilisées, le moteur de recherche de Google est utilisé, ce qui permet à la firme de générer des revenus via la publicité.

Cette situation va néanmoins changer dans l’Union Européenne puisqu’après les nouvelles sanctions pour abus de position dominante, la firme ne peut plus imposer la préinstallation de Chrome et Google Search aux constructeurs qui veulent préinstaller le Play Store.

Or, le problème, c’est que si l’application Google n’est plus préinstallée sur tous les smartphones Android vendus en Europe, cela signifie que Google Assistant sera également disponible sur moins d’appareils (pour rappel, l’assistant numérique est accessible via l’application Google sur Android).

La solution : une nouvelle application pour Google Assistant

Mais Google travaillerait déjà sur une solution pour contourner ce problème, et sauver Google Assistant.

> Lire aussi :  Donald Trump accuse Google de censure

En effet, comme le rapporte notre confrère 9to5google, Google a déjà développé une nouvelle application baptisée Voice Action Services qui permettra de proposer Google Assistant sur les smartphones Android même si l’application Google Search est absente.

Si pour le moment, il n’y a pas eu d’annonce officielle, 9to5Google est convaincu que cette application est une réponse aux sanctions de l’UE. D’ailleurs, Voice Actions Services ne serait disponible qu’en Europe.

Il est possible que Google utilise cette application pour s’assurer que son assistant numérique soit préinstallé sur la majorité des smartphones vendus en Europe, même si les constructeurs décident de ne plus préinstaller l’application Google Search.

Pour le moment, personne ne saurait prédire l’impact des mesures de l’UE sur l’écosystème Android. En effet, si un constructeur peut maintenant ne pas préinstaller Chrome et Google Search, il devra en revanche payer des frais de licence. Et d’après certaines rumeurs, ces frais peuvent aller jusqu’à 40 dollars par appareil.

> Lire aussi :  Fabriquées en Chine, les clés de sécurité de Google interrogent

1 commentaire

1 Commentaire

  1. B666

    24 octobre 2018 at 23 h 00 min

    Jusqu’où pourra aller la stupidité… je me le demande.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests