Happy hour acoustic #109

Quand on s’appelle Chris Cornell on a le droit de s’accaparer un monument du reggae avec comme seule arme une guitare sèche. Et ça fonctionne plutôt bien. Chris Cornell – Redemption song (Bob Marley)

Quand on s’appelle Chris Cornell on a le droit de s’accaparer un monument du reggae avec comme seule arme une guitare sèche. Et ça fonctionne plutôt bien.

Chris Cornell – Redemption song (Bob Marley)


21 commentaires

  1. Pas trop mal la session acoustique, le chant est plutôt bon mais je trouve ça beaucoup trop énergique et malheureusement ça fait pas assez ressortir l’émotion associée à cette musique.

    En même temps difficile d’imiter d’inimitable 😉

  2. Chris Cornell, c’est surtout pour moi la grande époque du grunge avec Seattle comme capitale et Nirvana comme autre tête d’affiche.
    Ca ne nous rajeunit pas (pour ma part, c’était la fin du collège et le début du lycée…).

    Quant à Chris Cornell S’il a conservé sa puissance vocale qui m’a toujours impressionné, il faut bien reconnaître que ses albums solos ressemblent plus à de la variété (plutôt de qualité) qu’au punk de ma jeunesse !

  3. Merci pour ce Happy Hour, grand chanteur ce Chris Cornell, quand je l’écoute chanter, que ce soit en solo ou dans Soundgarden, je me met à genoux et dit « Je suis une merde, je ne merite pas… » comme dans « Wayn’s world » lorsqu’il rencontre le chanteur Alice Cooper 😉

  4. Pour avoir eu la chance de le voir la chanter et la jouer sur scène, Bob, qui se disait (à juste titre ?) médiocre guitariste, avait au moins un max de sentiment(s) à passer…

    Le pire, c’est que c’était la première fois que je l’entendais…

    Non, c’est pas vrai, le pire c’est qu’il est mort quelques mois plus tard…

  5. Çà tombe bien j’suis de nouveau dans ma grande période Bob en ce moment.

    Je trouve cette version pas mal mais un peu trop rapide à mon goût … de toute façon je ne peux qu’être critique c’est ma chanson préférée !!

    J’ai trouvé de bien plus belle version avec Tété, Corneille ou encore Lauryn Hill.

    « Won’t you help to sing … the song of freedom … »

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies