Harley-Davidson dévoilera sa première moto électrique l’an prochain

La marque américaine a dévoilé son plan stratégique dont la mise en place commencera dès l’an prochain. Au programme, trois nouveaux modèles électriques qui pourraient permettre à Harley-Davidson de se remettre en selle.

Harley-Davidson moto

LiveWire © Harley-Davidson

Après avoir confirmé il y a quelques mois qu’elle se lançait sur le marché de la moto électrique, la société américaine a confirmé ses dires dans un communiqué daté du 30 juillet. Si cela fait désormais quatre ans que Harley-Davidson évoque la conception d’un véhicule électrique, la moto LiveWire devrait finalement être lancée en 2019. Comme l’indique Matt Levatich, président et chef de la direction, le plan « More roads to Harley-Davidson » vise à élargir la clientèle de la marque tout en « construisant la nouvelle génération de motards ». Du même coup, l’entreprise américaine espère bien renforcer sa position à l’international, notamment auprès de l’Inde.

Une moto électrique, puis deux autres en 2022

Si le premier modèle électrique LiveWire fera son apparition l’an prochain, il est prévu que deux autres véhicules similaires soient lancés dès 2022. Une ambition que Harley-Davidson souhaite accomplir en devenant, à long terme, le leader des motos électriques. La gamme middleweight devrait faire son arrivée durant l’année 2020. L’une des petites cylindrées de la gamme se destine particulièrement à l’Inde, un pays décrit par Levatich comme « l’un des marchés les plus importants et à la croissance la plus rapide au monde ».

À la fin de l’année 2017, Harley-Davidson générait 4,9 milliards de dollars de vente, un chiffre que la firme espère faire grimper d’un milliard de revenus supplémentaires en 2022. Comme l’explique Matt Levatich : « Cette stratégie accélérée va nécessiter des investissements significatifs pour influer sur la trajectoire du business mondial, et la société prévoit de les financer entièrement grâce à une réduction des coûts et à la réaffectation des investissements et ressources prévus, y compris les investissements opérationnels à l’horizon 2022 de 450 à 550 millions de dollars et les investissements en capital à l’horizon 2022 de 225 à 275 millions de dollars ».

Reste à savoir si l’électrique séduira les motards habitués à la signature sonore propre à la marque depuis sa création en 1903.


9 commentaires

  1. richard bouchard le

    Mouais, le son n’est pas simplement une signature sonore sur une moto, c’est aussi un élément de survie. Pour se faire entendre des voitures. Alors moteur électrique = presque pas de son = Accident ( je raccourcis )

    • Le boucan des Harley (désolé, je trouve que c’est le mot le plus approprié) serait une question de survie ? Pauvres motards qui roulent en BMW ou japonaises, ils doivent être tous à l’hôpital ou au cimetière…
      Gageons que Harley réussira à rendre ses motos électriques bruyantes, pour des raisons de sécurité évidemment 😉

    • Pour avoir essayé le prototype de cette moto il y a 1 ans sur le circuit Michelin à Clermont, je peux te dire que le bruit n’est pas degeulasse et s’apparente à une turbine d’avion, je roule depuis des années en Harley et j’ai trouvé ça sympa avec une patate s’enfer !!

  2. il est simple de mettre un avertisseur lumineux/sonore sur un véhicule electrique de demain pour prévenir de l’arrivé d’un véhicule a plus grande vitesse que la sienne a proximité. Faudra juste le mettre aussi sur les véhicules thermiques (donc le rendre obligatoire par la loi)
    Comme toute periode de transition technologique, ya souvent un temps d’adaptibilité ‘ , l’essentiel est de le limiter sa dangerosité au maximum

  3. Quesnel pascal le

    D accord avec Richard sur le côté « sécurité sonore « . Idem pour les voitures électriques où on pense d’ailleurs à créer artificiellement des « bruits » alertant les piétons notamment .
    Pourquoi ne pas le faire sur une Harley électrique ? Un bon gros bruit electronique,rauque et viril ?
    Mais voilà : ça resterait artificiel justement , et bye bye l ‘âme de ces motos mythiques .
    Comme une Ferrari électrique quoi… Une hérésie ! !
    Sans compter qu en amont , fabriquer des batteries électriques n’à rien d’écologique !
    Il ne faut pas voir que les émissions de CO2, mais toute la chaîne de fabrication.
    Harley surfe sur la vague du temps , mais à mon avis va se planter à moyen terme .
    Que ce monde « aseptisé  » devient triste et ennuyeux. ..

  4. Les signatures sonores existent déjà sur certaines voitures électriques, on peut même choisir le son. De toute façon je pense que l’argument de la sécurité des motards liée au son est fallacieux. Quand on est en voiture il y a très peu de cas où l’on identifie les véhicules à proximité par le bruit, a fortiori dans les voitures récentes, qui sont de vrais cocons acoustiques complètement isolés des bruits extérieurs. En revanche la notion de sécurité par le bruit est importante pour les piétons. Pour avoir longtemps roulé en hybride puis à plusieurs reprises en Tesla, j’ai bien constaté que les piétons se fient beaucoup à leur ouïe en ville (ce qui est complètement idiot), ce qui suppose de s’adapter et d’énormément anticiper pour ne pas voir des gens traverser sous vos roues parce-qu’ils ne vous ont simplement pas entendu. Il m’est même arrivé de me faire engueuler par des piétons agressifs parce-que ma voiture « ne faisait pas assez de bruit », véridique. Mais ce n’est pas lié qu’à l’électrique, il y a des voitures à essence qui sont aussi silencieuses que des électriques à basse vitesse.

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies