Connect with us

Sciences

IBM a mis au point une molécule capable de tuer tous les virus

Et si IBM avait trouvé le moyen de tuer tous les virus ? Contrairement à ce que l’on pourrait penser en premier lieu, il ne s’agit pas de virus informatiques, mais bel et bien de virus organiques.

Il y a

le

IBM met au point une molécule tueuse de virus

Le géant de l’informatique semble avoir découvert une molécule capable d’éradiquer tous les virus. Cette importante découverte est le fruit d’une collaboration entre l’Institut de Bio ingénierie et de nanotechnologie de Singapour et IBM, qui sont partis dans une direction plutôt insolite pour tuer les virus.

IBM met au point une molécule tueuse de virus

Plutôt que de vouloir trouver une faille dans le code génétique des virus, pour utiliser cette vulnérabilité comme angle d’attaque, IBM a choisi de travailler sur les molécules composant la surface des virus. En effet, le code génétique est en constante mutation et un vaccin fonctionnant aujourd’hui, ne le sera peut-être plus dans quelques mois. On peut observer cet état de fait sur le virus de la grippe.

Chaque année, la souche évolue et il est nécessaire de travailler sur un nouveau vaccin. Comment peut-on éliminer un virus de la grippe, du Zika, de la dengue ou d’Ebola sans passer par l’ADN de ces derniers ? L’Institut de Bio ingénierie et de nanotechnologie de Singapour et IBM ont répondu à cette question en s’attaquant aux molécules de surface. Les chercheurs ont travaillé sur une constante que l’on retrouve chez tous les virus, à savoir la présence de glycoprotéines à leur surface.

> Lire aussi :  Brevets : Groupon et IBM concluent un accord à l'amiable

Cette molécule permet aux germes de s’accrocher aux cellules, les scientifiques ont donc cherché à retourner cet avantage contre les virus eux-mêmes. Ils ont conçu une molécule géante capable d’attirer par électricité statique les virus à elle. Cette grosse molécule devient une sorte de piège mortel pour les virus, car les germes ne peuvent plus s’accrocher aux cellules humaines, ce qui induit une rapide baisse de la multiplication de ces derniers dans le corps.

Pour compléter cette arme mortelle IBM, a même intégré un type de sucre (le mannose) de façon à activer la production d’une réponse immunitaire par le corps pour attaquer de façon plus agressive les virus. IBM a-t-il découvert l’arme ultime contre les virus ? Pour l’instant la réponse semble oui, mais dans un laboratoire. Il faut encore attendre les résultats sur des organes, des animaux et sur les humains avant de pouvoir vraiment se prononcer, mais les résultats de cette molécule tueuse sont très prometteurs.

> Lire aussi :  Avec Red Hat, IBM réalise la plus grosse acquisition de son histoire

Source

Source 2

10 Commentaires

10 Commentaires

  1. Eric

    19 mai 2016 at 20 h 53 min

    Oué Et après ? …On en entendra plus parler!! Pour des raisons qu’on connait tous, c’est la question que sur les trouvailles en énergie propre….

    • Galvin

      21 mai 2016 at 9 h 18 min

      Les raisons économiques mènent la danse, si on peut tuer tous les virus la recherche dans ce domaine n’est plus utile et les lobbies pharmaceutiques ont plus à perdre qu’à y gagner. Les solutions dans tous les domaines existent mais tant que l’argent gouvernera ….

  2. Sébastien Laoût

    20 mai 2016 at 0 h 38 min

    Salut,

    Ça avait l’air trop beau pour être vrai !
    Surtout que les deux sources citées ne sont que des sites de news et qu’elles ne citent pas leurs sources…

    Du coup j’ai appliqué les conseils de cette excellente vidéo :
    https://youtu.be/2XPtzAQxMPw

    Et je suis tombé sur la vrai source originelle :
    https://www-03.ibm.com/press/us/en/pressrelease/49706.wss

    C’est déjà plus crédible.
    Bon, vivement qu’ils étudient ça plus en profondeur…
    Wait and see…

  3. Hugo

    20 mai 2016 at 4 h 16 min

    Et bien on n’arrête pas le progrès ! IBM devrait peut être se concentrer sur leur activité principal, ils commencent à prendre un sacré retard !

  4. Rico

    20 mai 2016 at 9 h 08 min

    Essayons de prendre du recul le risque c’est que comme avec les antibiotiques au début on se mettra tout flinguer et après l’on se rendra compte qu’il y a des virus qui ont’Été éliminés alors qu’ils nous sont essentiels.
    Les séquences d’ADN qui constituent le génome humain sont composées à 5 % de rétrovirus endogènes. Il s’agit en fait de virus qui, en même temps que notre évolution, s’intègrent dans notre ADN

    Alors oui faisons beaucoup de tests avant de valider cela car ça peu être un peu dangereux.
    On a trop tendance à oublier que l’être humain n’est pas un organisme en tant que tel mais un écosystème d’organismes de bactéries et de virus et que perturber cet équilibre est très nuisible pour nous.

    • Dodutils

      20 mai 2016 at 11 h 25 min

      S’il n’y avait que l’humain qui était un eco-système, quand on voit comment l’activité humaine pollue le cycle de l’eau…

      Et comme ces virus que nous embarquons sont en partie responsable de notre propre évolution il faut donc les garder précieusement.

      Mais bon je fais confiance au lobby pharmaceutique pour qu’un tel produit « miracle » ne sorte jamais 😉 … pas assez rentable…

  5. StormTropper

    20 mai 2016 at 9 h 34 min

    Sachant que l’adn de l’homme contient des vestiges d’arn viraux ça ne va pas poser problème ?

  6. Jigi

    20 mai 2016 at 16 h 00 min

    Les glycoprotéines ne sont-elles présentes que sur les virus, et sinon comment cibler les virus ?
    Si les virus sont éliminés, quelle forme d’infection prendra leur place ? Les défenses immunitaires resteront-elles efficaces ?

  7. spander

    21 mai 2016 at 10 h 04 min

    a lire

  8. lamd0505

    24 mai 2017 at 21 h 49 min

    ou en est on un an apres

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests