Suivez-nous

Sciences

IBM utilise l’intelligence artificielle pour analyser le cancer du sein

Des scientifiques se sont alliés à IBM pour utiliser une intelligence artificielle afin de mieux étudier le cancer du sein chez la femme.

Il y a

le

L’IA de Google, futur spécialiste du cancer du sein
© shutterstock_430544227_0-e1539552488809

Le géant de l’informatique, IBM, utilise une intelligence artificielle (IA) afin d’améliorer la précision des dépistages du cancer du sein. L’IA analyse la composition des cellules cancéreuses.

IBM : une IA pour mieux identifier les types de cellules tumorales

Chez la femme, le cancer du sein est l’un des types de cancer le plus répandus et le plus mortel au monde, avec le cancer du poumon et le cancer colorectal. Les scientifiques estiment qu’environ 1 femme américaine sur 8 développera un tel cancer au cours de sa vie. L’OMS, de son côté, a évalué à 18,1 millions de nouveaux cas de cancer du sein et 9,6 millions de décès dans le monde l’an dernier. Pour améliorer la précision des dépistages précoces, IBM travaille avec une intelligence artificielle.

La détection précoce améliore considérablement les résultats des traitements du cancer du sein chez la femme. Des efforts sont en cours chez Google, le MIT et la NYU pour justement améliorer la précision des dépistages du cancer du sein grâce à l’intelligence artificielle. Ils ne sont pas les seuls… Dans un article publié récemment, des scientifiques du bureau d’IBM à Zurich ont détaillé un partenariat avec l’Université de Zurich pour développer un système capable d’identifier et de classer les cellules tumorales et immunitaires, ainsi que leurs relations.

Marianna Rapsomaniki, une chercheuse en biologie des systèmes informatiques chez IBM qui participe à l’étude explique : « Tandis que les chercheurs travaillent dur pour développer de nouvelles approches thérapeutiques pour lutter contre le cancer du sein, les principales causes de décès associés au cancer restent la résistance au traitement, les rechutes et les métastases » avant de poursuivre : « L’objectif est que ce travail jette les bases des futures approches de médecine de précision qui pourraient potentiellement aider les patientes à gagner la bataille contre le cancer du sein ».

Le cancer du sein : une maladie hétérogène ?

À cette fin, Rapsomaniki et son équipe ont émis l’hypothèse selon laquelle le cancer du sein est une maladie hétérogène. Cette hypothèse prend comme base que des cellules tumorales possédant des caractéristiques déterminées par la constitution génétique et des influences environnementales qui communiquent et interagissent avec les types de cellules non cancéreuses environnantes telles que les cellules immunitaires, les cellules stromales et les cellules vasculaires. En outre, ils ont émis l’hypothèse que les schémas au sein de ces écosystèmes pourraient être liés à la progression de la maladie et à la réponse au traitement.

Pour démontrer leur théorie, l’équipe a prélevé des échantillons non tumoraux chez 144 patients et a utilisé la cytométrie de masse pour mesurer plus de 70 protéines sur plus de 26 millions de cellules cancéreuses et immunitaires. Ensuite, ils ont utilisé une technique basée sur l’intelligence artificielle pour identifier diverses populations de cellules tumorales et immunitaires et créer un atlas détaillé d’écosystèmes du cancer du sein, qu’ils ont ensuite utilisés pour définir l’hétérogénéité de tumeurs individuelles et quantifier leur anomalie par rapport aux tissus non-tumoraux correspondants.

Les chercheurs ont analysé des populations de macrophages et de lymphocytes T associés à une patiente et ont associé leurs résultats à des informations cliniques, notamment le degré de maladie ou l’agressivité de la tumeur.

L’intelligence artificielle d’IBM donne des résultats intéressants

L’équipe a finalement constaté que les tumeurs très agressives sont souvent dominées par un seul phénotype de cellules tumorales et que chaque tumeur est unique par sa composition cellulaire. Selon les chercheurs, les tumeurs les plus agressives sont les plus différentes des autres. En outre, ils ont trouvé des similitudes dans le système immunitaire associé à la tumeur parmi les tumeurs plus agressives.

Les scientifiques pensent que ces travaux jettent les bases de la conception de traitements de médecine de précision et suggèrent que l’immunothérapie pourrait constituer une approche viable pour certains groupes de patientes atteintes du cancer du sein. Ils expliquent enfin pourquoi une approche unique du traitement du cancer du sein n’est pas toujours efficace.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Advertisement RED

Les tests