Véhicules électriques : le réseau de recharge rapide multi-marques concurrent de Tesla ouvrira avant fin 2017

Talon d’Achille des véhicules électriques, des infrastructures de recharge rapide vont rapidement voir le jour en l’Europe, grâce à Ionity.

Une initiative main dans la main au bénéfice de l’utilisateur

Mais que va-t-il rester à Tesla ? Principal acteur sur le marché de la voiture électrique, Tesla fait de son vaste et performant réseau de Superchargers (stations de recharge rapide) l’un de ses principaux arguments commerciaux, a fortiori durant la période un peu difficile que traverse actuellement le constructeur américain. Il était temps qu’une infrastructure équivalente et compatible avec les modèles d’autres constructeurs voit le jour. C’est aujourd’hui chose faite, avec le réseau Ionity. Né d’un partenariat entre les groupes BMW, Daimler (Mercedes), VAG (Volkswagen, Audi, Porsche…) et Ford, ce dernier s’apprête à voir le jour dès les prochaines semaines à travers les plus grandes villes européennes.

Les objectifs de ce consortium basé à Munich sont simples (mais ambitieux) : proposer pas moins de 400 stations de recharge haute tension en Europe d’ici 2020. A court terme, les responsables de cette initiative (Michael Hajesch, de BMW et Marcus Groll, de Porsche), envisagent d’ouvrir 20 stations pour la fin de cette année. Les premiers pays à en bénéficier seront l’Allemagne, l’Autriche, et la Norvège, avec des bornes disposées tous les 120 km le long d’axes importants. Rappelons que le réseau de Superchargers Tesla européen compte à ce jour environ 345 stations avec plus de 2500 connecteurs (dont 60 en France avec plus de 470 connecteurs), toutes distantes les unes des autres d’environ 200 kilomètres, et que chacune d’entre elles peut accueillir 8 voitures en moyenne. Le réseau Ionity ne précise pas combien de bornes seront disponibles par station.

A terme, d’autres pays comme la France seront concernés, et d’autres constructeurs devraient rejoindre le navire, puisque le consortium les y invite dans le but de « participer à l’essor de la voiture électrique en Europe ».

A ce sujet, Tesla nous précise qu’ils développent depuis avril 2016 un réseau complémentaire au réseau Superchargeur, dans le cadre du programme Recharge à destination. Celui-ci permet à ses clients de retrouver la facilité de recharge qu’ils connaissent à domicile lorsqu’ils sont en déplacement dans des hôtels, restaurants ou lieux de villégiature. Le réseau Recharge à destination compte actuellement plus de 7 000 destinations partenaires à travers le monde, plus de 2 500 en Europe et plus de 390 en France. Sur cette carte interactive il est déjà possible de trouver les stations que Tesla prévoit d’ouvrir jusqu’à fin 2018 avec les points plus clairs.

Plus performant qu’un Supercharger ?

Techniquement parlant, les bornes fourniront des puissances pouvant atteindre les 350 kW. A titre de comparaison, les Superchargers Tesla affichent des puissances variant 120 à 150 kW. Sur le papier, les chargeurs Ionity devraient se montrer bien plus rapide pour recharger les batteries. Compte tenu du fait qu’une Tesla a besoin de 30 minutes pour atteindre 80% de charge à l’aide d’un Supercharger, les performances des chargeurs Ionity pourraient permettre d’atteindre ce niveau de charge en moins de 15 minutes. Rappelons que l’autonomie moyenne des véhicules électriques à venir se situant aux environs de 500 km, cela devrait donc se traduire par une autonomie de 400 km pour 15 minutes de charge.

D’un point de vue expension aussi, Ionity compte passer la seconde. Pour étendre son réseau le plus rapidement possible, l’initiative a déjà noué des partenariats avec des infrastructures privées et publics existantes. Dans un but premier de permettre les longs trajets, les bornes seront implantées le long des grands axes autoroutiers européens.


Nos dernières vidéos