Suivez-nous

Actualités

La Freebox V8 arrivera « dans les semaines qui viennent » promet Free

Dans une interview accordée au Echos, le directeur général d’Iliad promet l’arrivée de la Freebox V8 « dans les semaines qui viennent ». L’annonce devrait ravir les fans.

Il y a

  

le

 
Free
© Free Center de Tours / Iliad

Alors qu’on ne l’attendait plus, Free crée la (petite) surprise en annonçant l’arrivée prochaine de sa Freebox V8. Dans une interview accordée aux Echos, Thomas Renaud, directeur général d’Iliad, promet une annonce « dans les semaines qui viennent ».

Fin 2018, Free lançait la Freebox Delta, une box très haut de gamme incluant un système audio signé Devialet. Facturée 60 euros par mois, l’offre inclut de nombreux services comme Netflix ou Amazon Prime Video. Pour l’accompagner, une Delta S (même modem sans le système Devialet ni les services) plus abordable (39,99 euros par mois) et une Freebox One, plus standard, complétent l’offre.

Pour l’heure, Thomas Reynaud joue la carte de l’effet d’annonce. S’il indique l’arrivée prochaine de la Freebox V8, il se garde bien de dévoiler davantage d’informations : pas de prix, de caractéristiques techniques ou de positionnement. Nous nous en contenterons, pour le moment.

La 5G et le cas Huawei

En marge de cette annonce, le directeur général d’Iliad est revenu sur la position de Free concernant la 5G. Discret jusqu’à maintenant, l’opérateur apporte quelques éclaircissements, notamment sur le cas Huawei. Pour construire son réseau 5G, Free a choisi l’équipementier européen Nokia pour plus de « flexibilité. Mais Thomas Reynaud veut pouvoir travailler avec d’autres acteurs, notamment Huawei. Il explique :

Nous devons conserver la flexibilité de travailler avec l’ensemble des équipementiers […] Ce que nous demandons avant tout, c’est une clarification avec les mêmes règles pour chacun des quatre opérateurs. C’est une question de concurrence équitable et de visibilité pour nos investissements.

Free ne ferme donc pas la porte à l’équipementier chinois malgré les réticences des autorités et de certains acteurs. Orange par exemple a choisi de travailler exclusivement avec Nokia et Ericsson, deux équipementiers européens, dans une volonté de continuité (les deux entreprises équipent déjà l’opérateur pour son réseau 4G). SFR et Bouygues Telecom restent silencieux. Déjà partenaires de Huawei pour leur réseau 4G, les deux opérateurs attendent la validation des autorités françaises pour annoncer leur décision.

A la conquête du marché BtoB

Alors que l’Arcep déplore le duopole Orange/SFR sur le marché des entreprises (Orange détient 60% de part de marché selon elle), Free prépare son entrée. Thomas Reynaud promet « un choc d’innovation, d’usage, de simplicité ». Néanmoins, il reste conscient que cette conquête sera plus lente et difficile que sur le marché mobile des particuliers, indique Le Figaro.

Le directeur général d’Iliad déplore que les entreprises soient « malheureusement verrouillées dans des contrats de très long terme » et vise une part de marché de 4 à 5% d’ici à 2024. Un avis que partagent les députés Eric Bothorel et Laure de La Raudière. Dans un récent rapport parlementaire, il indiquent qu’en l’absence d’accès aux réseaux Orange et SFR, moins de la moitié des PME françaises sont connectées à la fibre.

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests