Suivez-nous

Musiques

La musique en streaming et les téléchargements sauvent-ils la planète ? C’est compliqué

Grâce au streaming et au téléchargement, l’industrie musicale a réduit de manière significative son utilisation du plastique. Mais d’après une nouvelle étude, les émissions de gaz à effet de serre auraient tout de même augmenté.

Il y a

  

le

 

Par

De la musique et un vinyle
© Unsplash - Oleg Sergeichik

Il est normal de penser qu’en écoutant de la musique en streaming ou en téléchargeant celle-ci, on consomme de manière plus respectueuse de l’environnement qu’en utilisant les formats physiques tels que les vinyles, les cassettes ou bien les CD.

Cependant, une étude récemment publiée par des chercheurs de l’Université de Glasgow et de celle d’Oslo suggèrent que si le streaming et les téléchargements on bien réduit l’utilisation du plastique pour distribuer de la musique, cela a peut-être en revanche augmenté les émissions de gaz à effet de serre. Il s’agirait des conséquences du stockage et du traitement du contenu (et de l’augmentation de la consommation).

Moins de plastique. Mais qu’en est-il des gaz à effet de serre ?

D’après Billaboard, l’étude indique que l’utilisation annuelle de plastique par l’industrie musicale a bien baissé : 8 millions de kilos de plastique en 2016 contre 58 millions de kilogramme en 1977, lorsque les vinyles étaient à leur apogée. En 2000, à l’époque des CD, cette consommation de plastique aurait même atteint les 61 millions de kilogrammes.

Les émissions de gaz à effet de serre auraient en revanche augmenté : 200 à 350 millions de kilos rien que pour les Etats-Unis. A titre de comparaison, les 58 millions de kilos de plastique utilisés à l’époque des vinyles en 1977 se traduiraient par 157 millions de kilos de gaz à effet de serre.

“[…] une image très différente émerge lorsque nous pensons à l’énergie utilisée pour alimenter l’écoute de musique en ligne. Stocker et traiter de la musique en ligne consomme énormément de ressources et d’énergie, ce qui a un impact considérable sur l’environnement”, explique Dr. Kyle Devine, l’un des chercheurs.

Notre confrère Engadget soulève néanmoins deux points importants par rapport à cette étude : cette comparaison entre les formats physiques et les formats dématérialisés tient-elle compte du transport des vyniles, des CD ou des cassettes ? Et l’étude tient-elle compte du multitâche ? (par exemple, si une personne écoute de la musique en streaming et travaille en même temps).

Dans tous les cas, l’objectif de cette étude européenne n’est pas d’encourager les gens à revenir aux cassettes et aux vinyles (bien que ce soit en train de redevenir une tendance), mais de comprendre « l’évolution des coûts liés à notre comportement de consommation de musique” et d’encourager un changement vers “des choix de consommation plus durables et des services rémunérant les créateurs de musique tout en atténuant leur impact sur l’environnement.”

La bonne nouvelle, c’est que dans le domaine du numérique en général, les géants du web comme Apple, Facebook ou Google passent déjà aux sources d’énergies renouvelables.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans 🔥

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests