Suivez-nous

Business

La réponse cinglante du fondateur de Huawei à Google et… Trump

Suite aux petits ennuis que connait Huawei actuellement sur le marché américain, le fondateur du groupe a fait part de sa réaction. On est très loin de l’autocritique…

Il y a

le

Huawei
© Huawei

Même pas peur…

Dégât collatéral de la crise commerciale entre les Etats-Unis et la Chine, le géant de l’électronique Huawei – soupçonné entre autres de collusion avec le pouvoir chinois – risque bien d’être parmi les premiers à en payer les conséquences. Outre les mesures de rétorsion imposées par le gouvernement américain, Huawei doit faire face à une décision qui pourrait s’avérer bien plus ennuyeuse pour l’avenir de ses smartphones, celle de Google, qui stoppe la fourniture de son système d’exploitation Android aux téléphones de la marque.

Mais le groupe industriel chinois n’entend pas se laisser faire, et loin de faire acte de contrition, semble plutôt prêt à riposter. Ce qui passe aussi par une guerre des mots.

Ainsi, Ren Zhengfei, le fondateur milliardaire du géant chinois s’est entretenu mardi avec les médias d’Etat de son pays pour faire connaitre sa réponse à la tournure dramatique des événements de ce week-end, à savoir la décision de Google de couper les téléphones Huawei des mises à jour Android. Ce qui, aux yeux de certains observateurs extérieurs, pourrait être un coup dur pour l’entreprise qui réalise près de la moitié de ses ventes de téléphones mobiles à l’étranger. Zhengfei, qui fut ingénieur de l’Armée populaire de libération de la Chine avant de fonder Huawei, a tenté de dissiper une partie de l’incertitude qui entoure l’entreprise depuis quelques jours lors de l’interview, dont certaines parties ont été rapportées par le South China Morning Post. L’essentiel de ses commentaires consiste d’ailleurs à s’en prendre à Donald Trump plutôt qu’à Google.

Le plan B de Huawei pour contrer Android

Dans ses déclarations, Ren Zhengfei affirme ne pas être surpris par ce conflit avec les Etats-Unis, qui allait selon lui  se produire sous une forme ou une autre. Pourquoi ? Parce que tout le monde à Huawei a « sacrifié (les intérêts des) individus et des familles au nom d’un idéal – être au sommet du monde, et que pour cet idéal, il y aurait tôt ou tard un conflit avec les États-Unis. », soulignant aussi le fait que Huawei était préparé pour ce moment et qu’il a travaillé sur un système d’exploitation mobile Plan B pour remplacer Android. Toujours dans son discours de mardi, M. Zhengfei a vanté les prouesses de l’entreprise en matière de 5G et a déclaré que les politiciens américains ont non seulement sous-estimé Huawei, mais que les rivaux ne pourront même pas rattraper la société avant deux ou trois ans encore. On sait par exemple qu’Apple pourrait ne pas produire sa propre puce 5G avant plusieurs années.

Les Etats-Unis ont légèrement assouplie lundi les restrictions qu’ils avaient imposées à Huawei. Le Département d’Etat au commerce américain a annoncé que pendant les 90 prochains jours, Huawei serait autorisé à acheter des produits de fabrication américaine, selon un rapport du Guardian, afin de maintenir les réseaux existants et de fournir des mises à jour logicielles aux combinés Huawei existants. Zhengfei, cependant, a semblé cependant peu sensible à ce sursis : « La licence temporaire américaine de 90 jours n’a pas beaucoup d’impact sur nous. Nous sommes prêts. »

Il y a à peine deux mois, Richard Yu, PDG de la division des produits de consommation de Huawei, déclarait à un journal allemand que la marque chinoise de smartphones en difficulté préparait un système d’exploitation mobile comme une sorte de plan B si l’entreprise était un jour empêchée par Google de compter sur Android. Il ne s’attendait probablement pas à ce que la tournure des événements lui donne raison si tôt.

Rappelons que la décision de Google de couper les vivres à Huawei fait suite à la décision prise jeudi par l’administration Trump d’ajouter Huawei à une liste noire commerciale qui restreint immédiatement sa capacité à faire des affaires avec des entreprises américaines. Le bannissement de Google ne coupe pas complètement Huawei d’Android, car ce dernier aura toujours accès à la version disponible par l’intermédiaire du projet Android Open Source, mais la société perdrait certains des autres avantages d’une relation avec Google.

Depuis des mois, les États-Unis et Huawei sont en désaccord dans une impasse qui découle du volet commercial des États-Unis avec la Chine. Les effets de cette tension commerciale sur le Huawei lui-même ont eu de multiples répercussions, depuis les pressions exercées par les États-Unis auprès de leurs alliés pour qu’ils coupent les liens avec le Huawei jusqu’au dévoilement des accusations criminelles portées contre les dirigeants de la société. Huawei s’inquiète de ce résultat depuis un certain temps déjà. Le président tournant de Huawei, Eric Xu, a déclaré à Reuters en mars dernier, en signe de défi face à cette possible tournure des événements, que « quoi qu’il arrive, la communauté Android n’a aucun droit légal d’empêcher une entreprise d’accéder à sa licence open-source ».

Une guerre industrielle qui ne fait que commencer, où il est question de technologie, mais également d’influence et de « soft power », dans laquelle les Etats-Unis n’entendent pas laisser s’étioler leur suprématie au profit de l’ennemi asiatique. Les prochains mois risquent saignants…

34 Commentaires

34 Commentaires

  1. nomade64

    21 mai 2019 at 9 h 41 min

    googgle,apple etc vont se priver du marché chinois?
    Trump a oublié de réfléchir cette fois encore..
    La Chine mais aussi l’Inde et l’Asie en général risquent
    de donner une leçon douloureuse á Trump á moyen terme,
    lui qui ne pense qu’á court terme!
    d’ici que les américains se retrouvent sans internet …

    • jld73

      22 mai 2019 at 16 h 12 min

      @nomade64 : Il y a 2 ou 3 « petits détails » que vous oubliez (ou ignorez) concernant la Chine.
      Soyez heureux que Trump fasse le boulot que l’Europe n’a pas les c……. de faire !
      jlduret.ecti73.over-blog.com/2019/05/m.trump-a-raison-contre-la-chine-qui-doit-changer.html

      • observateur

        22 mai 2019 at 19 h 38 min

        je ne sais pas qui a écrit ce billet de blog, mais plus serpillère des USA que ça tu trouves pas…
        C’est toujours hilarant de voir les pays occidentaux se plaindre du reste du monde alors qu’ils ont construit leurs richesses, et contruisent encore leurs richesses aujourd’hui sur le vol, le mensonge et la tromperie…

        Pathétique.

  2. pat d pau

    21 mai 2019 at 12 h 30 min

    heu et Macron nous laisse dans la main de google en Europe sans rien dire.. meme pas un coup de main à Qwant dans les administrations ? hate de voir Foxcon arreter de produire les Apple.

    • se renseigner c'est mieux

      21 mai 2019 at 13 h 00 min

      @par d pau apparement vous ne suivez pas tout les communiques des services (ANSSI notamment) francais qui recommande qwant comme moteur de recherche pour l’ensemble de administration francaise.

  3. Emb01

    21 mai 2019 at 13 h 31 min

    Qu’est-ce qui empêche la Chine d’interdire en riposte la fabrication de produits Apple sur leur territoire ? Je pense que Trump sous-estime à quel point les États-Unis sont dépendants de la Chine, dans le domaine des hautes technologies en particulier. Les prix s’envoleraient s’ils devaient être fabriqués aux USA.

    • dédé

      21 mai 2019 at 18 h 17 min

      Oh, et ils iront bien plus loin que ça en interdisant aussi Android…qui lui, est un vrai espion, connu et reconnu de tous !

      En 3 mois ils ont le temps de faire un système d’exploitation pour l’ensemble des terminaux, une fois fait, ils vont, j’espère interdire Android sur leur marché, en plus d’Apple.

  4. Yipman

    21 mai 2019 at 15 h 55 min

    Il fallait bien que quelqu’un s’occupe de la Chine. Trump a osé et c’est très bien.
    Depuis longtemps la compétition avec la Chine était injuste. J’espère que ce n’est que le début

    • tibo

      21 mai 2019 at 22 h 21 min

      Et Tony Blair t’es complètement à côté

    • David Berger

      22 mai 2019 at 17 h 47 min

      faut arreter les conneries mon vieux . les USA sont clean en matiere d’espionnage peut etre ?!!

      les chinois sont pas plus coupables qu’eux! t’oublies que les matieres premieres des phones c’est les chinois qui les possèdent presque tous ! un seul blocage et tous les phones à l’exception de huawei sont foutus ! les usa vont se faire manger ! ils n’ont pas le monopole en matiere de mobile !

  5. conforme

    21 mai 2019 at 16 h 21 min

    @Emb01

    Ce serait se tirer une balle dans le pied pour la Chine de ne plus fabriquer de produits Apple, la Chine a tout à perdre dans l’histoire, contrairement à ce qu’on essaye de vous faire croire Trump n’est pas en permanence en train d’agir seul, surtout pour des affaires de cette ampleur…

    • Emb01

      21 mai 2019 at 17 h 02 min

      Pourquoi ? À l’échelle de l’économie chinoise, Apple ne représente presque rien. Et ce ne serait qu’un levier temporaire pour faire lever les sanctions sur Huawei.

      Sur la question de Trump, je pense qu’il pousse réellement son administration dans le sens du protectionnisme, mais je suis tout à fait d’accord que ça fait depuis très longtemps (autant avec les démocrates que les conservateurs) que les États-Unis sont en guerre économique avec l’Asie mais aussi leurs « alliés ».

  6. Melanie

    21 mai 2019 at 16 h 30 min

    Sympa pour les gens qui ont un Huawei ils ont crut qu’ont avait 1000€ dans un téléphones. J’aime pas Apple ils prennent les gens pour des pigeons, Samsung ils veulent faire la même en pire. Sony c’est sympas mais chere aussi.
    Les Américains devrait faire attention quand même car si les chinois ferme leur marché à l’international ils vont vite avoir des problèmes (je ne pense pas que sa arrivera)

    • manureva

      21 mai 2019 at 18 h 35 min

      EN tous cas, Mélanie, il serait utile pour vous de trouver un smartphone qui vous enseigne les rudiments de l’orthographe, de la grammaire et de la conjugaison

      • Lou

        22 mai 2019 at 11 h 04 min

        @Manureva, quand on joue les « grammar nazi », on se doit d’être irréprochable et on termine donc sa phrase avec la ponctuation appropriée, à savoir un point. Sinon, on a l’air d’un gros blaireau donneur de leçons…

        • Manureva

          22 mai 2019 at 11 h 40 min

          Le message est parti avant que je puisse mettre un point final, qui d’ailleurs aurait été un point d’exclamation. Réfléchissez un peu avant d’utiliser des termes inappropriés et choquants par rapport à la futilité de notre échange verbal (nazi). Par ailleurs, je serais heureux d’être à la fois gros et blaireau… cela semble représenter une insulte pour vous, mais ce bel animal vaut assurément bien mieux que de nombreux humains.

          • Arnaud

            24 mai 2019 at 16 h 33 min

            Le message de @Melanie est peut être parti aussi plus vite qu’elle ne l’aurait souhaité… Votre critique est disproportionnée. Son orthographe est largement perfectible, mais de là a laisser un commentaire juste pour dénoncer cela, faut vraiment avoir rien d’autre à foutre. Gardez vos munitions pour ceux dont le niveau d’orthographe est une insulte à la langue de Molière et ils sont nombreux malheureusement ! Vous oubliez aussi que parfois les correcteurs orthographiques sont nos pires ennemis. Bref, dans le fond elle a raison, alors que vous concernant j’émets des doutes sur votre capacité à comprendre le monde qui vous entoure. « grammar nazi » est une expression (les guillemets sont là pour vous le rappeler). Et oui, nous ne vivons pas dans le monde des Bisounours et pourtant vous seriez bien du genre à avoir voté Macron…

      • Melanie

        22 mai 2019 at 12 h 12 min

        Sinon au lieu de prendre les gens de haut tu veut pas me dire ou j’ai fait des fautes pour que j’évite de les refaire a l’avenir. Arrêtez un peut de tout le temps juger l’orthographe des gens, sa me fait déjà ch… de faire des fautes alors aider au lieu de critiquer. La gentillesse sa a jamais tuez personne.

        • Emb01

          22 mai 2019 at 15 h 47 min

          Bonjour Melanie,

          Voilà : https://www.diffchecker.com/BNMXYZez

          Pour répondre sur le fond, oui ces marques chinoises (Huawei mais aussi Xiaomi) ont bien compris le point faible des grandes marques du secteur : elles se font de très grosses marges et eux ont l’avantage de pouvoir réduire les intermédiaires, la production se faisant dans tous les cas en Chine. Ce sera donc très difficile pour les marques étrangères (américaines) de proposer un rapport qualité/prix équivalent.

          • Arnaud

            24 mai 2019 at 16 h 56 min

            C’est surtout qu’un groupe comme Huawei investit dans la recherche et propose ainsi des produits toujours plus avancés technologiquement, tout en offrant le meilleur rapport prix/performance du marché. La force de Samsung et surtout Apple est plus dans un service marketing ultra performant pour ferrer les gogos… La différence de prix, c’est juste de la marge en plus pour satisfaire les banquiers et les actionnaires. Montre moi ton smartphone, je te dirais qui tu es 🙂 Perso, d’un côté je comprends la position de Trump et il a mon soutien et d’un autre côté en tant que consommateur, ben je suis dèg… 😉

            Cela dit, cette situation géopolitique permettra peut-être à une entreprise, déjà présente sur le secteur des smartphones, de tirer son épingle du jeu en choisissant délibérément de ne pas prendre les consommateurs pour des dindons, histoire de prendre à contre pied Apple et Samsung. OnePlus propose de bon produits, mais a une distribution confidentielle, c’est peut être une opportunité pour eux.

  7. nidget

    21 mai 2019 at 17 h 29 min

    Lol les arguments concernant la puce 5G: celle de Huawei n’est pas fiable et ils accusent un retard technique de minimum six mois sur la concurrence. De plus, Apple a déjà signé un contrat avec Qualcomm pour s’équiper en puces 5G.

    C’est tellement gros que je doute vraiment qu’il ait fait de telles déclarations. Ce serait se tirer une balle dans le pied dans la situation actuelle.

    https://www.apple.com/fr/newsroom/2019/04/qualcomm-and-apple-agree-to-drop-all-litigation/

    « Toujours dans son discours de mardi, M. Zhengfei a vanté les prouesses de l’entreprise en matière de 5G et a déclaré que les politiciens américains ont non seulement sous-estimé Huawei, mais que les rivaux ne pourront même pas rattraper la société avant deux ou trois ans encore. On sait par exemple qu’Apple pourrait ne pas produire sa propre puce 5G avant plusieurs années. »

  8. PéPé

    21 mai 2019 at 19 h 01 min

    En mettant en cause des entreprises commerciales, je pense que le nationalisme exacerbé du président Trump accélère un processus d’indépendance chinoise dans le domaine des technologie du numérique et du quantique ce qui fait aussi l’affaire du nationalisme chinois.
    Dans un monde que les climato-sceptique envoie à sa perte, il n’était pas nécessaire de motiver et d’engager dans cette course des cerveaux plus utile dans le domaine de la protection et de l’intégrité de notre planète…

  9. Demaison

    21 mai 2019 at 22 h 32 min

    Et la France dans tout ça ? Très très loin de tout. L’embargo américain un jour, c’est possible ? Aucun smartphone parmi les 20 premier mondiaux. Aucun téléviseur, aucun, aucun , aucun outil technologique digne dans un marché mondial dominé par les USA, et les asiatiques. On consomme tout made in USA, GAFA, Technologie NT, PC, Windows, Internet, TV, Console, Téléphone, airbnb, uber, Netflix, etc…
    Quel produit technologique français vendu mondialement à plus de 60 millions dans le monde ?
    Un modèle d’iPhone peut à lui seul dépasser les 100 millions de vente dans le monde.

    • dremel89

      22 mai 2019 at 19 h 07 min

      le raffale ça vous parle !!!!!

  10. Wykett

    22 mai 2019 at 5 h 26 min

    Citation => « tout le monde à Huawei a « sacrifié (les intérêts des) individus et des familles au nom d’un idéal – être au sommet du monde, et que pour cet idéal »

    Il a du culot ce mec.
    J’ai travaillé à Huawei.
    J’approuve à 1000% la décision des USA.
    Huawei contrôle internet, le hardware et le software.
    Ils récupèrent tous les données et les donne au plus offrants, les terroristes.

    Donc merci les USA pour une fois.
    Il faut que ces 2 superpuissances se mettent des batons dans les roues pour justement ne pas laisser une seule dominer le monde.
    Les 2 puissances sont mauvaises, sans foi ni loi.

    • Jimmy93

      22 mai 2019 at 14 h 09 min

      Mdrrrrr Huawei contrôle internet !!!!! Tu crois que tes données sont mieux protégés par fb ou Google ?

  11. Jean

    22 mai 2019 at 7 h 12 min

    Mais pourquoi Huawei devrait se plier a une autocritique?
    Vous avez vu l’autocritique de Google, Facebook, Apple, Microsoft concernant leur participation active au programne PRISM de la NSA americaine? (Merci Snowden)
    Alors que jusqu’aujourd’hui, il n’y a aucune preuve contre Huawei.
    Bref, encore une fois ‘deux poids deux mesures’…

  12. jet

    22 mai 2019 at 10 h 23 min

    La suprématie des états unis ? très drôle comme concept, le jour où les chinois décideront de bannir les dits états unis, là on pourra réellement évaluer leur technicité. Si on parle d’intelligence au sens premier, ils sont largement dépassés par les chinois, la preuve étant que les chinois ont rattrappé, et qu’ils commencent à dépasser. Les states n’arrivent plus à se maintenir. L’amérique décline pendant que la chine s’étend. Je ne porte pas vraiment un jugement, je décris les faits tels qu’ils m’apparaissent.

  13. TheReturned

    22 mai 2019 at 13 h 16 min

    Que les Etats Unis espionne le monde entier via Google ca ne choque personne mais que Huawei ne sécurise pas assez les données des utilisateurs Américains et Huawei devrait faire de l’autocritique? Soyez sérieux et faites semblant d’être des journalistes pour une fois

  14. Clara

    22 mai 2019 at 13 h 59 min

    Google devrait s’en mêler et exiger du gouvernement Américain qu’il fasse machine arrière. Car c’est pas Huawei mais bien Google qui est en danger.
    En tant que 2e constructeur mondial de smartphone, s’ils sortent un OS et applications concurrente a Google, l’empire Google pourrait dans un proche avenir décliner au profit de Huawei.
    Niveau espionnage on parle des USA et de la Chine hein. L’un n’est pas mieux/pire que l’autre. Mais la la Chine a une carte a jouer, et c’est Trump qui leur donne cette carte.

    En 2025 peut-être nous voyageons avec « Huawei Maps »

    • Arnaud

      24 mai 2019 at 17 h 05 min

      Tant mieux. Google a le monopole. Que cette décision emmerde Google c’est très bien ! Tout le monde sait qu’un monopole n’est jamais bon pour les consommateurs. Avec Google ça se vérifie chaque jour… S’il y a bien une entreprise que je ne vais pas plaindre, c’est Google. Google en danger… mon rêve 🙂

  15. yeah

    22 mai 2019 at 14 h 41 min

    Merci Huawei, enfin un constructeur qui à des C…lles!
    Mon prochain tel sera forcément un Huawei et ENFIN débarassé de toute ces M..des. Dégloogisons internet une bonnne fois pour toute! 🙂

    • Dobro

      23 mai 2019 at 0 h 25 min

      +1000 😃

  16. Deuzailes

    27 mai 2019 at 23 h 21 min

    C’est un secret de polichinelle de dire que huawei espionne, ils le font meme sur le réseau Adsl et depuis longtemps
    Certains opérateurs le savent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests