[La Start-Up française de la Semaine] : Super Marmite

Cet article fait partie d’un nouveau rendez-vous hebdomadaire sur Presse-Citron. Une nouvelle start-up française vous sera présentée chaque semaine : le Jeudi à 11h. Ce mois de Novembre sera consacré à la consommation collaborative. A la fin du mois, les lecteurs de Presse-Citron seront amenés à voter pour l’une des 4 start-up présentées et élire

Cet article fait partie d’un nouveau rendez-vous hebdomadaire sur Presse-Citron. Une nouvelle start-up française vous sera présentée chaque semaine : le Jeudi à 11h.

Ce mois de Novembre sera consacré à la consommation collaborative.

A la fin du mois, les lecteurs de Presse-Citron seront amenés à voter pour l’une des 4 start-up présentées et élire la Start-Up du mois.


Que fait Super Marmite ?

Un site web permettant à des particuliers de vendre une ou plusieurs parts d’un repas qu’ils ont cuisiné pour faire bénéficier d’autres particuliers.

Vous n’avez pas envie de cuisiner ce soir ? Vous vous connectez sur Super Marmite pour regarder les repas qui sont proposés près de chez vous. Un membre propose un curry vert de thaï à trois rues de chez vous. Vous pouvez passer commande d’une portion ou deux très simplement.

Du côté des cuisiniers, c’est souvent plus facile de faire des plats pour 3 ou 4 personnes plutôt que une seule. Ainsi, ces personnes prévoient de faire un plat (disons un poulet à la moutarde) pour vendredi prochain, et selon les réservations réalisées sur le site web, ils feront 4, 5 ou 6 parts.

Pour d’autres, c’est aussi l’occasion de partager leur passion avec d’autres personnes. Nous n’avons pas toujours la prétention d’ouvrir un restaurant pour faire goûter nos

talents culinaires, et proposer des petits plats sur Super Marmite est l’occasion de partager sa cuisine tout en amenant un petit revenu complémentaire.

Qui est derrière Super-Marmite ?

Super Marmite a longtemps été un projet à côté pour ses fondateurs et même aujourd’hui, les 4 personnes qui participent à l’aventure ne sont pas à plein temps sur celui-ci.

Tout a commencé lorsque Olivier Desmoulin était UX designer et chef de projet chez af83 (une agence web qui a eu des clients tels que Google, AOL, Universal, TF1, etc.).

Il rentrait tard le soir et n’avait absolument pas envie de cuisiner. Et dans ces cas là, il peut être très simple de se prendre des plats micro-ondables ou un fast-food. Olivier aurait préféré manger plus sainement, quelque chose que l’on peut manger chez des amis ou de la famille… sauf que l’on ne peut pas se faire continuellement inviter.

Il s’est alors fait la réflexion que des dizaines de personnes devaient cuisiner autour de lui, et que dans chaque immeuble, il devait y avoir des personnes qui seraient prêtes à faire quelques portions de plus contre rémunération. Du moins, Olivier payerait pour cela.

Nous étions en Mai 2010 et le projet commença à germer. Il se mit à rédiger les spécifications de son projet sur son temps libre avant de les envoyer à un collègue de bureau : Cyril Mougel.

L’idée lui a “apparemment” plu puisqu’il est actuellement CTO (chef technique) de Super Marmite.

Pour ce projet, il fallait une troisième personne, une personne qui serait en mesure de donner envie à des milliers de personnes de s’impliquer dans ce projet. Cette personne sera une fois encore une ancienne relation de travail d’Olivier, en la personne de Marc Chataigner, community manager de la plateforme. Il a depuis été remplacé par Séverine Figuls, passionnée par la cuisine de longue date.

La première passionnée de cuisine chez Super Marmite en réalité, puisque les 3 hommes étaient plutôt à l’aise dans l’optique de création d’un service innovant et de la création d’une communauté que du côté culinaire.

Mais c’est seulement depuis Mars 2011 que Olivier a quitté son travail pour se consacrer à plein temps à Super Marmite. Il est toujours plus sécurisant financièrement d’avoir un emploi, mais Olivier dû se rendre à l’évidence à force de devoir poser des congés pour participer à des événements pour Super Marmite ou à recevoir des appels téléphoniques pendant ses heures de travail. Ce projet demandait à ce que plus de temps lui soit consacré.

Carte d’identité

Nom : Super Marmite

Date de lancement : Octobre 2010

Lieu des bureaux : Paris, 9ème

Nombre d’employés : 4

Modèle économique : à terme, il est prévu un système de commissions sur le paiement en ligne, mais Super Marmite ne se rémunère pas sur les ventes aujourd’hui. Une offre premium est aussi en préparation pour améliorer le service pour les gros utilisateurs de la plateforme (cela passera par un abonnement).

Anecdotes :

  • Super marmite a déjà prouvé qu’il pouvait être un véritable révélateur de talents avec de véritables success story. En effet, il s’est révélé être un outil adapté pour certaines personnes qui n’osaient pas franchir le pas et qui se sont retrouvées à cuisiner régulièrement pour des inconnus qui deviennent parfois des amis. Super Marmite a d’ailleurs organisé un concours “les Toqués du net”, véritable concours de talents culinaires, un Top Chef en 2.0.
  • Au niveau des success story, il y a aussi par exemple Norton_of_Paris. Un couple de californiens installé à Paris que Olivier a découvert en leur commandant un plat. Il est devenu un de leurs habitués et s’est rendu compte qu’il n’était absolument pas le seul. En effet, ils ont commencé par servir environ 12 personnes par mois avant d’arriver aujourd’hui à plus de 500. Ils organisent maintenant des brunchs dans des restaurants et sont en train de préparer l’ouverture de leur restaurant. Ils considèrent vraiment que Super Marmite en a été le révélateur.

Points forts :

  • un concept original et séduisant
  • si le concept a été créé sur une intuition des fondateurs, ils ont aujourd’hui su le faire évoluer grâce aux observations et aux feedbacks des utilisateurs. Ils se sont ainsi rendu compte que le côté temps réel ne fonctionnait pas pour l’instant. Le fait de dire : “je prépare tel plat demain” n’était pas adapté pour la plupart des cuisiniers et ils vont lui préférer un système de carte : “je peux préparer tous ces plats” et les gens peuvent choisir (ce système est à l’essai)
  • un site web véritablement utile pour certaines personnes qui en tirent un revenu complémentaire ou ont découvert leur vocation

Points faibles :

  • un site web qui pourrait être plus attractif
  • si vous voulez du choix, il faudra habiter Paris, les autres régions ne sont pas (encore) très bien représentées


Nos dernières vidéos

17 commentaires

  1. Un concept sympathique, mais est-ce que le site risque à la longue de ne pas être polué par des pseudos-restaurateurs non déclarés qui y trouveront une belle vitrine ?

    En tout cas le concept est bien trouvé, le site plutôt pas mal réalisé.

  2. Je confirme pour le moteur de recherche qu inous dit ne trouver aucun résultat sur Paris alors que les premières annonces sont à Paris.
    Cependant je trouve que l’idée est vraiment très pratique et va dans le sens de ce qui marche bien en ce moment (covoiturage etc…). Ca permettrait en plus de la nourriture de rencontrer des vrais personnes, ca change donc un peu le web.

  3. Avec le nombre d’émissions télévisés sur le sujet, cuisiner n’aura jamais été autant à la mode je crois. Le site roule bien sur cette tendance et je pense qu’il mettra très peu de temps à trouver son public. Dommage que pour l’instant il n’y ai pas grand choix à part sur Paris.

  4. Voilà une très belle idée. Je suis un peu pareil : marre de me faire à manger tard le soir, et picard et consors, ca va un moment.
    Vraiment très sympa, à tester très rapidement.

  5. Excellent.
    Ils ont même une app iPhone.
    Mais en effet, le moteur de recherches mériterait d’être revu… les résultats ne semblent pas des plus pertinents.

  6. Je rajouterais un énorme bémol : la législation française est tellement draconienne que les « cuisiniers » risquent gros et donc tout simplement de prendre le large (sauf à avoir une cuisine professionnelle).
    Quid d’un site avec un offre peau de chagrin ?

  7. Bravo à l’équipe de Super Marmite ! C’est un service qui permet de rapprocher les gens, simplifie la vie et évite le gaspillage tout en apportant un peu de beurre dans les épinards, que du bon à mon sens, on est là dans du web communautaire mais aussi du web durable, réfléchi et totalement éco-citoyens. Longue vie à Super Marmite !

  8. l’idée est excellente … sauf qu’effectivement le moteur de recherche ne marche pas … alors que c’est l’outil principal …Et ça ça crains grave 🙁 dommage

  9. Super idée. Je crois que je vais m’inscrire et tenter l’expérience.

    Par contre oui c’est dommage pour le moteur de recherche. Et aussi le design du site est assez simple je trouve. Sinon super idée.

  10. Pingback: [La Start-Up française de la Semaine] : Super Marmite | Les bons trucs net :) | Scoop.it

  11. Pingback: Votez pour la Start-Up française du Mois de Novembre : Consommation Collaborative

  12. Totalement excessif !

    Après avoir lu et entendu beaucoup de choses sur ce site je suis allée le tester, durant plus d’un mois : mon bilan est simple, ça ne fonctionne pas.
    Je ne sais pas qui vend sur ce site, mais à mon avis pas grand monde, et beaucoup d’évaluations semblent bidon : en effet que penser d’un membre qui a plus de 80 évaluations sur 200 émanant de la même personne !
    Je pense que le buzz récent fait autour du site notamment sur France 3 et Canal est là justement pour augmenter le trafic sur un site qui semble peu fréquenté … quant aux soit disant « success story » c’est le genre de pratique courantes qu’emploient certains sites pour justifier de leur soit disant succès.
    Bref : décevant.

  13. Concept vraiment original autour de la cuisine, il fallait avoir l’idée de mettre en vente des parts de recettes de cuisine faites par des cuisiniers amateurs !

    Mais je ne suis pas séduit, je pense que c’est inapplicable, et surtout au mieux ça ne fonctionnera que dans des grandes villes avec une densité importante pour avoir la « chance » de trouver quelque chose… D’ailleurs, il n’y a pas grand chose dans ma région, et la plupart des choses proposées semblent être en fait des professionnels… ce qui remet en cause le principe même de ce site de cuisine…

  14. Ce site est une copie conforme d’un autre site véritable inventeur du concept et lancé en 2009, un an avant SM. Dinedong.com qui a popularisé en France le concept des restaurants clandestins. Même l’idée du « toqué » du net » est pompé sur l’idée du t »oqué du mois » mis en place par dinedong…Bref des copieurs qui ont pour seul talent de savoir communiquer afin de se faire élire start-up de « je ne sais pas quoi ». C’est drôle et cela en dit long sur l’autobranlette du web? Pour en revenir à dinedong, j’avais croisé son créateur ,en décembre 2009 pour un reportage FR 2. Lui el ne croyait pas une seconde faire de l’argent avec cette idée mais seulement faire du bien social. La législation en France rend impossible pour quiconque de vivre de la vente de plats préparés chez soi. Une bonne amende de la Dass et hop, on ferme le site !

Répondre