Suivez-nous

Cybersécurité

L’auteur présumé du plus gros piratage de Twitter arrêté

L’homme qui aurait contribué au piratage des comptes d’Elon Musk, Barack Obama, Jeff Bezos et 130 personnalités et entreprises sur Twitter vient d’être arrêté.

Publié le

 
Twitter cyber attaque
© Presse-citron

Il n’a que 22 ans. En Espagne, il vient pourtant de se faire arrêter par la police à la demande des États-Unis. Joseph O’Connor est anglais et vient d’être inculpé par la justice fédérale américaine dans l’histoire du piratage massif de Twitter, le 15 juillet 2020, qui a entraîné 130 comptes parmi les plus influents de la plateforme à publier des messages d’arnaque au Bitcoin.

Il s’agit déjà de la quatrième personne à rejoindre la liste des « auteurs » de cette opération qui a totalement laissé pour compte le réseau social à l’oiseau bleu. Graham Clark, un Américain alors âgé de 17 ans seulement, a déjà été condamné en mars à 3 ans de prison ferme. Selon le ministère de la Justice américaine, Joseph O’Connor se différencierait par la présence d’antécédents dans son dossier.

Le jeune hacker est à l’origine de différentes attaques informatiques concernant également Snapchat et des comptes TikTok, avançait le ministère dans un communiqué. On lui reproche également du « harcèlement en ligne d’une victime mineure », rapportait Ouest France. Avec Twitter, ce n’est pas seulement pour son intrusion que la justice en veut à l’Anglais. Lors du piratage, le message d’arnaque au Bitcoin lui a permis d’empocher plus de 100 000 dollars en crypto-monnaie.

Pour l’exemple

Jeff Bezos, Elon Musk, Bill Gates, Barack Obama… les personnalités touchées par l’attaque furent nombreuses. Les entreprises, elles aussi, n’ont pas pu échapper au piratage, comme Uber et Apple. Dans une note de blog publiée deux semaines plus tard après l’événement, Twitter annonçait que les pirates avaient exploité une faille humaine plutôt qu’une faille informatique.

Pour son image, le piratage fut difficile pour Twitter. Mais sans lui, le chemin d’accès en question que les hackers ont utilisé serait peut-être resté ouvert à d’autres attaques bien plus dangereuses. En fin de compte, diffuser un message d’arnaque au Bitcoin est bien moins problématique que diffuser des fausses informations, notamment sur les comptes des personnalités politiques (Joe Biden était candidat à la présidentielle américaine et fut lui-même victime).

Malgré le passif déjà chargé des adolescents et jeunes adultes inculpés, les peines seront surtout décernées dans le but de donner l’exemple et dissuader d’autres génies de l’informatique plus malveillants à s’attaquer aux réseaux sociaux américains.

Antivirus Bitdefender Plus
Antivirus Bitdefender Plus
Par : Bitdefender
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *