L’avion du futur sera invisible, selon Airbus

Puisque nous sommes dans l’aéronautique, restons-y encore le temps d’un autre billet. Il n’y a pas que les constructeurs automobiles qui travaillent autour de concepts du futur matérialisés par les fameuses concept-cars de salon. Vous savez, ces machins superdesign qui font la joie des journalistes automobiles (et qui généralement ne servent qu’à faire croire que

Puisque nous sommes dans l’aéronautique, restons-y encore le temps d’un autre billet. Il n’y a pas que les constructeurs automobiles qui travaillent autour de concepts du futur matérialisés par les fameuses concept-cars de salon. Vous savez, ces machins superdesign qui font la joie des journalistes automobiles (et qui généralement ne servent qu’à faire croire que le constructeur est à la pointe de la technologie avec des gadgets inutiles et tape-à-l’œil qui ne seront – à quelques exceptions près – jamais installés dans la voiture de monsieur tout le monde)[1]

Il n’y a pas que les constructeurs auto, donc. Il y a aussi les avionneurs. A l’occasion du dernier salon aéronautique de Farnborough en Angleterre, Airbus a présenté sa vision de l’avion de ligne du futur, et je dois dire que l’exercice a de quoi faire quelque peu saliver le geek qui est en nous, voire même l’écolo-geek.

La nature comme inspiration

Plusieurs pistes ont été lancées par Airbus pour cette réflexion conceptuelle sur ce que sera un avion de ligne d’ici quarante à cinquante ans (c’est à dire demain en fait hein). Côté protection de l’environnement, outre les recherches sur des moteurs moins gourmands en kérosène (ce qui es déjà le cas avec le 380), l’effort portera sur l’architecture même de l’appareil, qui sera constitué d’une « voilure extra longue et fine, de moteurs semi-intégrés, d’un empennage en forme de U et d’une cellule « intelligente » et légère ». Autre possibilité évoquée : celle pour plusieurs avions volant vers la même destination de voler en formation en V comme les oiseaux afin d’économiser du carburant en réduisant la traînée aérodynamique.

L’avion invisible… pour les passagers

Mais, outre les sièges auto-nettoyants, et la possibilité de récupérer l’énergie (chaleur) des passagers pour alimenter certaines fonctions de l’avion (si vous avez de la fièvre vous aurez peut-être une réduction sur le prix du vol), l’idée la plus spectaculaire est certainement cette fonction qui rendrait l’avion invisible.

Un « effet d’annonce » destiné probablement aux naïfs et aux amateurs de magie. Car l’avion ne serait évidemment pas invisible mais ses parois intérieures pourraient être constituées d’un revêtement-écran sur lequel seraient projetées à 360 degrés l’image filmée par ces caméras extérieures, donnant aux passagers l’illusion qu’ils flottent dans l’air à bord d’un vaisseau invisible (ou plutôt aux parois transparentes). Les amateurs de vertige et ceux qui ont la trouille en avion apprécieront. Cette technologie offrirait en outre des variantes, comme la possibilité de projeter d’autres univers personnalisés à votre place (nature…).

Des scénarios pas si délirants que cela selon les ingénieurs. Sauf bien sûr si l’avenir du futur du transport aérien consistait dans sa disparition pure et simple (ou temporaire en attendant les avions à énergie 100% solaire) pour cause de pénurie de pétrole…

[1]Vous allez voir, on va en bouffer de nouveau du concept-car dans quelques semaines.


Nos dernières vidéos

22 commentaires

  1. Il serait selon moi plus important de bannir totalement le kérosène de leur plan au profit de technologies non polluantes (mais je ne crois trop dans solaire pour ce type de projet) plutôt que de nous coller des écrans sous les pieds … Étranges priorités ?!

  2. Quand on voit l’évolution de l’aviation en une centaine d’année (depuis sa création en somme), n’est-il pas illusoire de la part des avionneurs de tenter de prévoir ce que seront les avions du futur (en tout cas, à 40 50 ans devant nous) ?
    L’avenir nous le dira.

  3. Invisible dites-vous ?
    2 questions donc :
    1. comment le trouver à l’aérogare ?
    2. en imaginant qu’on puisse rentrer à l’intérieur, avoir la vision du vide sans cesse sous ses pieds, durant le vol, très peu pour moi.

    Feraient mieux de réfléchir à ce qu’ils soient moins bruyants et moins dispendieux.

    db

  4. Thibault Milan on

    @Gourmet : invisible pour les passagers, par de l’extérieur. On relis le texte avant de critiquer.

    @pressecitron : Pas de risque d’avoir le vertige, puisque pour avoir le vertige il faut être relié au sol. Concrètement une hôtesse de l’air peu avoir le vertige en haut de la tour Eiffel et ne pas avoir de pb lors de ses vols 🙂

  5. [HS]

    « … voler en formation en V comme les oiseaux afin d’économiser du carburant en réduisant la traînée aérodynamique »

    Une âme charitable pour m’expliquer, please ?

    [/HS]

  6. Et l’acrophobie c’est la peur panique des hauteurs, quelles qu’elles soient : de se tenir près du vide, ou de voler. Ou regarder la video d’un dingue qui monte réparer un boitier au somment d’une antenne télé affreusement haute. Mais comme le vertige, c’est encore une histoire d’oreille interne..

  7. Très interessant, surtout en ce qui concerne la projection à l’intérieur de l’appareil. Petite question à tout hazard, cette techno existe-elle déja pour d’autre environnement (écrans flexibles ?) ?

  8. Encore un truc pour les compagnies low-cost :
    – vous avez faim ? Un p’tit coup de transparence et hop, tout le monde reste rivé à son siège ;
    – vous avez une grosse envie de popo ? Hop, une petite « projection acrophobique » : si vous résistez aux hauteurs vous ne pourrez trouver les toilettes, « noyées » dans le paysage.

    Bon, il y a un effet pervers : le vomi.
    Db

  9. Jean Vladimir Térémetz on

    CELA FAIT PLUS DE TRENTE ANS QUE TOUT CE QUI S’EST ÉCRASÉ

    N’AURAIT PAS DÛ S’ÉCRASER :

    Cela fait plus de trente ans que toute l’aviation aurait due être refaite. Cela fait plus de trente ans que l’on ne prend pas mes AILES “VIVANTES” en considération. Cela fait plus de trente ans que l’on ne me prend pas en considération . . .

    * * *

    Dernièrement, volant avec mes ailes “vivantes”, ni passagers du vol AF 447 Rio-Paris, ni Champion du Monde de Voltige dans son avion personnel, n’auraient pu être massacrés par cet pourriture d’univers :

    Voilà ce qu’aurait dû être la relation du Vol AF 447 Rio-Paris avec mes ailes :
    “ Nous volions pourtant à 11.000 mètres, lorsque brusquement, sans transition, nous fûmes surpris par des turbulences d’une violence inouïe !
    Pendant cinq minutes nous volâmes dans la tourmente. Mais nous devons à la vérité de dire que la façon dont s’est comporté notre nouveau Long-Courrier en cette circonstance, est absolument merveilleuse ! !
    Nous pûmes nous rendre compte à l’amplitude et à la rapidité des mouvements de ses ailes “vivantes” de l’état d’agitation extrême de l’atmosphère. Mais nous ne ressentîmes aucun tangage, aucun roulis, aucune secousse, aucune agitation. Nous flottions immobiles dans l’air tourmenté comme un Oiseau, et les pilotes n’eurent jamais à reprendre les commandes, laissant l’avion et ses ailes “vivantes” continuer à voler comme si de rien n’était ! ! !

    Le Champion du Monde de Voltige, quel que fut l’état turbulent de l’atmosphère, s’adaptant au peu de visibilité qu’il rencontra, serait redescendu à 30 km/h au besoin sans craindre quel que “décrochage” que ce soit, et aurait terminé son vol dans la sécurité et le confort de mes ailes “vivantes”, au lieu d’être précipités à plus de 100 km/h contre une colline.

    http://www.voler-sans-plus-pouvoir-s-ecraser.net
    jean.teremetz@free.fr

    N’ayant toujours malheureusement, ni la fortune de Santos-Dumont, ni celle d’Howard Hughes, je n’ai toujours aucun moyen de mettre au point, d’expérimenter et de réaliser quoi que ce soit . . .
    Fondamentalement, il ne peut tout de même pas être injuste que tout Trouveur soit l’immédiat et premier bénéficiaire de ses “Trouvailles” . . .

    Bien cordialement Jean Vladimir Térémetz

  10. Trés chère Coline, je tenais à vous faire remarquer, que l’on ne dit « quelles qu’elles soit » mais plutôt  » tels qu’elle soit »

    Je vous remercie de cette intention.
    Big Bisoux ♥

Répondre