Connect with us
bouygues bouygues

Internet

Cet ado de 15 ans qui fait trembler Netflix

Sérieusement, ce site devrait inquiéter Netflix.

Il y a

le

Il y a quelques heures, j’évoquais un fork du logiciel Popcorn Time appelé Browser Popcorn. Sa particularité, c’est qu’il s’agit d’une application web. L’interface ressemble à celles des autres fork, mais celui-ci ne requiert aucune installation puisqu’il suffit à l’utilisateur de se rendre sur une URL.

De plus, comme aucune inscription ni connexion n’est requise, il s’agit du « Netflix pour pirates » par excellence. Et bien que certaines fonctionnalités manquent encore et que le catalogue n’est pour l’instant pas très musclé, le site a déjà énormément fait parler de lui.

Mais qui a eu l’idée de créer cette nouvelle version de Popcorn Time ? Selon le site The Verge, il s’agit d’un adolescent serbe qui n’est âgé que de 15 ans.

Par ailleurs, le jeune programmeur ne semble pas trop inquiété par les éventuelles poursuites qui pourraient résulter de la distribution de contenus piratés sur son fork de Popcorn Time.

« Je vis dans un pays où les lois sur le droit d’auteur sont quasi-inexistantes, et je m’en fous tout simplement », aurait-il indiqué. Et toujours d’après The Verge, voici les motivations du jeune homme : « Je ne veux pas gagner un centime avec ce site. Je le fais juste parce que je pense que le piratage va causer l’explosion de la bulle du streaming et que les studios vont le réaliser ».

Ces motivations sont similaires à celles des créateurs du Popcorn Time original (dont l’identité du leader a récemment été révélée), selon lesquels le problème du piratage a été créé par une industrie qui voit en l’innovation une menace envers ses formules « antiques ».

Après, il est à noter que ce jeune programmeur n’est pas le premier à avoir réalisé un fork de Popcorn Time en version web. Il y eu par exemple Popcorn In Your Browser, qui cependant (d’après The Verge), n’a eu qu’un succès éphémère parce qu’il dépendait de services tiers pour fonctionner.

> Lire aussi :  Making a murderer : la saga continue dès le 19 octobre

(Source)

11 Commentaires

11 Commentaires

  1. Claire

    20 octobre 2015 at 11 h 53 min

    L’interface est vraiment cool. Fluide et bien organisée. Ça serait encore mieux si ça fonctionnait ! 🙂

  2. RaVage

    20 octobre 2015 at 11 h 59 min

    Je pense qu’il y a une petite erreur de traduction classique… Dans la phrase « le piratage va éventuellement causer l’explosion de la bulle du streaming », on sent bien que le « éventuellement » est un « eventually » mal traduit. Eventually veut dire « finalement »… Donc la phrase est « le piratage va finalement causer l’explosion de la bulle du streaming ».

    • Setra

      20 octobre 2015 at 13 h 52 min

      Possible. Je prend une précaution 🙂

      • Patos le fourbe

        20 octobre 2015 at 16 h 00 min

        Je rejoins l’avis de Ravage, « eventually » dans ce contexte veut dire « en fin de compte ».

  3. Ubireedoff

    20 octobre 2015 at 12 h 08 min

    Mais le p2p de popcorn time se fait sur le serveur ou dans le navigateur. (rapport à Hadopi toussa)

  4. John

    20 octobre 2015 at 15 h 46 min

    Ça ne m’intéresse pas tant qu’il n’y a pas les films avec les voix françaises… j’aime pas les sous-titres.

  5. Patos le fourbe

    20 octobre 2015 at 16 h 07 min

    Le site est déjà down 😉

    « MPAA, y u gotta ruin everything?

    BrowserPopcorn has been taken down by the E.V.I.L. money-grabbing shitlords of America, The Motion Picture Association of Murica. « 

  6. Nico

    20 octobre 2015 at 16 h 19 min

    Le site est déjà down!
    Apparement la MPAA a sévi…

  7. Boufiaaaa

    20 octobre 2015 at 19 h 38 min

    Le site est redisponible changement de nom de domaine 😉 Comment ca marche pour le p2p? On peut se faire choper?

  8. Pingback: Browser Popcorn, c’est déjà fini

  9. Pingback: Cet ado de 15 ans qui fait trembler Netflix

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests