L’email, ce vestige qui refuse de mourir

L’email fait (encore et toujours) de la résistance…

L’annonce de sa mort revient régulièrement dans les discussions. Et pourtant, pour un cadavre, il a encore de belles couleurs. Lui c’est l’email. Plus vieux que le Web, et pourtant toujours aussi inusable qu’indispensable. A tel point que même pour la génération Snap/Instagram/Slack, il finit toujours par devenir un point de passage obligé, pour peu – par exemple – qu’un stage en entreprise se profile à l’horizon.

Un truc de vieux, utilisé uniquement en milieu professionnel ? Peut-être. Mais on n’a encore jamais fait aussi simple et pratique. Et surtout, universel.

La preuve ? L’un des gros buzz de la semaine dernière fut la sortie de la nouvelle version de Gmail.

Et Gmail c’est quand même plus de 900 millions d’utilisateurs dans le monde, dont une grande partie l’utilisent certainement plusieurs (dizaines de) fois par jour. Une nouvelle version que l’on n’attendait peut-être pas, mais que nous nous sommes empressés d’activer.

Et si email rimait avec immortel ?


5 commentaires

  1. l’e-mail, comme le SMS est universel. Accessible sur PC, mac, smartphone android ou iOs…. Alors que les applis sont fermées chacune dans son monde. Sans email ou SMS je devrais avoir Whatsapp pour communiquer avec mes parents, snapshat avec mon frère, messenger avec ma soeur, et un iphone pour mon meilleur pote (quelle drôle d’idée en 2018 d’avoir un iphone en France, c’est totalement has been). et je ne parle même pas du boulot oui je devrais utiliser Skype avec certains clients.
    Bref longue vie à l’email et au SMS (ou au futur RCS quand il sera universel)

  2. De mon point de vue, l’e-mail n’a pas a mourir. Il est certes utilisé abusivement pour des trucs futiles ou des conversations qui pourraient avoir lieu dans un autre outil (Slack/Teams/Skype …) mais ces outils ne permettent pas de faire sois même un classement (ce qui a été traité ou non, ce qu’on met en attente, définir des rappels, etc …) ni tout simplement de garder en non-lu des éléments de manières non-linéaire (dans Slack si je descend en bas d’une conversation pour ne lire que les derniers messages, l’ensemble de la conversation est considérée comme lue, alors que par mail seul celui que je lis pas en « lu »).

    Arrêtons de vouloir tuer le mail, il est indispensable, il faut par contre l’alléger de tout ce qui est superflu. Tant de conversations autour d’un projet pouvant passer par un Slack-like plutôt que par le mail …

  3. Encore un maronnier de « journaliste »…

    L’email n’est pas mort du tout.

    En entreprise, c’est la base de la communication, sans compter que les agendas Outlook sont très utilisés.

    Et parmi les particuliers, je ne connais personne qui n’utilise jamais d’emails pour communiquer en privé.

    Bref…

Commenter

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Presse-Citron 2005 - 2018 | A propos | Contact | Site hébergé par Cognix Systems | Informations sur les cookies