Connect with us

Applications

Les services secrets américains utilisent WhatsApp pour espionner les migrants

Donald Trump semble déterminé à en finir avec les passages de frontières par les migrants. Les autorités utilisent de nouvelles stratégies pour mettre en échec les migrants dans leur entreprise et auraient infiltré des agents au sein des caravanes de migrants et leurs groupes WhatsApp pour les espionner de l’intérieur.

Il y a

le

Un outil aussi anodin que WhatsApp peut devenir une véritable arme pour déjouer certaines activités. Les États-Unis viennent une nouvelle fois de démontrer que l’agence de surveillance américaine était disposée à utiliser toutes ses ressources pour contrecarrer certains plans. Dernière en date, administration Trump oblige, l’obsession pour le contrôle de sa frontière avec le Mexique franchit une nouvelle étape.

WhatsApp comme outil pour débusquer les groupes de migrants ?

Construire des murs n’a jamais empêché ceux qui veulent passer au-dessus de les franchir, en revanche les renseignements sont souvent plus utiles pour savoir où et quand se déroulera l’opération des migrants. Les services secrets américains utilisent désormais deux sources d’informations pour empêcher les caravanes de migrants de passer la frontière. L’agence de renseignement a infiltré des agents au sein des groupes de migrants, ce qui simplifie le travail des équipes chargées d’imperméabiliser la frontière, mais en plus les groupes WhatsApp des passeurs et des groupes de migrants sont aussi infiltrés et espionnés.

> Lire aussi :  WhatsApp va commencer à afficher des publicités

De cette manière, les services de renseignement savent combien de migrants comptent passer la frontière, quand, à quel endroit, qui ils sont et quel est leur passif… alors même que ces groupes n’arrivent à la frontière. En effet, certains migrants viennent de très loin et souvent d’Amérique centrale. Cette technique permet aussi de mieux comprendre l’organisation de ces périples, les haltes, les passeurs, les personnes aidant les migrants, etc. On imagine que l’objectif de Donald Trump sera ensuite de faire pression sur les gouvernements pour démanteler ces filières.

Une fois de plus, les services secrets utilisent des applications communes, utilisées par des milliards de personnes afin de pouvoir effectuer une surveillance efficace, qui laisse peu de chances aux migrants une fois à la frontière. D’autant plus que, même en cas de silence radio sur la messagerie ou de changement de groupe WhatsApp, les agents infiltrés sont là pour actualiser les informations sur la situation de la caravane de migrants en temps réel.

> Lire aussi :  Les législateurs américains inquiets de l'espionnage industriel chinois

Une question me chiffonne un peu l’esprit au moment de rédiger cet article, y a-t-il un rapport entre ces nouvelles stratégies des services secrets américains et l’arrivée de Palmer Luckey chez WhatsApp ? En effet, on connaît l’attachement du fondateur d’Oculus envers Donald Trump, cela lui avait d’ailleurs coûté sa place chez Facebook, mais surtout l’homme se dit ouvertement concerné par le contrôle des frontières. Il plancherait même sur sa propre version du mur pour fermer la frontière avec le Mexique.

Source

1 commentaire

1 Commentaire

  1. drrr

    24 novembre 2018 at 19 h 28 min

    mais non ce n est pas possible , arrêtons de voir le complot et les services secret partout .vous etes tous parano !

    hi hi ah ah ah j espère que certains commencent a comprendre dans quel monde on vie .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests