Connect with us

Tech

Palmer Luckey écarté de Facebook pour des raisons politiques ?

Palmer Luckey, le fondateur d’Oculus est souvent considéré comme un original, un génie, un visionnaire, mais la liste ne s’arrête peut-être pas là…

Il y a

le

Un départ surprenant pour Palmer Luckey

En mars 2017, à la surprise générale, Palmer Luckey le fondateur d’Oculus, précurseur dans le domaine de la réalité virtuelle quittait Facebook. Un départ qui avait ouvert la porte à de nombreuses supputations. Pourquoi partait-il ? Que s’était-il donc passé pour qu’il quitte le groupe de Mark Zuckerberg.

Des questions restées longtemps sans vraie réponse, à plus forte raison alors qu’il gardait un œil attentif sur son ancien bébé. Toutefois, si on en croit un article publié par le Wall Street Journal ce week-end, il est plus que probable qu’il ait été poussé fortement vers la sortie et pour des raisons qui seraient avant tout politiques.

Pour rappel, en mars 2014, Facebook rachète Oculus pour 2 milliards. Palmer Luckey devient une star et le geek fait la « Une » du magazine Time. Que s’est-il donc passé ensuite ? En réalité, des investissements très particuliers pour Palmer Luckey…

Une décision politique chez Facebook ?

En effet, il aurait investi de très grandes sommes d’argent dans Nimble America en 2016. Un groupe pro-Trump auteur de campagne sexistes contre Hillary Clinton et les Démocrates. Quand l’affaire a commencé à s’ébruiter outre-manche, Facebook a décidé de se séparer de Palmer Luckey.

> Lire aussi :  Devenez meilleur dans votre job avec Facebook Learn

L’entreprise, à son plus haut niveau, aurait poussé Palmer Luckey dans un premier temps à afficher une image différente en soutenant un autre candidat (le libertaire Gary Johnson). Cependant, il aurait refusé et Facebook lui a donc signé un joli chèque de 100 millions de dollars pour qu’il parte.

Si les deux parties nient la véracité de cette histoire, le journal précise aussi que Palmer Luckey aurait embauché un avocat. L’objectif ? Attaquer Facebook pour discrimination en raison d’idées politiques. Et pour la petite histoire, il y a quelques mois, Palmer Luckey a annoncé tester un prototype de mur virtuel pour la frontière avec le Mexique… Un peu moins cher que la version de Donald Trump sans doute…

 

Source

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Dernières news

Les bons plans

Les tests