Connect with us

Actualités

L’Ouganda veut nettoyer Internet des contenus pornographiques

Les autorités ougandaises veulent que les internautes aient un historique de navigation propre de tous contenus pornographiques. À tel point que le pays a demandé aux fournisseurs de services de bloquer l’accès aux sites web pour adultes.

Il y a

le

Ouganda porn

Depuis 2017, l’Ouganda tente de restreindre l’accès à la pornographie en ligne, un sujet très controversé dans le pays. L’an dernier, le pays a révélé son intention de mettre en place un outil capable de détecter et de détruire les contenus X se trouvant dans les ordinateurs des internautes. Un projet ambitieux qui n’a pas pu voir le jour en 2016, date initiale que les autorités n’ont pas été en mesure de respecter. À l’époque, le ministre de l’éthique et de l’intégrité, Simon Lokodo avait évoqué une machine conçue en Corée et coûtant 88 000 dollars.

Le Comité ougandais de contrôle de la pornographie passe à l’offensive

Un an plus tard, la Commission ougandaise des communications (UCC) demande aux entreprises de télécommunications et aux fournisseurs de services Internet (FAI) de bloquer l’accès aux sites web pornographiques. Le directeur exécutif de la Commission, Godfrey Mutabazi a déclaré avoir identifié 17 sites pornographiques locaux populaires et 10 sites pornographiques internationaux.

> Lire aussi :  Google lutte contre la pornographie infantile

De fait, il indique : « La Commission a reçu une liste de sites Internet à contenu pornographique du Comité de contrôle de la pornographie. Le comité a établi que la liste des sites web ci-jointe est en train de diffuser de la pornographie en continu en Ouganda, en violation de l’article 13 de la loi de 2014 contre la pornographie ». Selon Godfrey Mutabazi, la liste des plateformes concernées a été fournies par le Comité ougandais de contrôle de la pornographie (PCC). Les FAI et les entreprises ne se conformant pas aux directives s’exposent à des sanctions, rapporte également iAfrikan.

Si la « machine de détection de pornographie » a pris du retard, le PCC avait tout de même annoncé, en août 2017, qu’elle serait bientôt disponible. Un an après, le comité n’a pas évoqué la machine, et le gouvernement a tout bonnement fait appel aux FAI.

Pour rappel, l’Ouganda avait également souhaité mettre en place une taxe sur les réseaux sociaux dans le pays, une mesure visant à officiellement à « éviter les potins », selon le dirigeant du pays Yoweri Museveni.

> Lire aussi :  Le premier service porno en réalité augmentée débarque sur Android

 

1 commentaire

1 Commentaire

  1. Duncan Idaho

    1 août 2018 at 17 h 10 min

    Encore des vieux scnocks puritains a la tête du pays…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

À la une

Dernières news

Les bons plans

Les tests