Suivez-nous

Fintech

Pendant la crise, la banque en ligne sauvée par la bourse ?

Chez Boursorama Banque, ING ou Orange Bank, la tendance est la même.

Il y a

  

le

 
Bourse en ligne
© Unsplash - Jamie Street

Solide leader de la banque en ligne en France, Boursorama Banque ne semble pas (encore) trop connaître la crise. Sur le premier trimestre de l’année, la filiale du groupe Société Générale a engrangé 200 000 clients supplémentaires, pour atteindre 2,3 millions au total. Le groupe se contente d’évoquer une « bonne dynamique commerciale sur le trimestre, en particulier sur janvier et février ». Quid de mars ?

Une tendance généralisée

Il faut se rendre à l’évidence, la croissance s’est tassée depuis le début du confinement. Le directeur général de Boursorama Banque, Benoît Grisoni, nous a toutefois confié que chez eux, « le parcours d’entrée en relation fonctionne comme en temps normal et nous continuons de recruter à un rythme qui n’est pas si éloigné de celui constaté avant la crise ».

Si les produits de consommation (carte bancaire…) et le crédit sont en forte baisse, la bourse semble être le (seul) levier de croissance pour les banques en ligne. Julien Schahl, responsable placements et épargne de la filiale française de la banque ING, explique à nos confrères des Échos avoir vu « une collecte multipliée par vingt et des ouvertures de comptes titres multipliées par six » depuis le début de la crise.

Chez Boursorama Banque, même son de cloche. Benoit Grisoni explique que la banque en ligne a « battu des records sur le nombre d’ouvertures de comptes titres et PEA – avec plus de 25 000 ouvertures sur le mois de mars – mais également sur le volume d’ordres, qui a été 3 fois supérieur à un mois normal ». Le directeur général rajoute que 70% des ordres passés ont été des achats, ce qui exclut le scénario panique d’une clôture massive de positions perdantes.

« Un regain d’intérêt pour la bourse »

Conséquence d’une consommation en baisse, une épargne forcée mécanique se constitue chez les français. Orange Bank, par l’intermédiaire de son directeur général Paul de Leusse, a confié à nos confrères que les « encours en épargne ont ainsi bondi de 15 % au cours du premier mois de confinement ». La tendance est la même dans la banque en ligne Boursorama, qui détient plus de 30 milliards d’euros d’encours.

Benoit Grisoni affirme que « les Français s’interrogent aujourd’hui sur l’efficacité de l’épargne traditionnelle – qui ne rapporte plus grand chose ». Sur la dernière année, ce sont 78% des 142,3 milliards d’euros de flux d’épargne qui ont été placés à un taux quasiment nul. De quoi faire réfléchir aux alternatives pour tirer un minimum de rendement de ses avoirs…

Naturellement, « il y a eu un regain d’intérêt de la part des Français pour la bourse », rajoute l’homme fort de Boursorama Banque. Cette tendance, « nous l’observons depuis l’introduction en bourse de la Française des Jeux en novembre dernier ». Un rapport publié au courant du mois d’avril par l’AMF se félicite de voir le nombre de français qui investissent en bourse grimper. Le régulateur estime que 150 000 particuliers ont fait leurs premiers pas sur les marchés financiers entre la fin du mois de février et le début du mois d’avril. Cela représenterait quasiment un quart de tous les investisseurs particuliers actifs sur la période.

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *