Pottermore ouvre ses portes

Dévoilé cet été, le mystérieux projet nommé « Pottermore » est désormais ouvert au grand public. De quoi ravir les fans de la saga n’ayant plus rien à se mettre sous la dent.

Dévoilé cet été, le mystérieux projet nommé « Pottermore » est désormais ouvert au grand public. De quoi ravir les fans de la saga n’ayant plus rien à se mettre sous la dent.

Annoncé comme un réseau social au potentiel proportionnel à la richesse de l’univers de la saga Harry Potter, Pottermore s’avère en fait une simple encyclopédie multimédia embarquant quelques touches sociales (favoris, amis). Le site est destiné aux personnes connaissant déjà Harry Potter et ses acolytes, que ce soit par le biais des livres ou des films, sa navigation ne faisant que révéler des détails plus ou moins intéressants que seul un féru de sorcellerie peut apprécier à leur juste valeur.

L’expérience Pottermore commence donc par l’inévitable inscription : nom, date de naissance, pays et expériences potterienne sont de rigueur. L’utilisateur a ensuite le choix entre 5 pseudos n’ayant de magique que leur drôle de construction (LumosFirebolt26349, SkullSang12392, CléAcajou20443,…). Sur ce point, le site précise que c’est pour la protection des enfants, préférant fournir des noms ne comportant aucune information personnelle. S’en suivent quelques minutes d’attente, un mail, et l’accessibilité de Pottermore.

Au programme donc, un menu composé des sept aventures de J.K. Rowling. La navigation se veut chronologique, l’utilisateur devant découvrir au fur et à mesure de l’avancé de Harry les anecdotes, les notes inédites et les fiches des personnages ou objets de la saga. Le tout agrémenté d’illustrations intéractives (Flash) au sein desquelles l’utilisateur devra fouiller et survoler chaque objet.

Notons par ailleurs que Pottermore, en partenariat avec Sony, invite constamment l’internaute à découvrir les 7 tomes qui composent la saga, en e-books disponibles exclusivement sur le portail Pottermore (en anglais uniquement pour le moment) ou en audiobooks, nous rappelant que Harry Potter n’a pas fini d’être rentable.

(source)


Nos dernières vidéos

3 commentaires

  1. En tout cas le prix des ebooks est tout à fait raisonnable (autour de 6/7 euros). et 10% de remise pour la série complète (46€).
    Quand les editeurs d’ebook français arreteront de nous prendre pour des vaches à lait (vous vous souvenez les CD ?) ça pourra m’interesser.

  2. Pingback: Pottermore ouvre ses portes | Médias sociaux, Webmarketing & Actualités web | Scoop.it

Répondre