Suivez-nous

Tech

Pourquoi Margrethe Vestager s’oppose-t-elle au démantèlement des GAFA ?

Oui oui, Margrethe Vestager n’est pas favorable à un démantèlement des GAFA.

Il y a

  

le

 
europe-gafa
© Christian Wiedige / Unsplash

Depuis quelque temps, la Commission européenne s’intéresse de très près aux agissements des GAFA (Google, Apple, Facebook et Amazon). Il y a quelques semaines, la France et les Pays-Bas dévoilaient un accord pour encadrer davantage ces géants du web. Dans leur pays, le même type de mesures existent, le Congrès américain a déjà proposé une régulation très musclée de ces GAFA.

Margrethe Vestager protège les GAFA ? Pas tout à fait.

Pourtant, Margrethe Vestager, commissaire européenne, responsable de l’antitrust Européen, a provoqué la surprise générale en s’opposant au démantèlement de ces puissances. Mme Vestager, qui n’a d’habitude pas peur d’attribuer de lourdes pénalités à ces sociétés, exprime aujourd’hui des craintes. En effet, la question du démantèlement des GAFA, est pour elle loin d’être simple. Margrethe Vestager explique que c’est totalement faisable, mais que cela n’est pas sans risques.

Alors que Bruxelles continue d’avancer sur une réforme fiscale pour les entreprises du numérique, Mme Vestager déclare : « Je ne pense pas que ce soit quelque chose qui devrait faire l’objet d’une loi. Et je pense qu’il faut être très prudent avec ce type de moyen, car il faut être très sûr de son fonctionnement réel (de ce que cela pourrait impliquer) ». Cette déclaration de la commissaire montre que tout le monde peu changer d’avis, du moins nuancer ses propos.

A contrario, Thierry Breton, un autre commissaire européen, cette fois chargé du Marché intérieur, semble en désaccord avec les déclarations de Mme Vestager. Ce dernier ne supporte plus l’influence et la taille démesurée de ces géants de la tech, si bien qu’il soutient à 200% ce projet de loi sur lequel travaille la Commission européenne. Si Thierry Breton vous dit quelque chose, c’est que vous en avez sûrement entendu parler à l’époque où les pays européens cherchaient le meilleur moyen de mettre en place une application pour lutter contre la pandémie de Covid-19. M. Breton avait émis de lourdes pressions à l’encontre de Tim Cook concernant la confidentialité de l’API développée par Apple et Google.

Amazon Prime Video
Par : Amazon Mobile LLC
4.5 / 5
2,3 M avis
4 Commentaires

4 Commentaires

  1. Jean-Pierre Rouayroux

    30 octobre 2020 at 13 h 49 min

    « Depuis quelque temps, la Commission européenne cherche s’intéresse de très prêt aux agissements des GAFA  » !?!?
    Vous pourriez faire attention aux erreurs de frappes (cherche s’intéresse) et fautes de français (de très prêt).
    C’est de plus en plus fréquent et c’est bien dommage.
    Amicalement.
    Jean-Pierre

  2. DUSOLEIL

    31 octobre 2020 at 12 h 10 min

    Premier réflexe…”à qui profite le crime ?”

    Traduction, quand un politique prend une décision, la question est de savoir “Pour quels intérêts travaille-t-il ?”

    Comme il est évident que BRETON ne travaille pas pour l’intérêt collectif, il faut donc savoir à qui profite son opposition à APPLE et GOOGLE.
    STOPCOVID ou son remplaçant ???
    Qui est derrière et pourquoi adhérer à ces systèmes, plutôt qu’à un autre ?
    Où plus largement encore, pourquoi adhérer à un système ?
    Est-ce que notre santé et notre sécurité en est l’objectif ?
    Chacun a sa réponse.

    Quant au démantèlement des GAFAM…c’est une vaste fumisterie qui encore une fois a un objectif non affiché qui vise à satisfaire un tiers, et non pas à nous rendre service.

    Alors que notre gouvernement a vendu pour rien les données sensibles médicales de l’ensemble des citoyens français à MICROSOFT, plutôt que de faire un appel d’offre et de permettre à une société française comme OVH d’emporter le marché et donc par conséquent de sécuriser ces mêmes données sur notre territoire, on nous parle de démanteler les GAFAM ???

    DE QUI SE MOQUE-T-ON ?

    Et je ne parle ici que de la France…

    Et alors, quand bien même ils obtiendraient gain de cause en détruisant des sociétés privées et tout ce qu’elles représentent…quid des produits, des services et des clients ???
    Et surtout qui récupérera le tout ??? LES BATX…

    Chacun a le droit de penser ce qu’il veut, en ce qui me concerne, je pense qu’il faut nous permettre de relocaliser toutes nos données sensibles et la production des produits sensibles (médicaments, etc…) et qu’il vaut mieux conserver des partenaires américains plutôt que donner notre avenir à la CHINE…ce n’est que mon opinion…

    • pipoux81

      2 novembre 2020 at 16 h 08 min

      Plutôt d’accord avec @DUSOLEIL, sauf en ce qui concerne la fin. Chine ou USA, même combat. Ça fait bien longtemps que les USA ne sont plus dessalliés de l’Europe, mais plutôt un « ennemie » commercial des plus agressif avec une justice à la solde du président. Il n’y a qu’à voir les amendes disproportionnés qu’ils mettent à tous les concurrent des firmes américaines basées sur leur lois iniques d’extra-territorialité concernant l’utilisation du dollar ou sur leurs embargos envers certains pays. Le pire ennemi de l’Europe, ce n’est pas la chine c’est Trump & Co

  3. jean

    2 novembre 2020 at 16 h 44 min

    Plutôt d’accord avec @DUSOLEIL, sauf en ce qui concerne la fin. Chine ou USA, même combat. Ça fait bien longtemps que les USA ne sont plus dessalliés de l’Europe, mais plutôt un « ennemie » commercial des plus agressif avec une justice à la solde du président. Il n’y a qu’à voir les amendes disproportionnés qu’ils mettent à tous les concurrent des firmes américaines basées sur leur lois iniques d’extra-territorialité concernant l’utilisation du dollar ou sur leurs embargos envers certains pays. Le pire ennemi de l’Europe, ce n’est pas la chine c’est Trump & Co

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les meilleurs forfaits

Les tests