Pour sa première campagne en France, Uber veut avancer avec vous

La campagne nationale d’Uber revient sur son parcours en France ces dernières années et dévoile le virage stratégique opéré par la marque.

Je t’aime moi non plus

En mai dernier, Uber remettait son budget de publicité en compétition et a au final retenu DDB° Paris pour assurer sa promotion médias et redorer son image auprès des français. En effet, en seulement 5 ans de services dans l’hexagone, l’entreprise américaine aura beaucoup fait parler d’elle et doit se sortir d’une situation assez complexe : l’attrait du public pour ses services mais le manque d’affection pour sa marque.

En 5 ans, nous avons pris des milliers de routes avec vous. En 5 ans, nous sommes allés vite, parfois trop vite. En 5 ans, nous avons beaucoup essayé, mais surtout beaucoup appris.

Face à ce constat douloureux, Uber n’avait d’autre choix que de repenser sa stratégie pour tenter de redorer son image et sortir de cette crise de communication.

Uber fait son mea culpa

DDB° Paris a donc imaginé un film publicitaire qui dresse le bilan du parcours d’Uber et de son implantation en France, en passant en revue les conséquences de son arrivée dans l’hexagone (opposition avec les pouvoirs publics, taxis en colère) mais aussi ses succès (ses millions de client ou la création d’un nouveau service).

Cette introspection publicitaire est une approche de la communication corporate assez classique de l’autre côté de l’Atlantique mais peu utilisée en Europe. Pour Uber, c’est aussi une façon de montrer que la marque a mûri et que son côté sulfureux fait partie de son passé. Il s’agit désormais d’une entreprise responsable et à l’écoute aussi bien de ses usagers que de l’opinion publique.

Présentée en avant-première le 14 septembre et lancée officiellement le 17 septembre, cette campagne publicitaire sera présente à la télévision, VOD, cinéma, affichage, presse, digital et social media pendant presqu’un mois. Elle débutera par un film réalisé par Niclas Larsson et Iconoclast accompagné d’un manifeste, puis se prolongera avec de l’affichage urbain sous la réalisation du photographe londonien Benedict Redgrove.


Nos dernières vidéos