Bienvenue à Jean-Marie Le Ray

Permettez-moi de commencer cette brève présentation, qui inaugure une série de contributions sur Presse-Citron, en remerciant Eric de m’accueillir sur son blog. Parce qu’après avoir écrit pendant plus de 4 ans sur Adscriptor en traitant uniquement d’Internet, des acteurs majeurs du Web, des noms de domaines, des techniques d’optimisation, de Google et la traduction, parfois

Permettez-moi de commencer cette brève présentation, qui inaugure une série de contributions sur Presse-Citron, en remerciant Eric de m’accueillir sur son blog. Parce qu’après avoir écrit pendant plus de 4 ans sur Adscriptor en traitant uniquement d’Internet, des acteurs majeurs du Web, des noms de domaines, des techniques d’optimisation, de Google et la traduction, parfois du droit, etc., j’ai fini par modifier du tout au tout ma ligne éditoriale pour me consacrer presque exclusivement à l’Italie, une priorité qui s’est imposée à moi avec force.
Or mettre l’high-tech de côté ne signifie pas y renoncer pour autant. Et aujourd’hui je pense que Presse-Citron est une tribune importante bien plus appropriée qu’Adscriptor, déserté depuis longtemps par les geeks, pour y publier mes réflexions sur l’évolution du Web, sans toutefois pouvoir promettre un rythme de publication précis. Disons plutôt au gré des humeurs et de l’actu.
Celles et ceux qui me connaissent déjà savent que je privilégie les analyses de fond et que souvent mes billets sont plutôt longs, même si ce n’est pas une règle générale. Il n’en reste pas moins qu’approfondir les sujets demande plus de temps et de place, mais j’essaierai de ne pas être ennuyeux, promis. 🙂
Rendez-vous en milieu-fin de semaine prochaine pour mon premier billet, dont je ne connais pour l’instant que le titre :

Convergence totale

Au plaisir de dialoguer avec vous,
J-M


10 commentaires

  1. Bonne nouvelle les amis, comme les destin ce croise. J’ai commencé la lecture de Votre blog Jean-Marie avec l’affaire de 134 milliard. Ravis de Vous retrouver ( hormis le twitt…). Bonne collaboration. A plus.

Commenter