Suivez-nous

Sciences

Rencontrer des extra-terrestres pourrait être plus difficile que prévu

C’est la NASA qui vient de changer les choses en redéfinissant le concept de « planète habitable ».

Il y a

  

le

 
NASA astéroïdes
© NASA / JPL-Caltech / SST

Sommes-nous seuls dans l’univers ? C’est une question qui préoccupe beaucoup de personnes, depuis l’armée américaine, jusqu’aux illuminés persuadés d’avoir été enlevés par une forme de vie extra-terrestre. On compte beaucoup sur la NASA ou bien les projets menés par des entrepreneurs privés, comme Elon Musk, pour nous aider à comprendre et explorer l’univers. Mais les choses pourraient être plus compliquées que prévu si on en croit une étude qui vient d’être publiée par des chercheurs de la NASA.

La NASA face à la définition de planète habitable

Ce sont des chercheurs dirigés par l’astrobiologiste Edward Schwieterma qui portent la mauvaise nouvelle. Ils ont en effet diffusé une étude selon laquelle ce que l’on définit comme une « zone habitable » pour la vie inclurait beaucoup moins de planètes que ce que pensait jusque-là.

Pour cette évaluation, ils ont considéré le modèle de la vie sur Terre et l’ont utilisé pour extrapoler afin de savoir si une vie pouvait se développer dans des conditions similaires. Conclusion ? Un grand nombre de planètes qui étaient jusque-là considérées comme viables, ont en fait une atmosphère trop toxique  pour permettre le développement d’une forme de vie supérieure à celle d’organismes rudimentaires.

Bien sûr, cette étude possède un biais, celui de considérer qu’une vie extra-terrestre se développerait forcément en suivant les pré-requis de la vie sur Terre. Par ailleurs, le fait de rencontrer une vie extra-terrestre repose aussi sur une certaine croyance. Rien ne garantit que nous ne soyons pas seuls sur l’univers ou même que nous soyons capables d’éventuellement communiquer avec eux ou même de les comprendre. Cette étude montre en revanche à quel point la vie comme nous la concevons est rare.

Si notre civilisation doit s’effondrer d’ici à 2050, on espère tout de même que la NASA se trompe. Un petit coup de main, ne serait pas forcément de refus et l’heure tourne…

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top forfait mobile

Les bons plans

Dernières news

Newsletter 🍋 Inscrivez-vous à la newsletter tout juste sortie du four, rien que pour vous

Les tests