Single is beautiful, le retour de la revanche des sites statiques

Maintenant que n’importe-quel webmaster sait à peu près déployer ou développer un site dynamique utilisant un langage de programmation et une base de données, si besoin à l’aide du CMS (système de gestion de contenu), ce type d’application est systématiquement proposée aux clients, y compris à ceux qui n’en n’ont pas besoin. Car tout le

Maintenant que n’importe-quel webmaster sait à peu près déployer ou développer un site dynamique utilisant un langage de programmation et une base de données, si besoin à l’aide du CMS (système de gestion de contenu), ce type d’application est systématiquement proposée aux clients, y compris à ceux qui n’en n’ont pas besoin.

Car tout le monde n’a pas besoin d’un site dynamique pour représenter dignement son activité sur internet : déployer un Joomla ou autre script pour un simple site de présentation de l’activité d’une PME peut s’avérer quelque peu surdimensionné.

C’est la raison pour laquelle, plus que jamais, le besoin du client doit absolument être évalué précisément, à court et moyen terme, en tenant compte du profil de son activité et de son évolution possible :

  • a-t-il besoin de mettre son site à jour ?
  • si oui à quelle fréquence ?
  • qui chez lui assurera les mises à jour ?
  • doit-il pouvoir accéder à l’administration de son site à partir de plusieurs postes ?
  • son site requiert-il des fonctions dynamiques (moteur de recherche interne…) ?
  • etc…

En fait parmi les nombreuses raisons qui incitent à proposer un site dynamique à un client qui n’en n’a pas forcément besoin, il en existe deux principales : d’une part la volonté, légitime ou pas, de lui offrir la possibilité de gérer son site de façon autonome sans avoir à recourir eu prestataire à la moindre mise à jour du contenu, et d’autre part la standardisation du déploiement, et donc un gain de productivité… pour le prestataire.

Au risque d’aller un peu à contre-courant, je pense que ce ne sont pas forcément de bonnes raisons.

En premier lieu, l’expérience démontre que fournir un système de gestion de contenu au client ne fonctionne pas toujours, même si celui-ci investit dans une formation qui serait censée lui pemettre de gagner son autonomie : je ne compte plus le nombre de PME ayant fait le pari de gérer leur site elles-mêmes, et qui finalement sollicitent leur web agency pour la moindre mise à jour. Chacun son métier : les cimetières du web sont peuplés sites montés avec des CMS « indispensables ».

D’autre part, (même si je suis loin d’avoir moi-même mis ce précepte en application, mais pour d’autres raisons qui font sens), je pense qu’une agence web trouve sa réelle valeur ajoutée dans la pérennité de la relation qu’elle saura instaurer avec son client sur le long terme, en proposant, au-delà des tâches techniques de maintenance du site, du conseil sur la stratégie, le référencement mais aussi la gestion du contenu éditorial du site du client. Et pour cela, point besoin d’un CMS, au contraire, l’agence web est là pour prendre en charge et valoriser la gestion du site du client, ce qui lui assurera une source de revenus récurrents relativement imperméable à la guerre des prix sur un one shot.

En poussant un peu le raisonnement, je me demande même si une agence web positionnée exclusivement sur la niche des sites-plaquettes de haute qualité n’aurait pas sa place sur le marché, avec un modèle très cadré qui répondrait à peu près à ce profil :

  • ciblage d’une typologie de clients
  • design et ergonomie hors du commun
  • qualité et propreté du code et conformité aux standards du web irréprochable
  • référencement garantissant un positionnement optimal dans Google
  • appui rédactionnel
  • prestations de webmarketing packagées à fort impact

Tout cela est-il contradictoire avec l’idée selon laquelle une PME doit avoir un blog ? Au contraire ! D’un côté un superbe site de présentation qui fixe l’empreinte de l’entreprise de façon durable, de l’autre le blog qui distille l’actualité de la boîte, démontrant que derrière un site superbement réalisé il y a aussi une équipe qui bouge.

Bien sûr, il y a aussi de nombreuses autres bonnes raisons que la gestion de contenu pour proposer au client un site dynamique, mais je reste persuadé que nombre de TPE/PME dotées aujourd’hui d’un CMS sophistiqué n’en font pas usage (ou n’en n’utilisent qu’une infime partie des possibilités).

Pour conclure, je vous invite à visiter cette galerie proposant plus de quarante sites composés d’une seule page, dont celui, superbe et idéalement hiérarchisé, de l’agence web belge Deaxon.


Nos dernières vidéos

68 commentaires

  1. On ne peut plus juste. Ça me rend dingue de voir des clients venir nous demander de bosser sur un site de ce genre. Souvent le prestataire précédent leur a installé un joomla, quand c’est pas phpnuke pour un site vitrine qui n’a jamais été mis à jour en 5 ans.

    Sans compter évidement le CMS est jamais mis à jour et représente donc une menace pour l’hébergeur…

  2. « …les cimetières du web sont peuplés de sites montés avec des CMS “indispensables” »

    Merci merci 😀 Ca fait plaisir de lire un tel article, et une telle lucidité. Vous venez de mettre exactement les mots sur ce que je pense depuis des années !

    Le web, comme avant lui d’autres industries, est dans la surenchère perpétuelle, ajoutant gadgets sur gadgets, plugin sur plugin, perdant de vue l’essentiel : pourquoi faire un site et dans quel but. Bien souvent le plus est l’ennemi du bien, et le webdesign ne déroge pas à la règle.

    Les agences passent leur temps à vendre des trucs que les clients ne comprennent même pas, dont ils n’auront jamais l’usage (sauf le jour de la réunion avec le boss) mais que les clients demandent qd même (!), puisqu’ils l’ont lu sur le JDNet ou ailleurs. L’effet de mode, et un certain snobisme, a envahi la toile, au détriment de l’efficacité et de la simplicité. Ajax, Flash, Php, Rss, Javascript, Xml, Flex, flox, flax ne sont pas forcément indispensables. Pour les blogs, WordPress n’est pas un passage obligé (alors qu’en 3 tables, 3 scripts et qques requêtes on peut concevoir un blog très honorable).

    Bref, merci Eric pour cet article salutaire, que je garde en favoris très précieusement, au cas où je me retrouverai à bout d’arguments face à un client exigeant Joomla (ou autre) pour son épicerie.

  3. Je suis en train de monter ma PME, et je suis absolument certain de ne pas avoir besoin de CMS. Je pense n’avoir besoin que d’un site statique plaquette de quelques pages, et d’un blog. 🙂
    Mais plutôt que de décrire ma stratégie web, je vais juste copier/coller les adresses des deux billets d’Eric sur le sujet… En attendant, si la web agency dont parle Eric se crée un jour, qu’elle m’envoie un mail, c’est le positionnement que je recherche ! 😉

  4. Nous sommes en train de refondre complètement le site web de notre société. Et effectivement, il ne sera pas sur un CMS, contrairement au précédent. L’objectif est bien de proposer un site web à fort impact pour notre cible. Nous travaillons (avec une web agency) sur le look et la navigation qui se veulent le plus loin possible de tous ces sites qui se ressemblent, car basé sur les mêmes CMS. Notre objectif est bien de coller à nos produits et nos clients et non à un CMS. Je préfère donc payer les créatifs à créer plutôt que faire rentrer au chausse pied leurs créas dans les contraintes d’un CMS.
    « A coté » de cela nous aurons un blog dédié à l’entreprise pour nos clients.

  5. Les CMS servent surtout à enrichir les agences, la majorité des clients n’ont pas besoin de mettre à jour leur site (même avec une formation, c’est clair que ça reste compliqué à gérer pour le grand public)
    Les sites statiques ont des avantages non négligeables notamment le référencement..
    Dis moi Eric depuis quand on tient des propos à caractère raciste sur ton blog !!! je cite
    « toi le Porto, va retourner chez toi, tondre ta pelouse », vu sur la page http://www.presse-citron.net/s.....-wordpress
    il y a des lois contre ce genre de propos y compris sur le net à moins que tu approuve ce genre de commentaire !!!??
    On peut débattre et souvent ne pas être d’accord sur tout et sur rien d’ailleurs mais dans le respect de l’autre, Non !!
    Bonne journée à tous

  6. Eric

    @camikat
    Je n’avais pas vu ce commentaire et je viens évidemment de le supprimer suite à ton signalement, merci.
    Cela étant je connais un peu son auteur et il pratique la provoc régulièrement, c’est son style mais il n’est pas bien méchant, même si j’ai déjà dû virer certaines de ses interventions un peu trop « musclées ».

  7. Merci Eric pour cet article qui pointe un VRAI problème de fond des web agencies.

    Il faut aussi dénoncer les « agences » qui proposent des sites statiques, mal pensés, mal codés et qui proposent des prix prohibitif pour des prestations indignes de la part de « professionnels », c’est surement pour cette raison que les agences à CMS avec des prix un peu moins prohibitifs ont vues le jour et se sont multipliées.

    Faire croire à un client qu’il est maitre de son site est une erreur grossière, et il faut bien des gens dont c’est le métier et qui proposent des prestations de qualité… il faut savoir entre autre je pense bien définir le besoin du client et lui proposer une solution adéquate et évolutive.

    Reste toutefois à standardiser le prix des prestations car on voit vraiment des choses effrayantes dans ce domaine là .

  8. Le site Deaxon n’est pas composé que d’une seule page, et la section « Here are some of our latest projects. » mériterait d’être gérée dynamiquement me semble-t-il

  9. Merci pour ce billet, je commençais à me demander si l’installation d’un CMS systématique était une bonne chose.
    J’ai trop de clients qui ont un CMS et qui ne font pas une mise à jour par an (C’est comme avoir un 4X4 pour aller chercher le pain 🙂 ). Souvent j’utilise au maximum un petit wordpress avec un minimum de plugins et hop le tour est joué !

  10. Salut Eric !

    Je suis d’accord avec toi sur la récurrence des revenus, avec le service durable et tout (sujet que tu avais déjà abordé, mais qui reste plus que jamais d’actualité).

    Par contre, là où je ne suis pas d’accord, c’est pour le référencement d’un site statique : je crois (mais c’est personnel), que Google référence mieux un site dont le contenu évolue régulièrement (par exemple : un blog) qu’un site n’évoluant pas (site statique). Ce qui va à l’encontre de ta thèse.

  11. actuellement c est exactement ce que je pense un site plaquette avec un bouton relais sur le blog et vice versa
    c est ce que j ai mis en place pour le projet ong que je monte … et d apres les stats l interaction entre les deux marche très bien
    et dans les articles hop tu lies certain mots au explication du site.
    whaou meme dada que le plus grand blog du monde … serais une influence cachée … c est ça la vraie pub 😉

  12. Evidement j’aprouves aussi!
    Tous ces sites sont superbes.
    Je souhaites monter ma web agency bientôt, et je souhaites justement choisir ce positionnement: les CMS mal utilisés m’insuportent et j’aime proposer des projets correspondant le plus possible au profil du client, plus qu’un site vitrine, un site portrait et hors du commun. Propre a l’entreprise qu’il représente.

  13. Tout à fait d’accord. Joomla n’est pas la réponse à tous les sites. Il faut savoir oublier les CMS de temps en temps. Et quand tu parles de gain de temps à déployer un joomla, par rapport à un site statique, je sais pas si il y a réellement gain de temps ^^.

    Bon aprem =)

  14. Il ya CMS et CMS

    il existe plusieurs milliers de CMS, dont une partie sont des CMS clés en main, comprenez hébergés.
    Ces solutions correspondent au besoins de petites structures qui n’ont pas les moyen de se payer les prestations d’une web agency et qui ont toutefois besoin d’un site vitrine ou d’une petite boutique.

    Il n’y a pas de phase de déploiement comme avec Joomla, typo3 ou Spip ce qui permet à une TPE d’avoir une vitrine sur la Toile.
    Je pense que les entreprises qui souscrivent aux CMS hébergés le font tout d’abord pour des questions de budget et non pas pour les aspects dynamiques des CMS.

    Ensuite pour répondre à Abricocotier, oui la fréquence de mise à jour est un facteur important pour le référencement d’un site: nos clients qui mettent à jour leurs sites fréquemment sont beaucoup mieux référencés que ceux qui ne mettent jamais à jour leur site.

    Enfin si on veut avoir un blog d’entreprise, autant l’héberger sous le même domaine du site vitrine

    Pour conclure: comparer des superbes design de deaxon.com avec des CMS c’est le débat de l’éternelle guerre entre le design et le contenu. La plupart des gens qui créent un site web le font pour être vus et dans ce cas, il est plus important de créer son site avec un CMS et de miser sur le contenu. Si on a juste besoin d’une vitrine et que l’on ne cherche pas à recruter sur le web, il est alors normal d’investir dans du design. Ensuite tout est une question de budget…

  15. Pour une TPE qui veut bloguer, un wordpress est parfait. On peut tout à fait construire un site avec des pages via l’admin de wordpress et proposer un blog dynamique à côté, c’est l’idéal 🙂

  16. oui si on veut juste blogguer, une plate forme de blog comme wordpress est idéale. Maintenant si la TPE veut utiliser WordPress avec son propre nom de domaine, ça se complique un peu

  17. J’aime beaucoup cet article, d’autant qu’on arrive a une phase du dévellopement de l’Internet, ou les clients en sont en général a deux ou trois versions de leur site web et commencent à savoir, Si ce n’est ce qu’ils veulent, tout du moins ce qu’ils sont capables d’assumer en masse de travail de mise a jour.

    Dans la petite agence pour laquelle je bosse, on s’aperçoit de plus en plus que nos clients souhaitent de plus en plus qu’on accompagne leur évolution, et leurs mise à jour, même s’ils aiment bien l’idée de lancer un blog d’entreprise … mais se demandent s’il ne serait pas souhaitable qu’ils nous en délèguent la mise à jour… 😉

  18. Il faut bien quelqu’un qui ne soit pas d’accord. En tant qu’agence, je prefere largement fournir un back-office a mes clients, le plus complet…. comme çà je suis tranquille avec çà, et je n’ai pas a consacrer 15 minutes de mon temps, a parasiter mon planning avec une modification de texte, ou un changement d’image.
    Je ne le fais pas pour l’argent, car je ne vend pas la partie back-office…
    Parceque pour recevoir des appels tous les 4 matins, pour changer tel chose ou tel chose… et quand ils nous obligent a changer quelque chose, que nous leur deconseillons… je ne veux pas etre responsable de leur changement…

    Et pour certains, je leur fait meme un back-office pour la gestion des titres et des description, qu’ils gerent eux-meme le referencement… Et les patrons de TPE de services par exemple, aiment pouvoir toucher a leur jouet.

    Maintenant clairement cest du sur-mesure et non du Joomla ou autre usine a gaz… la dessus je suis d’accord.

  19. C’est assez vrai mais un doute subsiste…

    – pourquoi 1 site statique et wordpress quand on peut tout avoir sur wordpress? (ou sur n’importe quel cms)
    Ou est l’intérêt d’avoir en plus un site statique? Pourquoi pas un cms basique avec un module d’actualités dans ce cas?

    – Si on a saisit que les fonctionnalités à 2 balles présents dans les vitrines de tous les cms genre « vote » et « membres en ligne » ne servent à rien, et que quel que soit le cms utilisé il ne s’agit que d’un script qui permet de gérer un type de contenu, on risque moins de tomber dans le design vitrine bateau de tous les cms.

    J’ai plutôt l’impression que les cms sont de bons outils mais que les utilisateurs (plutôt « amateurs » dans l’ensemble mais ça concerne les pro qui tombent dans la facilité) accumulent les modules partout pour aménager des espaces vides et éviter les vrais questions de la com de l’entreprise sur internet, l’angle de vue, la valeur ajoutée que le site peut apporter etc.

    Si on considère les cms uniquement comme ce qu’ils sont cad des outils et pas une fin en soi, ils n’empêcherons pas d’avoir un site original qui prenne en compte les besoins du client, avec des pages complètement personnalisées, et en plus un module de blog/d’actualités intégré au site.

    Ou alors effectivement un site statique, mais la pour le référencement bonjour… et si dans deux ans il faut changer le design et rajouter « un petit truc » (base de donnée, gestion de newsletter etc) on risque de regretter son choix.

    Non?

  20. Alors
    – oui, les CMS sont pour la plupart des usines à gaz, et l’ergonomie de leur backend est en général incompréhensible pour le client.
    – oui, les clients n’ont en général pas usage de 90% des fonctionnalités disponibles dans un CMS.

    C’est bien pour ça que depuis 5 ou 6 ans, tous les prestataires sérieux ont abandonné le modele économique de l’implémentation de CMS pour privilégier la conception sur mesure et from scrach grace à des frameworks PHP ou Ruby.
    Le développement d’applications est forcement sur mesure lorsqu’on part d’un framework, donc totalement adapté aux besoins des clients. Comme il n’y a jamais deux projets identiques, et que chaque projet à ses particularités, il est aussi plus rapide de concevoir des fonctions en qq lignes de code avec un framework plutot de d’essayer de modifier le code souvent bien lourd des usines à gaz que sont les CMS.

    En clair, les CMS sont des outils du passés, il faut arreter de chercher à vendre ces bouses.

    Mais de là à dire qu’il faut revenir à des sites statiques qui sont le degrès zéro de l’évolutivité, il ne faut pas exagérer. Et pourquoi ne pas revenir à HTML 0.1 pendant qu’on y est.

    Faut laisser tomber le marketing et vous mettre un minimum au courant des bonnes pratiques techno du metier quand même.

  21. Eric

    @Thomas,
    Tu caricatures un peu si je peux me permettre. Qui parle de HTML 0.1 ici à part toi ?
    95% des mises à jour demandées par un client concernent quelques changements cosmétiques dans le contenu (ajouter une référence dans les partenaires, changer un chapô sur la page d’accueil…)
    Tout ça ne relève pas de l’évolutivité dont tu parles, et un bon site statique peut aussi représenter une solution très moderne.
    De toute façon pour le faire réellement évoluer le client aura recours à l’agence web, et pour un webmaster professionnel, entre ouvrir l’admin d’un CMS et son éditeur de code, il n’y a pas une grosse différence.
    On peut très bien concevoir un site statique avec des moyens productifs et modernes (CSS, templates, librairies…), et même déléguer la mise à jour du contenu au client avec un outil comme Adobe Contribute, beaucoup plus intuitif que le meilleur des CMS.

  22. Bonjour Eric,

    Ton texte est intéressant,merci pour les idées avancée. Malheureusement je ne suis pas d’accord.

    1) Les services que tu cites : code irréprochable, optimisation pour les moteurs de recherche, Appui rédactionnel, package marketing, etc, ne sont pas du tout contradictoires avec l’utilisation d’un CMS.

    Car qui dit CMS, ne dit pas du tout blogue, un CMS c’est beaucoup plus que ça!

    je pense que le problème c’est surtout que beaucoup de gens utilisent les CMS avec des thèmes graphiques qui se ressemblent… les blogs wordpress, joomla, etc… ils ont tous un « feel » portail…

    Pour un site plaquette, il faut simplement faire un thème graphique « plaquette ». Après, personne ne me fera renoncer à la simplicité d’un site comme Drupal qui permet de vraiment tout gérer de manière très précise.

    Pas besoin?

    Je ne sais pas… A partir de deux pages de contenu, ou le contenu devrait être modifié par le client, je pense que j’utiliserais un CMS.

    C’est aussi bon pour le client parce qu’il peut ajouter une nouvelle page et insérer un lien dans un menu tout seul.

    Le client sait qu’il peut toujours demander des fonctionnalités supplémentaires comme une catégorisation, une gestion de photos, etc et que la possibilité est là, grâce au CMS… en tout cas mes clients le savent et sont tous impressionnés des possibilités d’un bon CMS comme Drupal, compaté a un site statique ou on peut jamais rien faire sans téléphoner au prestataire.

    Bref, je comprends ton concept de business plan, mais je le ferais avec un CMS de choix!

    A+

  23. Je pense que Thomas à un métro de retard. Il doit faire partie de ces gens qui n’ont pas compris comment fonctionnait certains CMS, et donc comme ils n’y arrivent pas, alors c’est de la merde.

    C’est l’éternel débat, développeur – utilisateur de CMS.
    Mais les CMS sont créés par des développeurs au départ, pas par des boulangers (dites moi si je me trompe).

  24. Il est intéressant que l’exemple de CMS qui soit cité soit Joomla, sur environ 200 prestataires web avec qui nous avons discuté au cours de salons dans différentes régions françaises environ 90% utilisent Joomla et, à l’exception d’un seul, tous nous ont confié que leurs clients ne s’en sortaient pas pour la mise à jour, ou que c‘était tellement fastidieux qu’ils préféraient déléguer.

    Sur les 10% restant, une bonne moitié utilise WordPress avec succès et leurs clients s’en sortent mieux, mais cela reste difficile de greffer d’autres choses que quelques pages institutionnelles.

    La différence entre Joomla et WordPress : Joomla a été conçu par et pour des développeurs, pas pour le commun des mortels alors que WordPress, comme d’autres moteurs de Blogs, est conçu pour faciliter la mise en ligne d’un contenu « simplifié »/ cadré.

    Il ne faut donc pas généraliser à tous les CMS l’échec de Joomla à répondre à la demande n°1 des porteurs de projet (je n’ai pas dis leur besoin n°1) : être autonome sur la mise à jour de leur site sans être né sur un clavier.

    Puisque nous en revenons aux sites statiques qui étaient la règle dans les années 2000 souvenons-nous des clients qui hurlaient de devoir payer entre 1000 et 5000 francs pour ajouter une page et 500 francs pour ajouter un paragraphe de texte… c’est bien le « marché » qui a été demandeur d’une « reprise de pouvoir » sur leur site. Si la plupart a hérité d’une usine à gaz en échange cela ne signifie pas pour autant qu’il n’existe pas de CMS adapté à leur demande.

    Concernant la standardisation du déploiement, cela n’offre en fait pas de gain réel aux prestataires sur le coût total du projet dans la mesure où ils devront maintenir individuellement chaque version installée (de mambo 0,8 à Joomla 1,5), les plugins, les softs complémentaires éventuels.

    Je suis totalement d’accord avec le fait que l’agence doit valoriser sa vraie valeur ajoutée : ses prestations intellectuelles : conseil, formation, webmarketing, référencement et non les prestations techniques. En clair une agence web ne doit pas se positionner comme une SSII ou un éditeur de logiciel, les modèles économiques ne sont pas les mêmes et les mélanges de genre amènent souvent à des dépôts de bilan…

    Concernant la vision séparée site joli mais statique VS blog mis à jour (mais moins joli puisque dynamique ?) c’est un peu comme si l’on disait qu’il y a l’image de marque d’un côté et la relation client de l’autre… De mon point de vue les deux sont indissociables et doivent être traités de façon globale et cohérente pour avoir un meilleur impact.

    Pour conclure, il existe aujourd’hui des CMS en mode hébergés réellement ergonomiques, totalement personnalisables graphiquement, respectueux des standards, optimisés pour le référencement, intégrant les fonctionnalités de Blog et qui sont à la fois conçus pour faire gagner du temps au prestataire (sans concession sur la qualité) et à rendre la mise à jour accessible au client final.

  25. Et si le problème était autant les cms que le statique …

    Il faut déjà penser que communication ne veux pas seulement dire communication externe … ça peut être aussi interne ou encore avec des secteurs différents … client final … fournisseur … collaborateur interne, en télétravail, etc …

    Coté mise en page … effectivement en statique ça semble plus simple … mais est ce qu’on voit des sites mieux … alors que beaucoup reprennent le sempiternel « format blog » … je ne parle pas des sites en flash bien sur 😉

    Par constatS, le problème vient plutôt des cms qui sont mal conçu pour facilement intégrer des template/skin alors même que tout pourrait être simplifié !!! merci les codeurs … Et bien sur il en est de même coté ergonomie de fonctionnement … encore un fois merci les codeurs … qui bien sur répondent trop souvent « takacoder » mais ne savent pas faire un beau dessin 😉

    Coté contenu … un bon rédacteur ne sait pas forcément utiliser une application pour mettre en ligne son texte … il faut donc une autre personne … ceci en interne ou même dans une agence de communication … donc tant qu’a faire autant simplifier par un cms …

    Reste a savoir a quoi doit servir un site … si tant est qu’on doivent en rester a un site « plaquette papier de l’entreprise » … Il ne faudrait pas oublier que dans une plaquette/chemise on y mets souvent des détails sur tel ou tel produit ou service, des bon de commande, échantillons, feuille de choux … sans compter la carte de visite qui se ballage … et avec l’informatique/ l’internet / l’intranet … reste a voir si l’intérêt est ou pas d’avoir une seule plate forme plutôt que pleins de petits bouts par ci par la comme autant de post it, dossiers, classeurs, feuille de paye, devis, logo, etc …

    Mais pour une simple plaquette … nul besoin de CMS 😉 3 pages html suffisent …

    Bon, à la rigueur une simple enseigne devant le magasin suffit ou une plaque de profession libérale et quelques cartes de visites … le plus important est le travail fourni … de bonne qualité tant qu’a faire … mais de ce coté la … on est aussi pas rendu …

  26. « et pour un webmaster professionnel, entre ouvrir l’admin d’un CMS et son éditeur de code, il n’y a pas une grosse différence. »
    Moué, pour changer le titre h1 de la page je suis d’accord, mais lorsqu’il s’agit de changer 3 photos, une interface admin bien pensé (resize automatique des images à l’upload, possibilité d’ajouter une effet type lightbox en un clic, etc…) me semble indispensable.

    Le débat CMS / site statique mérite vraiment d’avoir lieu. L’idée selon laquelle l’agence met à jour le site du client peut être un bon compromis. N’avez vous jamais rencontré le client bien formé à votre CMS qui copie colle les contenus depuis Ms word gardant toute la mise en page de ce dernier, ou encore qui se jette sur Ms Comic lorsque le choix de la police s’offre à eux?

  27. C’est marrant cette déferlente contre le CMS. Ce qui revient souvent, c’est le fait que ce soit trop compliqué à mettre à jour ou bien que lorsque l’on utilise un CMS, les sites se ressemblent tous.

    Pour moi, la grosse différence, c’est qu’utiliser un CMS permet de laisser la chance au client de pouvoir alimenter lui même son site. Plutôt qu’un problème de complexité du CMS en lui même, c’est je crois une problématique de temps et d’intérêt. La rédaction est différente, le choix des photos et le fait de les retravailler est assez éloigné de leur coeur de métier. Mais au moins, ils ont le choix. Et surtout, ils se gardent la possibilité de le faire par la suite.
    Le site statique qui consiste à mélanger HTML et contenu ne leur laissent aucune chance. Si c’est compliqué pour lui de publier un article dans Joomla, le faire au milieu du CSS et de l’HTML, aucune chance 🙂
    Car pour mémoire, un site statique, c’est contenant et contenu mélangé, sans aucune exécution de code côté serveur. un site en php tout simple, qui se contente de lire du fichier texte pour le mettre en forme, c’est déjà un CMS.
    Quand au fait de dire qu’avec un CMS, les sites se ressemblent, ce n’est pas vrai. Le principe du template permet de faire absolument tout ce que l’on veut, rien de moins qu’en HTML classique. Simplement, faut savoir sortir des templates tout fait, et cela, c’est un métier. Allez donc voir les sites qui vendent clés en main des sites en HTML pour 50$ , ils se ressemblent tous avec leur côté corporate.
    Sur le point lié aux problèmes de sécurité, c’est un défaut effectivement, des qu’il y a du coding type PHP, Ruby ou autre. Mais l’avantage d’utiliser un CMS, c’est que les failles, elles se corrigent, et s’implémentent facilement. Celui qui vend à son client une prestation doté d’un CMS sans en assurer la pérennité en terme de release, désolé, mais ce n’est pas un professionnel, juste un Attila du web qui prend l’argent et qui se fout du reste.

    Pour finir, le site de deaxon , si on le regarde bien, il a un formulaire qui une fois soumis, appelle du PHP. bah on est déjà plus dans le statique…. parce que le côté dynamique du contenu, cela vaut pour l’input et l’output 😉

    Pour moi, l’interêt du statique, c’est l’aspect performance. Si un site est très sollicité sur certaine partie, il faut que le contenu, qui lui est introduit dynamiquement, génère si on le souhaite du statique. Dans ce cadre là, le statique prend tout son sens. Joomla et consort le permet, il permet même d’avoir certaine partie en statique, pour éviter de solliciter bêtement les ressources autre que le serveur Apache.

  28. Très juste cet article.
    Ma contribution au débat. En caricaturant.
    Un petit site (4 pages) avec CMS: 2 jours et c’est fini- facturation.
    Un petit site statique : 2 jours + … le temps que le client donne et approuve ses photos et son textes définitifs. Une fois cela a duré 3 mois.

    Un CMS permet de refiler la patate chaude du contenu à concrétiser au client. Un codeur, un graphiste, un créateur de contenu, une agence auront des vues différentes. Jusqu’où sommes nous prêt à nous investir par rapport à son métier de base.

  29. Bonsoir à tous,

    Très bon article également qui démontre bien la différence entre le besoin défini par le client et son réel besoin.

    En effet, pourquoi monter une usine à gaz pour un site vitrine ?

    Je vois plusieurs raisons à cela :

    – Un CMS bien maitrisé permet au prestataire de passer plus de temps sur la partie conseil et stratégie, qui me semble être l’élément clé du bon fonctionnement d’un site.

    – Un CMS bien maitrisé peut produire du code parfaitement respectueux des standards même pour un novice. Dans un site statique, il faudrait faire un véritable cours de XHTML et CSS pour que le client puisse être autonome et produire du code valide.

    – Le CMS représente l’opportunité d’upgrader facilement son site de fonctionnalités intéressantes et très rapidement (voire même en faisant appel à un autre prestataire) : ajouter un formulaire de contact avec captcha et des champs obligatoires, mettre en place un espace privé voire de la vente en ligne. Ces fonctionnalités ne sont pas forcément identifiées ou viables lors de la création d’un site, mais peuvent vite le devenir pour le client

    Je concluerai avec un exemple : l’utilisation des tableurs est généralisée (que ce soit Excel ou OpenOffice, pour ne citer qu’eux). L’utilisateur « moyen » n’utilise que 2 à 5% de leurs capacités. Pour autant on leur attribue pas ce statut d’usine à gaz… Non ?

    PS : @bdve dans votre exemple, je vois une différence de taille. Dans un cas le client est responsable du contenu et pas dans l’autre. Livrer un site statique avec du faux contenu à charge pour le client de le remplacer aurait également pris 2 jours. Et personnellement, je me vois pas créer un site sans son contenu définitif, mais cette fois vous avez raison, cela dépend de la prestation demandée…

  30. Voilà un sujet qui invite au débat en tout cas!

    Pour ma part j’aime bien ton concept de « niche », mais dans la réalité je ne pense pas qu’il soit réellement applicable… Tout ce qu’il faut c’est déterminer les besoins du client et ensuite lui apporter les solutions techniques dont il a besoin. Ni plus, ni moins. On peut donc faire du « statique » comme du « dynamique » selon les cas.

    Pour ce qui est des CMS, je ne vois pas comment un professionnel digne de ce nom peut utiliser ce genre d’usine à gaz. Et qu’on ne me dise pas que c’est parce que je ne sais pas les utiliser…

    Personnellement, pour mes projets je développe mes propres briques de code réutilisables, que j’intègre si besoin. Au moins cela me permet de maitriser le projet de A à Z tout en faisant du sur mesure, ce qui est bien plus compliqué avec les CMS soit disant accessibles à tous (mdr). Qui a déjà essayé d’intégrer une boutique digne de ce nom avec joomla par exemple …

    Éventuellement, les framework sont une bonne chose en terme de productivité, mais là encore c’est souvent trop lourd par rapport aux besoins techniques … Il faut penser à la planète et laisser les serveurs tranquille un peu 🙂

     » Maintenant que n’importe-quel webmaster sait à peu près déployer ou développer un site dynamique utilisant un langage de programmation et une base de données, si besoin à l’aide du CMS  »

    >> Je pense que ton introduction résume parfaitement le problème. Internet est un monde libre ou tout est gratuit. Pourquoi les PME investiraient des milliers d’euros dans un site alors que le copain du fils de la comptable fait des SUPER SITES INCROYABLES contre une poignée d’euros grâce à Joomla! (Je caricature mais ça arrive souvent quand même …)

    Je crois que le problème ne vient pas des CMS qui sont un bon outil pour des associations ou des amateurs éclairés qui souhaite un site perso. A mon avis il manque un cadre structuré pour les web agencies et les freelances, un syndicat ou une autorité qui définisse clairement les règles du jeu, apporte des informations claires sur le marché, les prix,… Bref un syndicat du Web ! Tout le monde y gagnerait : Clients, professionnels et internautes !

    Un sujet qui mériterait peu être d’être approfondi d’ailleurs 😉

  31. @guizmao « Personnellement, pour mes projets je développe mes propres briques de code réutilisables, que j’intègre si besoin »
    ce qui serait bien c’est que tu puisses les comparer avec d’autres développeurs, que vous mutualisiez ces efforts pour les redistribuer, comme ça chacun pourrait profiter des boulots des autres et avoir une base de code standardisé et réutilisable.

    Avec un peu de chance il y en a même un qui va pondre un système de template pratique et bonne interface d’admin 😀

  32. Bonjour à toutes et à tous,

    On a tous autant besoin d’un CMS que d’une montre étanche à 3000 mètres 😉 Vu sous cet angle ça prête bien évidemment à sourire. Il faut toutefois replacer cet engouement dans son contexte historique. Puisqu’on met le focus sur les PME, combien d’entre elles ont déploré les coûts et manque de réactivité des mises à jour de leurs antiques sites « statiques » ?

    La promesse d’une autonomie nouvelle passait soit par « HTML pour les nuls » soit un CMS. La nature humaine est ainsi faite que nombreux sont ceux à avoir finalement privilégié la seconde solution. Système d’information miniature, son introduction dans l’entreprise bouscule forcément les habitudes et met en exergue les failles de l’organisation.

    Ayatollahs du portails (« j’en mets dans tous les coins ! ») ou en manque d’inspiration (« je ne sais plus ce que j’ai fait de mes identifiants »), les utilisateurs de solutions de gestion de contenus apprennent désormais sur le tas que la technologie ne fait pas de miracles.

    Faut-il pour autant jeter le bébé avec l’eau du bain ?

    Les vertus du CMS sont nombreuses et finalement : « qui peut le plus peut le moins ! »

    – homogénéité de la mise en forme (contributions),
    – prise en main psychologiquement bien plus aisée pour des novices,
    – optimisation du référencement naturel,
    – meilleure prise en charge de l’accessibilité,
    – gain de productivité (ça n’est pas un gros mot)
    – stockage des contenus en base,
    – etc.

    Le blog comme alternative ? Mais qu’est-ce qu’un blog sinon une solution de gestion de contenus ? N’est-ce pas là finalement le paradoxe de ton message Eric 😉

  33. @Eric : comment ça je ne suis pas bien méchant : tiens regarde mes crocs : grrrr wouaf wouaf !!!!

    ceci dit, de mon point de vue, vaut mieux installer un CMS dès le départ, point de vue évolutif, même si le client n’en a pas besoin.

    le jour où il aura besoin de changement, la migration sera plus simple… même si la boite du client ou la web agency aura eu le temps de couler d’ici là.

  34. @Guizmao

    Tu me fais rire en disant ‘Pour ce qui est des CMS, je ne vois pas comment un professionnel digne de ce nom peut utiliser ce genre d’usine à gaz. Et qu’on ne me dise pas que c’est parce que je ne sais pas les utiliser…’

    C’est un jugement à l’emporte pièce qui ne démontre rien. Il y a des CMS qui sont très bien, d’autres bcp moins. Derrière certains CMS, il y a une équipe rigoureuse de programmeurs de qualités. A aucun moment il est sérieux de croire que les briques que tu développes de facto plus performante et secure. Le client prend un risque incroyable en se faisant construire un site from scratch avec de la programmation. Si le gars n’est pas bon, trou de sécrurité et bug à l’appui. C’est une fois que l’on a payé qu’on le sait, et c’est trop tard. Pour ce qui est des données, elles sont dans un shéma propriétaire qui est celui du prestataire, et cela, c’est une immense erreur, car peut être irrécupérable. Avec un CMS connu, les données peuvent être récupérées par un autre prestataire.
    Moi aussi j’adore faire du dev plutôt que d’installer un CMS. Il faut être focus Client, et pas focus sur ce que l’on aime faire. Si un client veut gérer du rédactionnel, tu auras beau faire avec tes briques, tu refait ce que fait un CMS, et arrêtons le discours « je fais mieux qu’eux « . Quand au prix, ce que tu proposeras sera forcément beaucoup mais beaucoup plus cher. Le seul interêt du sur mesure en terme de programmation, c’est la mise en oeuvre de process business propre au client.
    Pour finir, vouloir construire une boutique en ligne avec Joomla, c’est une erreur. Joomla est un CMS de gestion de contenu rédactionnel, pas applicative.
    C’est comme si tu me disais qu’un livre, c’est nul, on ne peut pas surfer.

    Et pour info, c’est vrai que je n’ai jamais trouvé un open source qui vaille le coup pour une boutique en ligne, mais c’est un autre débat 🙂

  35. Je ne suis pas vraiment d’accord avec cet article. Je travaille dans une agence qui n’avait jamais proposé de CMS aux clients jusqu’en 2006. Que du site statique. Résultat, le studio de créa passe les 3/4 de son temps à mettre à jour des sites. environ 200 clients appellent en permanence, toute l’année, pour changer une photo, un bout de texte, une news…
    Depuis 2006, nous proposons systématiquement un CMS au client, qui l’accepte volontiers à la commande. De notre côté nous gagnons du temps, de son côté le client gagne également en temps et en liberté d’action

    NON, ça ne marche pas à chaque fois. Le client appelle pour que nous fassions quand même les mises a jour. L’explication est simple : le client n’a pas le temps, internet n’est pas du tout son domaine, ça ne l’intéresse pas, et il ne veut pas faire d’effort.

    Mais en règle général, moi je dis qu’un CMS est INDISPENSABLE, pour un petit comme un gros client…

  36. @Guizmao : »Pour ce qui est des CMS, je ne vois pas comment un professionnel digne de ce nom peut utiliser ce genre d’usine à gaz » -> il faut changer de CMS…

    « un syndicat ou une autorité qui définisse clairement les règles du jeu, apporte des informations claires sur le marché, les prix, » -> dans le domaine du design cela existe : http://www.alliance-francaise-des-designers.org/ il y a même un site permettant de calculer facilement le prix d’un design : http://www.moneydesign.org/
    Il serait effectivement intéressant d’étendre ce type d’initiative au web « pur ».

  37. Le débat html/css et CMS est un vieux débat.

    Pour travailler tous les jours avec des graphistes et des développeurs, je peux vous confirmer que ces deux mondes là s’ignorent superbement et ne se comprennent pas, car oui ce sont des métiers à part et aussi des cultures du web différentes.

    Le développeur aura tendance à mettre en place une usine à gaz pour le client pour lui faciliter la tache sans penser une seule seconde aux impacts pour le graphiste et inversement. C’est pour cela que nous avons sur les sites à CMS des sites qui se ressemblent tous et c’est bien dommage…

    Je pense qu’il n’est pas incompatible d’avoir un CMS et un site bien pensé ergonomiquement et graphiquement, mais le web reste un monde avec ses métiers ses cultures et il est difficile de faire travailler ensemble tout ce monde là.

    Et quand on ajoute à cela un client qui comprend encore moins les impacts de ces technologies, ca fait un joli bazar… Un client ne sera jamais complètement autonome sur ses solutions, et lui faire croire celà est je le répète une énoooooooorme erreur.

  38. Salut Eric,

    J’aimerais te parler du projet que nous développons en ce moment.

    Notre plateforme est en construction mais répondra très bientôt à la problématique que tu exposes dans ton article.

    Serait il possible de te contacter directement pour en discuter?

    Je te remercie,

    Antoine

  39. Comme je le dis précédemment si on ne souhaite qu’une plaque professionnelle a l’entrée de chez soit autant en rester à une page html …

    Maintenant il faudrait peut être rappeler qu’il y a site et site … et que pour travailler, communiquer, vendre, etc c’est un ensemble de modules étanches de moins – 11 000 à +100 000 m qui peuvent êtres utiles … en interne et/ou en prestation … et qui peux le plus peux le moins …

    Ne parlons pas du fait qu’il serait peut être temps de rapprocher les outils CMS/CRM/ etc … car trop d’outils tuent les outils … et ce d’autant plus qu’ils usent des mêmes techno de « fabrication » … base de données/php/css/etc … et d’utilisation … un simple navigateur … en réseau local jusqu’à un vpn …

    Coté cms proprio … refaire éternellement la roue et le facturer sachant qu’a moins d’avoir une équipe aux multiples compétences c’est inutile et très cher pour le client

    L’opensource … bien sur ça semble la solution …

    Mais de tikiwiki à joomla en passant par X ou Y ou Z le constat est assez lamentable … plein de modules plus ou moins similaires … éternellement refait … mais jamais le top … et comme dit par d’autres par des mondes qui s’ignorent … graphistes VS codeurs … qui pour la plupart ne connaissent pas l’ergonomie, les métiers, la simplicité d’usage, etc … Ne parlons pas des communautés X ou Y qui ayant les connaissances ont tendance à ne pas les partager … ou mal … alors que c’est l’essence même du libre …

    Une petite comme une grande entreprise à besoin des mêmes outils … qu’ils soient utilisé par une ou deux ou 10 000 personnes … l’important c’est les besoins du client … pour le garder longtemps par exemple 😉

    Qui dans ces commentaires a proposé de réunir les compétences pour faire l’outil miracle ??? … simple, modulaire, ergonomique, etc … bref le mouton à 5 pattes 😉 qui laisse la part belle au graphisme, au contenu, à la sécurité, stabilité, etc … adapté a mon boulanger comme à « Boulanger » 😉 car n’oublions pas …

    Pour ma part ça fait 10 ans que j’en parle …

    mais mais mais …

    « TAGUEULETAKACODER » …

    Désolé mais mes compétences sont plutôt dans la vision globale, et sectorisée métier, l’ergonomie, la facilité d’emploi, des schéma et synthèses plutôt que des romantuto, etc … sans parler du Web3D qui pointe le nez 😉

  40. waouw.. que de commentaires.. voici ma position après avoir lu quelques commentaires… (pour info, je suis dans le milieu)

    1) 1 site utilisant une interface CMS aura l’avantage d’être mieux référencé.. a moins que votre client s’amuse tous les jours a éditer ses pages html…

    2) il est clair que tous les sites se ressemblent.. la majorité des webmasters utilisent des solutions toutes faites (joomla,phpnuke,…) certains s’enrichissent fortement avec ces « sites » clés en main… a savoir qu’un professionnel aura sa « propre » version codé d’un cms… Personnellement je ne vend pas de solution tel que joomla, … donc il m’est possible d’intégrer mon CMS (développé par mes soins) dans n’importe quel design..

    Donc la personne qui dit que le travail Infographiste intégration CMS impossible .. je n’y crois pas…

    Voici comment nous procédons :

    Notre client passe entre les mains de l’infographiste
    Discute avec lui de son projet, design, …
    L’infographiste me transmet le projet et a moi d’intégrer la fonctionnalité du CMS dans le design…

    Je pense que la plupart ont du faire une mauvaise expérience pour ne pas vanter les mérites du CMS…

  41. Vous connaissez la différence entre un bon et un mauvais chasseur ?
    A mon avis, quel que soit l’outil ou les technos utilisées, il appartient à chacun de faire le meilleur avec le pire et inversement… Mais ce n’est que mon avis.

  42. Je rejoins les commentaires de stef et Websylvain.
    Au bout d’un certains nombre de site on passe plus de temps à faire des mises à jours qu’autre chose.

    De plus bonjour les difficultés si le site a été crée par une personne qui ne travaille plus dans l’agence avec des codes bricolés persos que personne d’autre comprend.

    De plus niveau facturation de la mise à jour c’est plus simple de dire à l’avance ce que cela pourrait couter au client, la manip ne changeant pas d’un site à l’autre contrairement à un site statique. (une question que l’on nous pose à chaque fois que nous présentons un projet)

    Finalement:
    CMS ou pas, n’est ce pas là le travail d’un bon chef de projet: Faire concorder le travail du graphiste/designer avec celui du développeur?
    Même pour un indépendant qui travaille tout seul j’y vois plusieurs avantages. Non seulement dans les mises à jours mais également dans une certaine routine qui permet d’installer une base rapidement et de paufiner après le design, finalement la seule chose qui intéresse vraiment le client.
    Je vois plutôt le problème dans les concepteurs de sites qui utilise les templates de base et n’essaient pas de se démarquer du reste.

  43. Tres intéressant, perpétuel et passionné débat !
    Certains avis extrêmes m’étonnent toutefois. Puisque Joomla et WordPress sont beaucoup cités, j’ai beaucoup de mal à comprendre les attaques de plus en plus courantes pour ces outils : ce ne sont que des alternatives à la construction d’un site et, s’ils ne sont pas adaptés à certains projets, ils restent de formidables outils.

    Pour reprendre le cas de Joomla il est évident que meme une installation de base est surdimensionnée par rapport aux besoins d’un site corporate. Mais qui peut le plus peut le moins et toutes les fonctionnalités ne sont pas forcément a placer dans tous les projets. Sans jeter la pierre aux clients (a qui on ne peut pas demander de comprendre les tenants et aboutissants de chaque solution, chacun son métier) les besoins initiaux sont rarement définitifs et les possibilités souvent inconnues. Pour une agence, se laisser la possibilité d’étendre une 1ere version d’un site sans réinventer la roue est très confortable. Et bénéfique au portefeuille du client (à condition bien sur de ne pas leur vendre pour du développement spécifique l’installation d’une extension, voire la simple activation d’un plugin !).

    La complexité (relative) du back office d’un Joomla est largement compensée par le fait de pouvoir modifier un article (et en créer des nouveaux) par le front, sans jamais avoir à se connecter à l’interface d’admin pour le client. Ce qui correspond à la quasi totalité des besoins de mises à jour des clients.

    Pour avoir été chef de projet web pendant les « années folles » et avoir un peu lâché le secteur pendant quelques années je suis ébahi (je n’ai pas un profil technique, je suis facilement impressionnable :)) par la facilité actuelle pour créer des sites qui demandaient autrefois des équipes de 10 a 40 personnes et des mois de développement. On parle ici d’une évolution en 10-15 ans d’un secteur qui se cherche et qui change sans cesse. Que certains reprochent le manque de solutions idéales me semble exagéré quand on voit toutes les possibilités offertes. Le manque de stabilité d’un secteur ou des stars et des fonctionnalités « indispensables » naissent chaque semaine n’aide pas a fixer des standards immuables.

    Un juste milieu entre sites statiques et CMS lourdingues existe également. Des solutions comme cushyCMS peuvent être une autre alternative pour dynamiser des pages statiques a moindre frais ou pour proposer des interfaces de mise a jour extrêmement simples.

    Proposer des développements spécifiques, from scratch, pour un site corporate me semble être, dans la quasi-majorité des cas, au moins aussi malhonnête que d’ajouter des animations Flash complètement inutiles a tout va. Alors oui, les agences ont aussi le droit de se faire plaisir et tant mieux pour elles si certains clients tombent dans le panneau mais je trouve ça très dommageable pour le secteur tout entier. Il y a tellement de voies d’amélioration pour rendre un site, au minimum, utile pour un client plutôt que bruler le budget dans des fonctions inutiles ou un design cher (et pas forcement réussi par rapport à un template à quelques dizaines d’euros…).

    La critique récurrente pour les templates ou thèmes prêt a l’emploi me parait également injustifiée. Dire qu’acheter un template est le meilleur moyen d’avoir un site qui ressemble à des millions d’autres est faux. Pour parcourir le web a longueur de journée je tombe rarement (voire jamais) sur 2 sites utilisant exactement le même template, sans aucune adaptation (exception faite des thèmes par défaut d’un WP ou Joomla bien sur). Il y a du bon et du très mauvais dans ces templates pré-mâchés, c’est abuser de les mettre tous dans le même panier.

    Et après tout, même si 2 sites se ressemblent est-ce vraiment un problème ? Combien de compagnies ont le besoin et le budget pour avoir quelque chose d’original et unique ? Ce sera certainement un souci pour 2 concurrents directs mais est-ce que le web est si différent que le commerce traditionnel ou rien ne ressemble plus à un supermarché qu’un supermarché, ou un pub irlandais à un autre pub irlandais ? Est-ce que ça empêche ces commerces de tourner ? Est-ce que l’originalité contribue tant que ça au succès plutôt que le service client ou l’offre ? Est-ce que facturer des jours de travail pour un design différent mais au final bien moins réussi (on ne parle pas ici que du graphisme) qu’un très bon template déjà disponible est un bon calcul pour le client, voire pour l’agence ?

  44. Pingback: Revue de Web (n°6/2009) | Higherweb ::: Le BLOG

  45. Vive le statique!
    Je ne retrouve pas un billet que j’ai lu sur presse-citron 🙁
    Un site web qui permet de retourner du texte (le mettre la tête en bas quoi)… ça vous rapelle quelque chose?

  46. Pingback: Revue de presse eco-numerique : semaine 7 | Développez votre Economie Numérique

  47. Moi en fait je propose de scanner la plaquette commerciale de mes clients et mettre cela en ligne avec une page html par image.

    Comme cela ils ont un site web en 10 minutes pour simplement 50€. J’ai formé mes commerciaux pour modifier le code html de la balise img de chaque page. C’est top, il peuvent faire cela directement chez le client.

    En plus c’est un service 0 soucis, chaque année les clients m’envoient leur nouvelle plaquette par la poste (pas de e-mail) et hop on rescanne et on met à jour. Enfin mes clients peuvent se concentrer sur leur métier et oublier les contraintes de la technologie.

    Même pas besoin de formulaire de contact, parce que en général ya le numéro de téléphone sur la plaquette. En plus l’avantage c’est que ya pas de risque de spam comme toutes les infos sont pixelisées.

    Comme je dit régulièrement à mes commerciaux, faire plus cela serait donner du lard à des cochons.

    PS : en 2010 on va sortir une nouvelle offre intitulée « boutique en ligne », accessible depuis une ligne… téléphonique. Nos clients vont adorer.

  48. et les CMS mutualisés ? webagoo est une plateforme de cms mutualisés qui permet depuis des années à des petites structures d’avoir l’essentiel… la première formule donne accès à une page modifiable, une map google, un formulaire de contact, accès au analytics et un référencement optimisé. Il n’y a pas que Joomla ! Et si demain le client veut aller plus loin il bénéficie de toute l’infrastucture sans devoir tout recommencer… Des centaines de petites entreprises ont choisi cette formule !

  49. Pingback: Création de site : utilisation d’un CMS ou développement à la main ?

  50. Pingback: wp-popular.com » Blog Archive » Single is beautiful, le retour de la revanche des sites statiques | Presse-Citron

  51. Je trouve que les gens exagèrent toujours quand ils parlent des différences qui existent entre site « statique » et blog. Visuellement parlant aujourd’hui les limites sont de plus en plus flou (beaucoup de sites d’entreprise intègrent un système de blog à leur site), sur le plan technique il y a des différences qui peuvent être importante si on parle du « vieux modèle statique » (code fait à la main en HTML) mais aujourd’hui si on s’y connait un peu en programmation (le PHP, un peu de javascript) on peut produite n’importe quel type d’application de publication. Il y aura beaucoup plus de différences entre un blog ou un site statique et une application web spécialisée dans un domaine précis par exemple.

  52. Pingback: Single is beautiful, le retour de la revanche des sites statiques | Duend'art

Répondre